Version imprimable | Avis juridique | Quoi de neuf? | Recherche | Contact | Index | Glossaire | A propos de ce site
Une Constitution pour l'Europe Ignorer le choix de langue et aller directement à la liste des traités (touche de raccourci=1)
EUROPA > Synthèses de la législation > Les politiques de l'Union

LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE À TRAVERS LES TRAITÉS >

Les politiques de l'Union


L'action extérieure


Introduction
La politique commerciale commune
La politique de coopération au développement
La coopération avec les pays tiers
L'aide humanitaire
Les mesures restrictives
Les accords internationaux
L'Union et son environnement proche
Tableau récapitulatif

INTRODUCTION

Dans la Constitution européenne, une réécriture substantielle des dispositions relatives à l'action extérieure de l'Union européenne (UE) a eu lieu. Ainsi, des modifications importantes et de nouvelles dispositions sont venues renforcer le dispositif actuel afin que l'action de l'Union dans le monde gagne en efficacité et en visibilité.

L'Union se voit attribuer la personnalité juridique internationale (article I-7) et succèdera à la Communauté européenne et à l'Union européenne, telles qu'elles existent actuellement, dans tous les droits et obligations de celles-ci.

La disparition du système de piliers dans le domaine de la politique étrangère est l'un des apports majeurs de la Constitution. Les dispositions relatives à l'action extérieure de l'Union sont désormais regroupées dans un titre unique traitant de tous les aspects de l'action extérieure de l'Union :

Sur le plan institutionnel, deux grandes innovations ont été introduites par la Constitution. Il s'agit, en premier lieu, de la création du poste de ministre des affaires étrangères . Cette personnalité sera à la fois le mandataire du Conseil pour la conduite et l'exécution de la PESC et l'un des vice-présidents de la Commission européenne . Il sera chargé, au sein de cette institution, des responsabilités qui incombent à la Commission dans le domaine des relations extérieures et de la coordination des autres aspects de l'action extérieure de l'Union. De plus, la Constitution prévoit la création du poste de président du Conseil européen qui aura pour tâche, entre autres, d'assurer à son niveau la représentation extérieure de l'Union pour les matières relevant de la PESC, sans préjudice des compétences du ministre des affaires étrangères.

L'article III-292 de la Constitution énonce de manière détaillée les objectifs communs de l'action extérieure de l'Union. Dans la réalisation de ces objectifs, le Conseil et la Commission, assistés par le ministre des affaires étrangères, doivent assurer la cohérence entre les différents domaines de l'action extérieure et entre ceux-ci et les politiques internes.

Cette fiche de synthèse traite des principales modifications apportées par la Constitution dans le domaine de l'action extérieure de l'Union. Les modifications touchant la politique étrangère et de sécurité commune et la politique de défense font l'objet de deux autres fiches séparées.

[ Début de la page ]

LA POLITIQUE COMMERCIALE COMMUNE

L'article I-13 de la Constitution désigne clairement la politique commerciale commune comme une compétence exclusive de l'Union. Le champ d'application de cette politique est désormais étendu à tous les investissements étrangers directs (article III-315). Cependant, les accords dans le domaine des transports demeurent exclus de la politique commerciale commune. Le texte de la Constitution prévoit que la législation commerciale autonome sera établie à travers des lois européennes.

En ce qui concerne le processus décisionnel, les dispositions de l'actuel article 133 du traité instituant la Communauté européenne (traité CE) sont simplifiées. Néanmoins, le vote à la majorité qualifiée n'est pas étendu à l'ensemble de la politique commerciale commune. En effet, la Constitution retient et étend le principe du parallélisme entre règles internes et règles externes établi à Nice. Selon ce principe, les décisions seront désormais prises à l'unanimité pour la négociation et la conclusion des accords dans les domaines du commerce des services, des aspects commerciaux de la propriété intellectuelle, ainsi que des investissements étrangers directs lorsque ces accords contiennent des dispositions pour lesquelles l'unanimité est requise pour l'adoption de règles internes.
La Constitution prévoit également le vote à l'unanimité s'agissant des accords dans le domaine du commerce des services culturels et audiovisuels, lorsque ceux-ci risquent de porter atteinte à la diversité culturelle et linguistique de l'Union. La Constitution prévoit également l'unanimité pour les accords relatifs au commerce des services sociaux, d'éducation et de santé, lorsque ces accords risquent de perturber gravement l'organisation nationale de ces services ou de porter atteinte à la responsabilité des États membres pour leur fourniture.
Tous les accords commerciaux sont soumis à l'approbation du Parlement. Celui-ci est tenu informé de l'état d'avancement de leurs négociations.

