Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE

   Les  ASSISES DE LA PRESSE ECRITE ont facilité la première grande  réunion
   de représentants de toutes les professions associées à la publication  de
   journaux  et de revues. La Commission s'était engagée à  organiser  cette
   manifestation   pour   répondre   aux   questions   formulées   par   ces
   professionnels   au  sujet  de  l'incidence  qu'aura  sur  leur   secteur
   l'achèvement  du marché intérieur sans frontières,  le  1er janvier 1993.
   Ces Assises ont été organisées pour l'essentiel par les professionnels et
   elles ont permis trois jours d'échanges de vues francs et intéressants.
   Dans son discours de clôture, M. Dondelinger, membre de la Commission,  a
   souligné  que  ces  Assises  étaient  fondamentalement  différentes   des
   précédentes Assises de l'audiovisuel, bien que leur organisation ait  été
   la même et qu'elle ait servi de modèle. L'arrivée des techniques modernes
   et de l'électronique, notamment les transmissions par satellites, a rendu
   nécessaire  un cadre juridique pour assurer des conditions équitables  au
   secteur  de  l'audiovisuel sur un marché sans frontières et  sans  autres
   obstacles.  La  presse écrite se trouve dans une  situation  particulière
   étant donné qu'elle vise des publics locaux, régionaux et nationaux  pour
   qui   les  barrières  linguistiques  sont  à  la  fois  essentielles   et
   indispensables.
   La presse écrite joue donc un rôle et subit des contraintes qui dépassent
   le  marché et touchent aux principes fondamentaux de la société et de  la
   démocratie.  Dans  ce contexte la presse a une fonction  vitale  dans  le
   développement de la Communauté et la réalisation de l'Union politique  et
   économique,  du  fait  qu'elle  répond à  la  demande  d'information,  de
   documentation et de distraction des citoyens.
   Je  crois  que  le  rôle  de la  presse  est  un  élément  essentiel  des
   institutions  démocratiques,  a déclaré M. Dondelinger.  La  presse  doit
   continuer à bénéficier de la plus grande liberté d'expression possible et
   à  réfléter  la  diversité  des opinions. Elle  doit  aussi  exercer  une
   influence  croissante  sur notre société de plus en plus prospère  et  de
   plus en plus technique en couvrant les domaines de la culture, du  loisir
   et du spectacle.
   J'espère enfin qu'un plus grand nombre de gens liront les journaux et les
   revues,  que  la presse contribuera à faire revivre  l'écrit  et  qu'elle
   entamera l'asservissante domination de l'écran de télévision.
                                     - 2 -
   Les  Assises ont montré l'intérêt du dialogue et de nombreuses  voix  ont
   demandé qu'elles aient une suite. La Commission, pour sa part, est  prête
   à  poursuivre ce dialogue et à répondre à toute initiative prise par  les
   professionnels de la presse. Mais il est essentiel que les règles du  jeu
   soient  pour ainsi dire fixées par ceux qui participent. Les Assises  ont
   soulevé  de  nombreuses  questions  spécifiques  et  abordé  beaucoup  de
   problèmes  auxquels  doivent faire face plus  particulièrement  ceux  qui
   travaillent  avec  leur  plume  et  dans le  secteur  de  la  presse.  La
   Commission  en est consciente, mais elle ne croit pas que  des  solutions
   puissent  être  apportées par des actes législatifs  communautaires,  des
   livres  blancs ou des dérogations particulières. Nous  sommes  convaincus
   que la presse, la plus riche de toutes les branches d'activité en  termes
   de  talents  et  d'idées,  saura profiter  dans  un  esprit  positif  des
   occasions  offertes  par  le  marché intérieur et  qu'elle  en  tira  une
   nouvelle vitalité.
* * *

Side Bar