Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

MEMO/08/463

Bruxelles, le 2 juillet 2008

Rapport sur la contribution de l'Union européenne à la promotion du travail décent dans le monde

Pourquoi un rapport maintenant?

Ce rapport, qui s'intéresse à l'évolution de la contribution de l'Union européenne à la promotion du travail décent dans le monde, a été demandé dans le cadre du suivi de la communication sur ce thème, adoptée par la Commission en 2006. Un travail décent – synonyme d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité, accompagnés d'une protection sociale, d'un dialogue social et de l'égalité des chances – est indispensable pour que les pays en développement, les économies émergentes et les pays industrialisés au-delà des frontières de l'Union puissent tirer profit de la mondialisation et gérer le changement.

Qu'est-ce que l'Agenda pour un travail décent?

L'Agenda pour un travail décent est un élément essentiel de la dimension internationale de l'Agenda social européen. Il a trait à l'emploi, aux droits au travail, à la protection sociale, au dialogue social et à la dimension de genre. Le concept de travail décent pour tous est un concept universel, fortement encouragé par l'Organisation internationale du travail (OIT) et qui constitue également l'un des objectifs du Millénaire pour le développement des Nations unies.

La promotion du travail décent pour tous dans le monde contribue à une mondialisation équitable, associant performance économique et justice sociale.

Quels sont les principaux problèmes?

Là où le travail décent fait défaut, le niveau et la qualité de vie des femmes et des hommes sont nettement moins bons. À titre d'exemple:

  • la moitié de la population mondiale ne bénéficie d'aucune protection sociale et 80% des travailleurs n'ont pas de protection sociale adéquate;
  • d'après le rapport sur l'emploi 2008 de l'OIT, malgré une croissance mondiale supérieure à 5%, le taux de chômage moyen mondial ne s'est pas amélioré. En particulier, certains pays à très forte croissance ne créent pas d'emplois;
  • au niveau mondial, selon les chiffres de l'OIT, une personne sur deux occupe un emploi précaire. Dans les pays en voie de développement, cela signifie souvent travailler dans l'économie informelle, avec un bas salaire, des conditions de travail dangereuses, et peu ou pas de protection sociale. Les femmes et les jeunes sont particulièrement touchés;
  • l'OIT a estimé qu'environ 165 millions d'enfants âgés de 5 à 14 ans sont aujourd'hui contraints de travailler.

Qu'a fait la Commission au cours des deux dernières années?

Depuis la communication de 2006, la Commission s'emploie à mobiliser toutes les institutions communautaires ainsi que d'autres acteurs tels que les entreprises, les partenaires sociaux et la société civile en faveur de la promotion du travail décent, par exemple via la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et la participation aux politiques extérieures.

Elle s'efforce également de soutenir les engagements pris au niveau international, en développant les relations bilatérales et les échanges sur ces thèmes avec des pays et régions partenaires et en intégrant les objectifs de travail décent dans les politiques commerciales et de développement de l'Union.

Comment la Commission intégrera-t-elle le travail décent dans les politiques extérieures?

Dans les relations bilatérales, le travail décent fait l'objet de dialogues spécifiques avec les pays voisins, les économies émergentes telles que la Chine, l'Inde, le Mexique, l'Afrique du Sud, le Brésil et le Chili, ainsi que dans des instances régionales avec l'Asie (ASEM), l'Amérique latine et l'Afrique.

Les objectifs de travail décent sont intégrés dans la politique de développement et l'aide extérieure de l’Union.

Le développement durable est un thème central de la politique commerciale de l'UE, au même titre que l'interaction entre commerce et travail décent, notamment en ce qui concerne le système de préférences généralisées (SPG) et SPG+, les négociations en cours sur les accords de libre-échange, l'aide au commerce, le renforcement des capacités et le dialogue avec les pays concernés.

Qu'en est-il des engagements internationaux?

L'action coordonnée de l'UE aide à orienter l'agenda international pour un travail décent et le problème plus vaste d'une mondialisation équitable. Dans l'Agenda social renouvelé présenté ce jour, la Commission réaffirme son engagement vis-à-vis de la promotion du travail décent au niveau mondial dans le contexte d'une collaboration avec des organismes internationaux tels que l'OIT.

Par ailleurs, la Commission invite tous les États membres à donner l'exemple en ratifiant et appliquant les conventions actualisées de l'OIT relatives au travail décent. Ce processus de ratification est particulièrement important pour la crédibilité de l'UE en matière de promotion des engagements en faveur du travail décent au niveau mondial.

IP/08/1070: La Commission propose un agenda social renouvelé pour donner aux citoyens les outils et l'aide dont ils ont besoin dans l'Europe du XXIe siècle

Pour plus d'informations, consulter:

http://ec.europa.eu/employment_social/international_cooperation/decent_work_fr.htm

Document de Travail de la Commission sur le travail décent :
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=554&langId=en


Side Bar