[ Début de la page ]

LA POLITIQUE DE COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT

Selon l'article I-14 de la Constitution, l'Union dispose d'une compétence partagée avec les États membres dans le domaine de la coopération au développement. L'exercice de cette compétence par l'Union n'empêche pas les États membres d'exercer la leur. Comme aujourd'hui, l'Union mènera donc une politique de développement parallèle à celles menées par les États membres. La Constitution précise que la politique de coopération au développement de l'Union et celles des États membres se complètent et se renforcent mutuellement, alors que cette politique n'est actuellement que complémentaire à celles menées par les États membres (article 177, paragraphe 1, du traité CE).

Il est à signaler que la Constitution déclare, désormais plus clairement, la réduction et, à terme, l'éradication de la pauvreté comme objectif principal de l'Union dans le domaine de la coopération au développement. L'UE devra tenir compte de cet objectif lors de la mise en œuvre des politiques susceptibles d'affecter les pays en voie de développement.

[ Début de la page ]

LA COOPÉRATION AVEC LES PAYS TIERS

La Constitution reprend les dispositions de l'article 181 A du traité CE concernant la coopération économique, technique et financière avec les pays tiers (autres que les pays en développement), en introduisant la procédure législative ordinaire pour la prise de décision. En outre, lorsqu'une aide financière d'urgence est nécessaire, le Conseil pourra statuer à la majorité qualifiée, sur proposition de la Commission, au lieu d'être obligé de recourir à l'article 308 du traité CE, prévoyant l'unanimité, comme c'est le cas actuellement (article III-320).

[ Début de la page ]

L'AIDE HUMANITAIRE

La Constitution, dans son article III-321, dote l'Union d'une base juridique propre à la mise en œuvre des actions d'aide humanitaire. Ces actions sont menées conformément aux principes du droit international et aux principes d'impartialité, de neutralité et de non-discrimination, qui sont pertinents dans le contexte du droit humanitaire.

La procédure législative ordinaire est appliquée pour la définition du cadre de la mise en œuvre des actions d'aide humanitaire décidées par l'Union.

Afin d'établir un cadre pour des contributions communes des jeunes européens aux actions humanitaires de l'Union, la Constitution prévoit la création d'un corps volontaire européen d'aide humanitaire.

[ Début de la page ]

LES MESURES RESTRICTIVES

En ce qui concerne les mesures restrictives (interruption ou réduction des relations économiques et financières avec un ou plusieurs pays tiers), la Constitution conserve une approche en deux étapes. L'adoption de sanctions à l'égard des pays tiers par le Conseil des ministres à la majorité qualifiée est soumise à une décision préalable de l'Union dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune, en principe à l'unanimité.

L'article III-322 de la Constitution régit les sanctions économiques et financières à l'encontre des États, mais également à l'égard de personnes physiques ou morales, groupes ou entités non-étatiques. Les sanctions contre toutes ces entités non-étatiques nécessitent actuellement le recours à l'article 308 du traité CE, et donc au vote à l'unanimité.

Il est à noter, enfin, que les dispositions concernant les mesures restrictives ne font pas partie du chapitre relatif à la PESC et sont donc soumises à la juridiction de la Cour de justice . Cette dernière est également compétente pour se prononcer sur les recours concernant le contrôle de la légalité de la décision PESC préalable sur des mesures restrictives à l'encontre de personnes physiques ou morales adoptées par le Conseil des ministres.

[ Début de la page ]

LES ACCORDS INTERNATIONAUX

En ce qui concerne la compétence de l'Union pour conclure des accords internationaux, l'article III-323 de la Constitution institutionnalise la jurisprudence de la Cour de justice sur les compétences externes implicites. Ainsi, l'Union peut conclure de tels accords lorsque la Constitution le prévoit ou lorsque la conclusion d'un accord est nécessaire pour réaliser l'un des objectifs fixés par la Constitution et, également, lorsque cette conclusion est prévue dans un acte juridique obligatoire de l'Union ou est susceptible d'affecter des règles communes ou d'en altérer la portée. Il en est de même de la jurisprudence de la Cour relative aux compétences exclusives par exercice. L'article 13 de la Constitution prévoit, en effet, au paragraphe 2, que l'Union dispose d'une compétence exclusive pour la conclusion d'un accord international lorsque cette conclusion est prévue par un acte législatif de l'Union, ou qu'elle est nécessaire pour permettre à l'Union d'exercer sa compétence interne, ou qu'elle est susceptible d'affecter des règles communes ou d'en altérer la portée. S'agissant de la négociation des accords internationaux, une disposition unique, l'article III-325 de la Constitution, régit tous les accords conclus par l'Union à l'exception des accords dans le domaine monétaire. La Constitution délimite clairement la responsabilité de la Commission et celle du ministre des affaires étrangères en ce qui concerne l'ouverture de négociations. Elle précise, en effet, que le ministre des affaires étrangères est responsable de la négociation des accords portant exclusivement ou principalement sur la politique étrangère et de sécurité commune. En revanche, cet article ne désigne pas de négociateur de principe. Il laisse au Conseil, en fonction de la matière de l'accord à négocier, le pouvoir de désigner le négociateur ou le chef de file de l'équipe de négociation de l'Union.

