EU PROTECTS > Notre sécurité > Briser le cercle: le rôle de l’UE dans le démantèlement d’un réseau de traite d’êtres humains

«C’est l’une des affaires de traite d’êtres humains les plus importantes de ces dernières années.»

Inspecteur David Diego Monserrat

En juillet 2017, 13 femmes ont été libérées du joug d’un violent gang criminel. Victimes de manipulations et de menaces, elles avaient été enlevées à leur famille en Bulgarie et envoyées en Espagne, où elles étaient contraintes à se prostituer. 

La seule façon de démanteler le gang et de libérer ces femmes était de mener une action coordonnée à travers l’Europe. Europol et Eurojust ont mis en contact les forces de police espagnoles et bulgares pour entreprendre cette enquête majeure. Les deux agences européennes ont travaillé dans l’ombre pour aider les policiers à recueillir et partager les preuves, puis à procéder aux arrestations.

Voir la vidéo

Briser le cercle: le rôle de l’UE dans le démantèlement d’un réseau de traite d’êtres humains

Les autorités nationales devaient agir rapidement: elles venaient de découvrir un réseau violent de traite d’êtres humains. Des jeunes femmes arrachées à leur foyer en Bulgarie étaient forcées de se prostituer en Espagne.

En une semaine, 34 membres du gang ont été arrêtés et 13 jeunes femmes ont été libérées. L’opération doit son succès à la coordination des efforts à l’échelon européen.

Lire la suite ci-dessous

EU Protects: comment l’Europe a démantelé un réseau de traite d’êtres humains

Inspector David Diego Monserrat

Police nationale

Espagne

«Nous avons appris auprès d’une source fiable que des femmes bulgares étaient forcées de se prostituer dans le sud de l’Espagne. Il nous fallait coordonner les arrestations directement avec la police bulgare. Europol et Eurojust ont été les cerveaux de cette coopération.»

 

 

 

 

 

 

 

«Ce gang aurait pu facilement se déplacer dans un autre pays pour continuer à exploiter les femmes.»

 - Inspector David Diego Monserrat

Enrique Morales

ancien agent d’Europol

Espagne

«Après avoir été mis au courant par l’Espagne, nous avons commencé à dresser le profil des chefs de gangs, des chauffeurs et de ceux qui détenaient les femmes. Europol a accès à une énorme base de données de renseignements criminels. Nous rencontrons les autorités nationales, contribuons à leurs enquêtes et coordonnons les opérations impliquant plusieurs pays.»

 

 

 

«Nous étions le centre névralgique d’une coopération fluide.»

 - Enrique Morales

Francisco Jiménez-Villarejo

Espagnol, Eurojust

Pays-Bas

«Nous avons organisé 2 réunions à La Haye pour planifier l’opération. En collaboration avec les autorités espagnoles et bulgares, nous avons défini les principales cibles et les accusations criminelles. Eurojust a fourni des conseils sur l’ensemble des aspects juridiques de l’opération comme la délivrance d’ordonnances de protection ou la saisie des comptes bancaires des suspects. Le soutien aux victimes était également crucial: elles avaient besoin de protection physique et d’informations sur leurs droits.»

 

 

 

 

 

«Nous avons éliminé tous les obstacles susceptibles d’entraver les arrestations en Espagne et en Bulgarie.»

 - Francisco Jimenez-Villarejo

Inspector Ivan Petrov

Direction générale de la lutte contre la criminalité organisée

Bulgarie

L’identité de ce héros ordinaire a été dissimulée afin de protéger la vie privée des personnes impliquées

«Tant de choses auraient pu mal tourner, car l’opération a été menée en même temps dans 2 pays. Pour les arrestations, 2 officiers espagnols ont été envoyés en Bulgarie et 2 officiers bulgares en Espagne. Finalement, les criminels ont été inculpés et les victimes ont pu être sauvées.» 

«Il aurait été impossible de démanteler cette organisation sans nos collègues espagnols et européens.»

 - Inspector Ivan Petrov

Zlatka Macheva

Directrice de refuge, commission nationale de lutte contre la traite d’êtres humains

Bulgarie

«Nous travaillons régulièrement avec la police par l’intermédiaire du coordinateur national du mécanisme bulgare d’orientation et de soutien des victimes de la traite d’êtres humains.»

«Les victimes de la traite d’êtres humains et de l’exploitation sexuelle qui arrivent dans notre établissement ont généralement entre 18 et 25 ans. Certaines filles restent en contact avec nous pendant longtemps tandis qu’elles essayent de reprendre confiance et de regagner leur indépendance.» 

 

 

 

«Nous apportons aux victimes un soutien médical et psychologique pour les aider à se réinsérer dans la société.»

 - Zlatka Macheva

Le saviez-vous?

Unis pour une même cause

Une fois que les rôles de la police nationale et des procureurs sont définis d’un commun accord, une date est fixée pour effectuer des perquisitions et des arrestations transfrontalières. Ce que nous appelons les journées d’action commune.

132

Nombre d’affaires de traite d’êtres humains traitées par Eurojust en 2017 (contre 71 en 2014).

70 %

des victimes sont utilisées à des fins d’exploitation sexuelle, 19 % à des fins d’exploitation professionnelle. Les autres affaires concernent la mendicité, les mariages blancs et le trafic d’organes.

Système d’information Europol (SIE)

Les 28 États membres de l’UE ont tous accès au SIE, la base de données centrale de l’agence qui contient des informations et des renseignements sur les personnes et les objets impliqués dans des crimes internationaux graves (notamment la traite d’êtres humains).

 

Coordinatrice de l’UE pour la lutte contre la traite d’êtres humains

Mme Myria Vassiliadou est chargée d’améliorer la coordination et la cohérence des efforts déployés par les institutions, les agences et les États membres de l’UE pour lutter contre la traite d’êtres humains.

QUI SONT LES AUTRES HÉROS QUI LUTTENT CONTRE LES RÉSEAUX CRIMINELS?

Certains d’entre eux viennent peut-être de votre pays.

Il existe un réseau de héros ordinaires, mis en contact par l’UE, qui travaillent ensemble et contribuent à nous protéger de toutes sortes de périls comme la traite d’êtres humains, le vol de données ou les activités criminelles. Qu’ils soient officiers de police, procureurs, membres d’une équipe de secours ou coordinateurs pour les demandeurs d’asile, découvrez comment l’UE soutient ces héros ordinaires dans votre pays.