Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Déclaration

Journée internationale des Roms: déclaration du premier vice-président, Frans Timmermans, et des commissaires Johannes Hahn, Marianne Thyssen, Vĕra Jourová, Corina Creţu

Bruxelles, le 5 avril 2019

En amont de la Journée internationale des Roms qui aura lieu le 8 avril, le premier vice-président, Frans Timmermans, et les commissaires Johannes Hahn, Marianne Thyssen, Vĕra Jourová et Corina Creţu ont fait la déclaration suivante:

«Nous célébrons aujourd'hui la culture des Roms et nous nous souvenons de leur histoire, qui est inextricablement liée à celle de l'Europe depuis des siècles. Bien qu'elles constituent la plus grande minorité d'Europe, les communautés roms sont aujourd'hui encore massivement victimes de discrimination et de marginalisation. Cela les empêche d'avoir accès aux droits fondamentaux que sont les droits à l'éducation, à l'emploi, à un logement décent ou aux services de santé de base.

L'antitsiganisme est en recrudescence. Nous sommes témoins de la diffusion de discours extrêmes, tenus notamment par des personnalités politiques, et de la propagation en ligne de discours de haine et de fausses informations. Les mots mènent à la haine, la haine à la violence. Nous devons être vigilants, pour éviter que les Roms deviennent à nouveau les cibles d'attaques et de harcèlement. Nous devons tirer les enseignements de notre histoire et éviter de souffler sur les braises de la haine passée.

Pour cela, nous devons défendre fermement nos valeurs fondatrices. L'UE défend une société où l'égalité de traitement est une réalité pour toutes les minorités, et dans laquelle les communautés Roms bénéficient des mêmes droits et des mêmes perspectives que n'importe qui . Telles sont nos valeurs.

La Journée internationale des Roms est l'occasion de se pencher sur ce qui a été fait au niveau de l'Union et au niveau national pour améliorer l'intégration des Roms. Les États membres ont travaillé en se fondant sur le cadre de l'UE pour les stratégies nationales d'intégration des Roms depuis 2011, notamment grâce à des fonds de l'Union destinés à soutenir cette intégration. Cette stratégie porte ses fruits; nous constatons des améliorations, en particulier dans le domaine de l'éducation.

Mais il nous reste un long chemin à parcourir avant d'être assurés que les communautés roms peuvent tirer parti de toutes les possibilités qui s'offrent à eux.La Commission européenne encourage les pays de l'UE, ainsi que les partenaires qui s'inscrivent dans une perspective européenne, à respecter leurs engagements, à renforcer la lutte contre la discrimination et à soutenir la participation et la représentation des Roms dans la sphère politique, dans nos économies et dans nos sociétés. Eux, c'est nous.

Pour mettre un terme à des siècles de marginalisation, une coopération à l'échelle européenne est nécessaire. Il faut que tous les responsables politiques, depuis le niveau national jusqu'au niveau local, renforcent la confiance entre les communautés roms et non-roms et fassent en sorte qu'ils aient les mêmes droits et les mêmes chances que les autres Européens.»

Contexte

Les Roms constituent la plus grande communauté minoritaire d'Europe, avec six millions de Roms vivant dans l'UE et quatre millions dans la région concernée par l'élargissement (Monténégro, Serbie, Macédoine du Nord, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo et Turquie). Ils n'en sont pas moins depuis longtemps confrontés aux inégalités, à l'exclusion sociale, à la discrimination et à la marginalisation.

Dans sa récente évaluation du cadre de l'UE de 2011 pour les stratégies nationales d'intégration des Roms pour la période allant jusqu'à 2020, la Commission européenne a évalué la manière dont les stratégies d'intégration des Roms ont été mises en œuvre dans l'ensemble de l'UE. Le projet pilote «Roma Civil Monitor» fait état d'améliorations encourageantes, notamment dans le domaine de l'éducation, mais il reste encore beaucoup à faire en matière de lutte contre la discrimination et pour favoriser l'inclusion sociale et économique des communautés roms. L'action de l'Union a apporté une valeur ajoutée aux politiques nationales en faveur des Roms et à leur mise en œuvre grâce à ses dimensions politique, de gouvernance et financière.

La Commission soutient l'inclusion des communautés roms dans le cadre de différents projets et financements:

- La politique de cohésion: l'un des objectifs spécifiques de la proposition de la Commission pour le nouveau Fonds social européen plus (FSE+) pour la période 2021-2027 sera de faire progresser l'inclusion sociale des groupes marginalisés. Le Fonds européen de développement régional continuera à soutenir les infrastructures en matière de garde d'enfants, de soins de santé, d'aide sociale, d'éducation et de logement.

- Le programme JUSTROM confère une autonomie accrue aux femmes roms et soutient les victimes de discrimination.

- Le programme INSCHOOL encourage l'éducation inclusive et l'élimination de la ségrégation en ce qui concerne les enfants roms.

- Les programmes ROMACT et ROMACTED, initiatives lancées, respectivement, en 2013 et 2016, aident également la communauté rom en soutenant les autorités locales dans 180 municipalités des pays de l'UE et des pays de l'élargissement en concevant, en finançant et en mettant en œuvre des politiques et des services publics visant à construire une société plus inclusive à l'égard des Roms. Ces initiatives sont des programmes conjoints de la Commission et du Conseil de l'Europe.

- La situation des minorités telles que les Roms est prise en considération lors de l'évaluation de la capacité des pays de l'élargissement à devenir membres de l'Union européenne. La Commission soutient les gouvernements et la société civile dans les Balkans occidentaux et en Turquie aux niveaux local, national et régional dans la

mise en œuvre des projets d'intégration des Roms. Pour la période 2021-2027, les actions seront axées sur l'éducation, l'emploi, la santé, le logement et les documents d'état civil, ainsi que sur des questions transversales contribuant à l'égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre la discrimination. 

Une étude présentant une cartographie des enfants roms a été présentée lors du 12e Forum européen pour les droits de l'enfant . Elle présente des recommandations à l'intention de tous les acteurs travaillant à l'intégration des Roms, notamment l'Union européenne, les autorités nationales, régionales et locales, les ONG et d'autres organisations, ainsi que les donateurs. L'étude complète peut être consultée en ligne ici.

Pour la troisième année consécutive, la Commission européenne s'associe à l'initiative du Parlement européen, organisée en collaboration avec des organisations faîtières européennes de la société civile et relative au déroulement d'une série de manifestations visant à célébrer la Journée internationale des Roms. Des informations plus détaillées sont disponibles ici. 

Pour en savoir plus

Politique de l'UE relative à l'intégration des Roms.

Résolution du Parlement européen sur la nécessité de renforcer le cadre stratégique de l'UE pour les stratégies nationales d'intégration des Roms après 2020 et d'intensifier la lutte contre l'antitsiganisme (février 2019).

Rapport de l'Agence des droits fondamentaux: Roma women in nine EU Member States.

Agence des droits fondamentaux - Mesures de soutien aux femmes roms.

Rapport de l'Agence des droits fondamentaux: A persisting concern: antigypsyism as a barrier to Roma inclusion.

STATEMENT/19/1956

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar