Portail européen de la jeunesse
Informations et possibilités pour les jeunes en Europe

Soulèvements contre les stages non rémunérés

© Sarah Benke
Suite à la demande de bannir les stages non rémunérés dans les institutions européennes, le Forum européen de la jeunesse et l'Intergroupe Jeunesse lancent la Campagne pour des stages de qualité, qui soutient le mouvement global réclamant une dignité pour les jeunes stagiaires.

Il y a un an, Zuzana a commencé son stage en espérant acquérir une expérience significative pour sa carrière. A la place, cette étudiante tchèque en éducation des adultes a été reléguée à préparer le café pour ses employeurs. Elle s'est sentie traitée comme de la main d'oeuvre bon marché et a décrit son expérience de « déprimante ». Un an plus tard, Zuzana Vaněčková, 23 ans, prononce un discours passionnant au Parlement européen sur son expérience. C'est le lancement de la Campagne pour des stages de qualité, dans laquelle est est désormais engagée.

 

La Campagne réclame des droits du travail fondamentaux pour les stagiaires et exige des stages rémunérés qui offrent une expérience d'apprentissage significative. Dans leur manifesto, avec 9 membres du Parlement européen comme premiers signataires, ils demandent au Parlement européen de payer ses stagiaires, de fixer la durée maximum de stage à 12 mois et d'établir un contrat d'apprentissage.

 

Alors que cette campagne dénonce que « certains stagiaires se retrouvent dans des conditions insupportables, et que peu d'entre eux peuvent se permettre d'accéder à un stage de longue durée non rémunéré, ce qui implique davantage d'inégalité », la co-présidente de l'Intergroupe Jeunesse, Terry Reintke, estime que cette Campagne #fairinternships est une opportunité pour envoyer un message fort contre la normalisation des stages non rémunérés. 

 

D'après une étude réalisée auprès de 233 stagiaires du Parlement européen, les stagiaires qui travaillent pour des formations politiques sont payés, mais 8 % des stagiaires qui travaillent pour un membre du Parlement européen ne reçoivent aucune allocation, et 3 % reçoivent moins de 300 €. 12 % des stagiaires reçoivent entre 300 et 600 €, 32 % d'entre eux reçoivent entre 600 et 1 000 €, et 44 % plus de 1 000 €. En 2013, 17 % des stages étaient non rémunérés, cela montre donc une amélioration.

 

En comparaison avec le marché de l'emploi, les stages dans les institutions européennes se déroulent souvent dans de meilleures conditions. Un Guide sur les stages de qualité à l'attention des employeurs a été élaboré par le Forum Jeunesse avec le soutien de la Commission européenne et de la Fondation pour la jeunesse européenne du Conseil de l'Europe.

 

Le Comité économique et social européen a accueilli une consultation sur l'organisation internationale de travail en 2012 pendant laquelle une Charte européenne de qualité sur les stages et apprentissages a été présentée par le Forum européen de la jeunesse. Des partenaires sociaux européens se sont engagés pour proposer davantage de stages et d'apprentissages de meilleure qualité. Le site Eurodesk vous propose notamment de trouver un large choix d'offres de stages.

 

« Les institutions donnent le ton pour le marché du travail » déclare Bryan Watkins du Global Intern Coalition, un mouvement qui tente de rapprocher les mouvements des stagiaires des quatre coins du monde et qui a récemment organisé une grève internationale des stagiaires.  

 

Une institution européenne, le Service européen pour l'action extérieure, a récemment fait l'objet d'une enquête du médiateur européen qui a trouvé que le SEAE avait recruté 800 stagiaires non rémunérés dans le monde entier. Le 15 février, le médiateur a délivré une recommandation allégeant que cette institution « s'était mal conduite en manquant de rémunérer certains stagiaires ». 

 

Au-delà des institutions européennes, 4,5 millions d'étudiants et de diplômés s'engagent dans un stage chaque année en Europe, parmi lesquel seuls 59 % reçoivent une rémunération. Imagine une base de données dans laquelle tu pourrais noter les entreprises selon les conditions de travail des stagiaires ? C'est l'idée d'Interns Go Pro. Son co-fondateur, Regis Pradal, explique qu'un classement est établit et que les entreprises peuvent obtenir le Label européen pour des stages de qualité. Les universités, les OGN, les portails consacrés à l'emploi, les grands médias, les jeunes et les employeurs sont invités à rejoindre cette initiative afin d'apporter de la transparence pour l'emploi des jeunes.