Portail européen de la jeunesse
Informations et possibilités pour les jeunes en Europe

Bénévole par hasard

Youth in Action for all Lipdub non-formal education

Bénévolat en Norvège grâce à 'Jeunesse en Action'

Mu par la soif d’aventure, je suis parti seul, sac à dos bien rempli, en direction du Nord. C’était en septembre 2012, et j’avais tout mon temps.  J’ai atterri en Norvège, où je travaille maintenant comme bénévole depuis décembre dernier. Mais reprenons les étapes les unes après les autres. À Bergen, j’ai fait la connaissance d’un habitant du lieu, qui m’a recommandé une île de la côte ouest. « Là-bas, a-t-il dit, tu découvriras la Norvège profonde. » C’est ainsi que j’ai passé le mois de novembre à Gåsvær, où vivent cinq personnes. Quand j’ai su qu’on recherchait un bénévole sur l’île principale de l’archipel, j’ai sauté sur l’occasion.

Je travaille avec Eduardo, un Espagnol, pour le Frivilligsentral. Ce que j’aime le plus dans notre projet, c’est sa diversité. Il faut tout faire : s’occuper de la bibliothèque et de la cantine de l’école, aider les profs de dessin, construire un magasin de seconde main intégrant un café, participer à tous les événements culturels et  ̶  surtout  ̶   travailler sur plusieurs îles. Quelques camps pour enfants sont au programme en été, notamment ceux de la Croix-Rouge. Et puis, je rends régulièrement visite à une vieille dame, qui m’est devenue très chère ; elle se sent un peu seule et sa santé est fragile. Elle m’a donné un nombre incroyable de recettes de pâtisserie, et elle aime parler du temps passé. Ici, on n’a jamais fini d’apprendre, d’autant que 22 nationalités se côtoient sur cette commune de 800 âmes, isolée du reste du monde. Mes connaissances générales en ont profité, enrichies par de passionnants échanges culturels. Sans parler de mes compétences sociales, qui se sont développées dans ce nouvel environnement et qui renforcent ma personnalité. J’ai aussi appris une nouvelle langue et j’apprécie la cuisine locale traditionnelle, mais il m’arrive d’être seul et d’avoir le mal du pays.

Je n’oublierai jamais la semaine passée sur un bateau à proximité des îles Lofoten pour suivre de près la pêche à la morue, célèbre des kilomètres à la ronde, et le scintillement verdoyant de l’aurore boréale observé un soir depuis notre balcon.

Ma Norvège à moi, ce sont les couleurs indescriptibles de la nature, les heures sombres de l’hiver et la lumière éclatante de l’été, mais aussi des rapports humains chaleureux, des tours en kayak dans un archipel de rêve et un sac à dos plus lourd encore à la fin du voyage, rempli d’expériences pour la vie.

 

 

Publié: Mar., 27/05/2014 - 08:50


Tweet Button: 

Liens connexes


Info for young people in the western balkans

Besoin d'aide ou de conseils ?

Poser une question