Portail européen de la jeunesse
Informations et possibilités pour les jeunes en Europe

De la Serbie au Japon grâce à Erasmus Mundus

Après avoir obtenu sa licence en robotique à l’université de Novi Sad (Serbie), Nemanja Racievic a décidé de postuler pour un master Erasmus Mundus. Il termine aujourd'hui un PhD à l’Imperial College de Londres. ll nous raconte son expérience.

Pourquoi avez-vous postulé pour un master Erasmus Mundus?

Nemanja.- Je souhaitais faire mon master à l'étranger parce que je voulais étudier un domaine spécifique de la robotique, et ça n'était pas possible en Serbie. Et puis j'avais envie d'acquérir un peu d'expérience internationale. En consultant le site web Mastersportal, j'ai trouvé un master européen en robotique avancée (EMARO), organisé dans le cadre d'Erasmus Mundus. Le programme m'a plu et j'ai décidé de postuler.

 

Comment s'est passée la procédure d'admission à ce master?

Nemanja.- Je leur ai envoyé un formulaire de candidature, mes notes et des lettres de recommandation. Dans ce programme, on peut être pris avec ou sans bourse, mais comme j'avais de bons résultats en Serbie, j’ai obtenu la bourse. Comme il s’agit d’un diplôme de master commun, on peut choisir entre quatre pays. J’ai choisi de faire ma première année d'étude à l’université de Gênes (Italie) et la seconde à Nantes (France). En plus, pendant la deuxième année, on peut préparer son mémoire dans l'une des institutions partenaires en Asie. J’ai posé ma candidature à l’université Keio de Tokyo et j'ai été accepté. J’ai donc également étudié cinq mois au Japon.

 

Quelles différences avez-vous trouvées entre les études en Serbie et dans une université étrangère?

Nemanja.- La qualité des études était bonne dans mon université d'origine et dans les universités étrangères. Mais, par exemple, à l’université de Gênes, on avait un meilleur équipement, car l'université a plus de financement. Par ailleurs, les étudiants travaillaient de façon plus autonome. Par exemple, on recevait un problème de mathématique à résoudre, et on devait travailler en groupes et s'aider mutuellement. Ca m'a aidé notamment à apprendre l’italien.

 

Le master a-t-il été utile pour votre carrière?

Nemanja.- Oui. J’ai écrit mon mémoire de master à Tokyo sur la robotique mobile, et je voulais continuer à travailler dans ce domaine. Il n'y a pas beaucoup d'endroits où on peut étudier ce domaine. L’un d’eux est l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni). J’ai postulé pour y faire un PhD, et j'ai été accepté. C'est ce que je fais en ce moment.

 

Recommanderiez-vous cette expérience à d’autres jeunes?

Nemanja.- Absolument! Cette expérience m'a beaucoup changé. Sur un plan personnel, ça permet d'évoluer beaucoup plus. En plus des langues qu'on apprend, la rencontre avec d'autres cultures permet de voir les choses selon d'autres points de vue et de développer son sens critique. Je pense que tout le monde devrait faire ça au moins une fois dans sa vie. 

Publié: Ven., 24/06/2016 - 12:18


Tweet Button: 

Liens connexes


Info for young people in the western balkans

Besoin d'aide ou de conseils ?

Poser une question