Par ailleurs, la Constitution renforce la place du Parlement européen en étendant son pouvoir d'approbation à tous les accords couvrant des domaines auxquels s'applique la procédure législative ordinaire ou la procédure législative spéciale lorsque son approbation est requise ainsi qu'à l'adhésion de l'Union à la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. En effet, dans le cadre du traité CE, le Parlement ne dispose d'un pouvoir d'avis conforme que pour les accords d'association, les accords qui créent un cadre institutionnel spécifique, les accords ayant des implications budgétaires notables et les accords impliquant une modification d'un acte adopté selon la procédure de codécision (article 300, paragraphe 3, du traité CE).

Enfin, et en ce qui concerne le processus décisionnel, le vote au Conseil reste soumis à la règle du parallélisme des formes. Ainsi, le Conseil statue à la majorité qualifiée, sauf lorsque l'accord porte sur un domaine pour lequel l'unanimité est requise pour l'adoption d'un acte de l'Union. Par ailleurs, l'unanimité est de principe pour la conclusion des accords d'association, ainsi que pour les accords de coopération économique, financière et technique avec les États candidats à l'adhésion (comme c'est déjà le cas aujourd'hui).

[ Début de la page ]

L'UNION ET SON ENVIRONNEMENT PROCHE

La première partie de la Constitution comporte un titre VIII intitulé « l'Union et son environnement proche ». L'unique article de ce titre prévoit que l'Union développe avec les États de son voisinage des relations privilégiées, visant à établir un espace de prospérité et de bon voisinage fondé sur les valeurs de l'Union et caractérisé par des relations étroites et pacifiques reposant sur la coopération.

À cette fin, l'Union peut conclure et mettre en œuvre des accords spécifiques avec les pays concernés. Ces accords peuvent comporter des droits et obligations réciproques ainsi que la possibilité de conduire des actions en commun. Ces accords peuvent donc, mais ne doivent pas, comporter tous les éléments d'un accord d'association.

[ Début de la page ]

TABLEAU RÉCAPITULATIF

Articles Sujet Remarques
I-3 Objectifs de l'Union dans ses relations avec le reste du monde -
I-7 Personnalité juridique de l'Union Nouvelles dispositions
I-12 Compétence dans le domaine de la PESC -
I-13 Compétence exclusive dans la politique commerciale commune -
I-13 Compétences exclusives par exercice -
I-14 Compétence partagée dans la politique de coopération au développement -
I-16 La politique étrangère et de sécurité commune -
I- 22 Rôle du président du Conseil européen Nouvelles dispositions
I-24 Le Conseil des affaires étrangères -
I-26 Rôle de la Commission européenne -
I-28 Nomination, rôle et responsabilité du ministre des affaires étrangères. Nouvelles dispositions
I-40 Dispositions particulières à la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune -
I-41 Dispositions particulières à la mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune -
I-43 Clause de solidarité Nouvelles dispositions
I-57 L'Union et son environnement proche Nouvelles dispositions
III-292 Principes et objectifs de l'action extérieure -
III-294 à III- 313 La politique étrangère et de sécurité commune Modifications importantes
III-314 et III-315 La politique commerciale commune Modifications importantes
III-316 à III-318 La coopération au développement Modifications importantes
III-319 et III-320 La coopération économique, financière et technique avec les pays tiers Modifications importantes
III-321 L'aide humanitaire Nouvelles dispositions
III-322 Les mesures restrictives -
III-323 à 326 Les accords internationaux Modifications importantes
III-327 et 328 Relations de l'Union avec les organisations internationales et les pays tiers et délégations de l'Union -

[ Début de la page ] [ Fiche précédente ] [ suivante ] [ Sommaire ]


Ces fiches n'engagent pas juridiquement la Commission européenne, ne prétendent pas à l'exhaustivité et n'ont pas de valeur interprétative du texte de la Constitution.


Version imprimable | Avis juridique | Quoi de neuf? | Recherche | Contact | Index | Glossaire | A propos de ce site | Haut de page