Portail européen de la jeunesse

Informations et possibilités pour les jeunes en Europe

A picture
© shutterstock.com - Samuel Borges Photography

Témoignage d'une volontaire des Nations unies

Marie Dibangue (Cameroun) a travaillé comme volontaire des Nations unies à Haïti. Elle était responsable de projets dans le service de réduction des violences communautaires de la MINUSTAH.

Je travaille dans le service de réduction des violences communautaires (CVR) de la MINUSTAH depuis mai 2012 comme responsable de projets. Mon travail consiste à définir, sélectionner et mettre en place des projets destinés à réduire les violences au sein des communautés.

En tant que volontaire des Nations unies, nous avons la possibilité de travailler dans plusieurs domaines afin d'aider le peuple haïtien de diverses manières. J'ai eu cette chance puisque j'ai été le point de contact de 10 événements organisés pour célébrer la Journée internationale de la paix le 21 septembre.

 

Journée internationale de la paix 2012

Deux mois avant, mon travail a consisté à coordonner non seulement les autres services et contingents militaires de la MINUSTAH, mais aussi les partenaires haïtiens appelés à participer aux événements ce jour-là. Une des priorités était de travailler avec des organisations locales afin d'élaborer des activités communes pour encourager le dialogue sur les moyens de promouvoir la paix. Nous avons en outre collaboré étroitement avec les autorités haïtiennes. J'ai assisté à de nombreuses réunions avec le ministère de la jeunesse, des sports et de l'action civique en vue d'associer le plus possible les jeunes au déroulement de cette journée. Nous avons également rencontré la Fédération haïtienne de football afin d'organiser un match entre les contingents de la MINUSTAH, la police nationale haïtienne et deux équipes locales.

Après pas mal de planification avec chaque partenaire, j'ai été ravie du succès remporté par la Journée internationale de la paix. Un des événements les plus populaires a été la finale du tournoi intitulé «Match pour la paix et la sécurité» entre des équipes de basket et de foot de jeunes de différents quartiers de la Cité Soleil, une des zones les plus sensibles de Port-au-Prince. Dans la même zone le 21 septembre, des bénéficiaires d'un projet de formation professionnelle du CVR ont planté des arbres avec des enfants.

Dans toute la ville, d'autres partenaires ont collaboré avec le service pour organiser des forums informels et des débats et ateliers formels afin de susciter les discussions sur les violences et les moyens de progresser vers la paix. De nombreux événements avaient un volet culturel afin de promouvoir la paix par la musique, la danse, des expositions ou le théâtre. Une journée de célébrations a eu lieu le 22 septembre au Champ de Mars, une des grandes places publiques de la capitale.

Dans le département du Nord d’Haïti, le CVR a également coopéré avec une association locale de femmes afin d'organiser une marche pour la paix et un grand débat public dans un square, sur le thème «La violence est un obstacle au développement».

D'une manière générale, ça a été une expérience formidable pour moi de travailler avec des partenaires haïtiens et internationaux en vue de célébrer la Journée internationale de la paix, et j'espère pouvoir participer à des événements similaires à l'avenir.

 

Le témoignage de Marie fait partie des Voix de volontaires des Nations unies.