Union Européenne

Commerce

Vers un commerce mondial ouvert et équitable

L’Union européenne est l’une des économies les plus ouvertes sur l’extérieur. Elle est aussi le plus grand marché unique au monde. L'instauration d'une zone de libre-échange entre ses États membres était l'un de ses principes fondateurs et l’ouverture du commerce mondial est l'un de ses objectifs.

De 1999 à 2010, le commerce extérieur de l’UE a doublé et représente aujourd’hui plus de 30 % du produit intérieur brut de l’Union (PIB). L’UE est responsable de la politique commerciale de ses États membres et négocie des accords en leur nom. En parlant d’une seule voix, l’UE pèse davantage dans les négociations commerciales internationales.

L’UE collabore activement avec les pays ou les groupements régionaux afin de négocier des accords commerciaux Ces accords octroient un accès mutuellement bénéfique aux marchés de l’UE et à ceux des pays concernés. Les entreprises de l’UE peuvent développer leurs activités et importer plus facilement les matières premières qu’elles utilisent pour fabriquer leurs produits.

Chaque accord est unique et peut inclure des réductions tarifaires, des règles sur des aspects tels que la propriété intellectuelle ou le développement durable, ou encore des clauses sur les droits de l’homme. L’UE reçoit également des contributions du public, des entreprises et des organes non gouvernementaux lors de la négociation de règles ou d’accords commerciaux.

L’UE soutient et défend l’industrie et les entreprises européennes en s’employant à éliminer les obstacles au commerce, de manière à ce que les exportateurs européens puissent bénéficier de conditions équitables et accéder à d’autres marchés. Parallèlement, l’UE soutient les entreprises étrangères en leur fournissant des informations pratiques sur les moyens d’accéder au marché de l’Union.

L’UE collabore également avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour contribuer à fixer les règles du commerce mondial et à supprimer les obstacles commerciaux entre les membres de l’OMC.

Back to top