Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

L'Union européenne continue de jouer un rôle moteur dans la lutte contre le changement climatique

Bruxelles, le 11 septembre 2019

La Commission européenne a adopté aujourd'hui une communication qui réaffirme la volonté de l'UE de renforcer encore davantage ses ambitions en matière de climat. À l'approche du sommet Action Climat qui se tiendra le 23 septembre prochain à New York sous l'égide du Secrétaire général des Nations unies, la Commission rappelle que l'Union européenne a joué un rôle de premier plan dans l'action mondiale contre le changement climatique, en négociant un cadre international inclusif pour relever ce défi et en agissant sur son propre territoire avec diligence et détermination, dans un esprit d'unité. L'UE a pris des mesures concrètes pour honorer ses engagements au titre de l'accord de Paris, conformément à la priorité de la Commission Juncker que constituait la mise en place d'une union de l'énergie dotée d'une politique clairvoyante en matière de changement climatique.

Le vice-président de la Commission chargé de l'union de l'énergie, M. Maroš Šefčovič, a déclaré: «Avec l'accord de Paris, toutes les parties se sont engagées, pour la première fois, à réduire les émissions. Nous devons désormais veiller à ce que ces réductions interviennent à temps pour éviter les pires conséquences de la crise climatique. L'Union européenne présentera à New York le fruit de ses travaux sur l'union de l'énergie: un projet réaliste d'Europe neutre pour le climat d'ici à 2050, sous-tendu par des politiques ambitieuses inscrites dans une législation contraignante. L'UE a veillé à ce que tous les secteurs contribuent à la transition. Lors du sommet Action Climat, nous espérons inspirer d'autres pays avec nos projets, et être inspirés en retour. Notre message est simple: l'Europe tient ses promesses.»

Le commissaire chargé de l'action pour le climat et l'énergie, M. Miguel Arias Cañete, a quant à lui déclaré: «L'Union européenne a une histoire forte à raconter au sommet des Nations unies sur le climat qui se tiendra à la fin du mois. Nous sommes à la pointe de la lutte mondiale contre le changement climatique, et notre démarche est un remarquable exemple d'action concrète, notamment dans le cadre de notre stratégie à long terme. Pour l'UE, il est primordial de veiller à ce que les ambitions en matière de climat ne se limitent pas à énoncer de grands objectifs, mais passent par la concrétisation de nos promesses, pour nous assurer que les objectifs seront atteints et que les réductions d'émissions auront bien lieu. Comme le montre l'enquête à l'échelle de l'UE publiée aujourd'hui, notre approche bénéficie d'un soutien très fort de la part de nos citoyens. Je suis fier de pouvoir porter ces messages également à New York.»

L'Union européenne est la première grande économie à traduire en lois contraignantes les promesses qu'elle a faites au titre de l'accord de Paris sur le climat. Elle opère avec succès sa transition vers une économie à faibles émissions, dans le but d'atteindre la neutralité climatique d'ici à 2050. Cette action ambitieuse en faveur du climat bénéficie d'un fort soutien démocratique. Selon le dernier Eurobaromètre spécial sur le changement climatique publié aujourd'hui, 93 % des Européens estiment que le changement climatique est un problème grave.

En outre, l'UE et ses États membres, fidèles à leur attachement à l'action multilatérale guidée par une démarche scientifique, se préparent activement à présenter, début 2020, une stratégie à long terme pour atteindre la neutralité climatique d'ici à 2050, telle que proposée par la Commission. En novembre 2018, la Commission a présenté sa vision d'une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat, à laquelle une grande majorité d'États membres ont manifesté leur soutien en juin 2019. Selon l'Eurobaromètre, 92 % des Européens sont favorables aux actions visant à atteindre la neutralité climatique de l'UE à l'horizon 2050. Toutes les parties à l'accord de Paris sont tenues de présenter une stratégie à long terme d'ici à 2020.

 

Contexte

L'Union continue d'honorer ses engagements

L'UE, qui dispose de l'arsenal législatif le plus complet et le plus ambitieux en matière d'action pour le climat, est en train de réussir sa transition vers une économie à faible taux d'émissions, dans le but d'atteindre la neutralité climatique d'ici à 2050 – elle a réduit de 23 % ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2017, tandis que son économie a cru de 58 %.

L'UE a déjà dépassé son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2020 et achevé son cadre législatif contraignant unique, qui lui permettra de surpasser ses objectifs en matière de climat d'ici à 2030. Dans le même temps, la stratégie d'adaptation de l'UE encourage depuis 2013 les mesures d'adaptation nationales, régionales et locales.

Sachant que ses émissions ne représentent qu'environ 9 % des émissions totales mondiales, l'UE poursuit ses activités de sensibilisation et de coopération, à la fois financière et technique, avec tous ses pays partenaires. L'UE reste le premier donateur mondial en matière d'aide au développement, et le plus gros bailleur de fonds de la lutte contre le changement climatique. Les contributions de l'UE et de ses États membres, qui représentent plus de 40 % des fonds publics mondiaux consacrés à la lutte contre le changement climatique, ont plus que doublé depuis 2013, s'établissant à plus de 20 milliards d'euros par an.

 

Un soutien fort de la part des citoyens

En prévision du sommet Action Climat des Nations unies, la Commission a réalisé un Eurobaromètre spécial sur l'action pour le climat et l'énergie. Il ressort de ce sondage que, dans tous les États membres de l'UE, les citoyens soutiennent massivement les mesures prises contre le changement climatique et souhaitent que les responsables de l'UE et les dirigeants nationaux renforcent leurs ambitions à cet égard et améliorent la sécurité énergétique de l'Europe.

D'après l'Eurobaromètre, 93 % des citoyens de l'UE considèrent le changement climatique comme un «problème grave», et 79 % comme un «problème très grave». Par rapport à la dernière enquête Eurobaromètre de 2017, le changement climatique a supplanté le terrorisme international dans la perception des citoyens, qui le considèrent désormais comme le deuxième problème mondial le plus grave actuellement, après la pauvreté, la faim et le manque d'eau potable.

La proportion de citoyens européens qui agissent personnellement contre le changement climatique a augmenté dans tous les États membres de l'UE, pour atteindre une moyenne européenne de plus de neuf citoyens sur dix (93 %). Les résultats de l'Eurobaromètre montrent également que les citoyens attendent des gouvernements nationaux qu'ils revoient à la hausse leurs propres objectifs en matière d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables (92 %) et qu'ils octroient davantage de financements publics aux énergies renouvelables (84 %). Une forte majorité d'Européens (72 %) estiment que la réduction des importations d'énergie aura des effets positifs sur l'économie et la sécurité énergétique, et 92 % d'entre eux considèrent que l'UE doit garantir l'accès de tous ses citoyens à l'énergie.

 

Pour en savoir plus

Communication sur le sommet Action Climat 2019 organisé par le Secrétaire général des Nations unies à New York

Eurobaromètre spécial sur le changement climatique, assorti de fiches d'information par État membre

Eurobaromètre spécial sur l'énergie, assorti de fiches d'information par État membre

Communication «Une planète propre pour tous»

L'union de l'énergie, de la vision à la réalité

Fiche d'information sur le nouveau cadre législatif relatif à l'action pour l'énergie et le climat (en anglais)

IP/19/5534

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar

Photos