Portail européen de la jeunesse
Informations et possibilités pour les jeunes en Europe

Digital Dashboard : l’outil des décideurs politiques pour écouter les jeunes

Digital Dashboard
Tu as l’impression que tes opinions ne sont pas entendues par les décideurs politiques ? DEEP-Linking Youth a développé une plateforme de veille sur les médias sociaux qui vise à rapprocher les décideurs européens des défis auxquels les jeunes européens sont confrontés.

De quoi s’agit-il ? De veille sur les médias sociaux. En d’autres mots, the Digital Dashboard (tableau de bord numérique) est une plateforme de veille qui récolte les commentaires et publications publiques sur Twitter, les blogs et dans des groupes publics de Facebook. Cet outil, lancé le 22 mars 2017, sera testé sur la thématique de l’apprentissage des jeunes lors d’une expérience de mobilité. Cela signifie qu’à partir d’aujourd’hui, toutes les publications sur le volontariat, les opportunités de travail ou d’études à l’étranger, ou encore sur le programme Erasmus+ sont rassemblées dans le Digital Dashboard.

 

L’idée est que les décideurs politiques s’imprègnent de ces opinions qui ne sont habituellement pas entendues. Le but n’est pas d’encourager les jeunes à s’adresser aux institutions, mais que les décideurs puissent avoir accès à ce qui se dit en ligne sur un sujet en particulier. L’objectif est d’utiliser la e-participation comme outil pour encourager la participation politique des jeunes dans la vie démocratique.

 

Ce projet, soutenu par la Commission européenne, est dirigé par le European Citizen Action Service (ECAS) en partenariat avec le réseau Erasmus Student Networkle Consultation Institute, le Civil College Foundation, le ProInfo Foundation, GONG et le Citizens Foundation.

 

Le directeur du Consultation Institute, Remmert Keijzer, annonce que cet outil est une opportunité pour les décideurs politiques de « mieux comprendre les opinions des jeunes, car ils pourront avoir accès à qui dit quoi, où et quand, que le message soit positif ou négatif ». Après le premier filtre, ils collectent en moyenne 50 000 à 60 000 messages, écrits en 35 langues différentes, qui sont ensuite traduits en anglais par l’outil de traduction de Google.

 

Ce nombre incroyable de données sur l’apprentissage au cours d’une expérience de mobilité sont ensuite catégorisées selon 3 enjeux détectés par le réseau ESN : le logement, le financement et l’université. Safi Sabuni, le président d’ESN, explique qu’il y a une autre catégorie appelée « autres » qui rassemble « les informations générales liées à la mobilité des jeunes qui n’ont pas été identifiés ». Monsieur Sabuni affirme que « ce tableau de bord numérique peut nous aider à identifier de nouveaux défis ».

 

Comment fonctionne-t-il ? Robert Bjarnason, le PDG de la Fondation Citizens, explique que pour l’heure, la classification des publications concerne leur pertinence ou non, et qu’une catégorisation ultérieure est ouverte au public. Cette classification manuelle permettra dans un futur proche de classer les informations de façon automatique.

 

Elisa Lironi, déclare qu’à partir des millions d’informations, qui seront des milliers une fois filtrées, les décideurs politiques pourront utiliser la plateforme et alors peut-être « qu’un commentaire portera sur un point important et lancera une discussion au sein de l’UE ».

Publié: Mar., 16/05/2017 - 16:47


Tweet Button: 

Liens connexes


Info for young people in the western balkans

Besoin d'aide ou de conseils ?

Poser une question