Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Announcement

Président Juncker : « Il faut à l'Europe une véritable Union de la sécurité »

Bruxelles, le 13 avril 2016

Les 12 et 13 avril, le Président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker a prononcé deux discours devant le Parlement européen, le premier relatif aux attaques de Bruxelles et le second portant sur les conclusions du Conseil européen de mars.

Dans son discours à la session plénière du Parlement européen le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a insisté sur le fait que la coopération fait la force. « C'est aujourd'hui le moment de l'action. Dans le domaine de la sécurité, comme dans bien d'autres domaines en Europe, c'est la fragmentation qui nous rend vulnérable. Il faut à l'Europe une véritable Union de la sécurité », a-t-il souligné.

Le Président Juncker a aussi rendu hommage à chacune des victimes en précisant que la Commission porte le deuil ayant perdu un de ses employés. Finalement, après avoir rappelé les nombreuses initiatives que la Commission a mis sur la table du co-législateur, le Président s'est engagé à présenter d'ici quelques semaines un état des lieux de l'avancement de l'agenda de sécurité ainsi qu'une feuille de route ambitieuse, de par son contenu et son calendrier, avec de nouvelles mesures à mettre en œuvre.

Dans son discours sur le Conseil européen de mars, le Président Juncker a souligné l'urgence de l'accord entre l'Union européenne et la Turquie sur la gestion de la crise des réfugiés. « C'est cet abject trafic d'êtres humains que nous souhaitons remplacer par des déplacements de demandeurs d'asile contrôlés et légaux », a déclaré le Président Juncker. Depuis le 4 avril, date de la mise en application de l'accord, 325 migrants irréguliers ont été retournés de Grèce en Turquie et 79 réfugiés Syriens ont été réinstallés de Turquie vers l'Europe.

Le Président a souligné que cet accord ne peut en aucun cas affaiblir l'attachement de l'Union européenne aux droits fondamentaux. Toute tentative de réduire la liberté d'expression « ne nous rapproche pas de la Turquie mais nous en éloigne », a-t-il dit. Se tournant vers les prochaines étapes, le Président Juncker a insisté sur le fait que le principe de solidarité doit être la pierre angulaire des réformes que la Commission compte adopter dans les prochains mois. « Nous ne pouvons pas laisser un Etat membre livré seul à lui-même face à la crise. La position géographique d'un pays sur la carte ne doit pas décider de sa part de responsabilité. » Les discours sont disponibles en ligne.

Références

AC/16/2142


Side Bar