Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Déclaration

Déclaration de Federica Mogherini, haute représentante/vice-présidente, et de Christos Stylianides, membre de la Commission chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, à l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire

Bruxelles, le 17 août 2018

En ce 15e anniversaire de l'attentat à la bombe contre le siège des Nations unies à Bagdad, l'Union européenne rend hommage à l'engagement des travailleurs humanitaires qui risquent leur vie pour fournir une aide humanitaire partout dans le monde. Le respect intégral du droit international, la sécurité et la sûreté des travailleurs humanitaires et leur accès sans entrave aux populations constituent un sujet de préoccupation majeure pour l'Union européenne.

À l'approche de la Journée mondiale de l'aide humanitaire 2018, la haute représentante/vice-présidente Federica Mogherini et Christos Stylianides, membre de la Commission chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, ont fait la déclaration suivante:

«Ce sont souvent les civils qui paient le plus lourd tribut aux conflits et les attentats, notamment contre des travailleurs humanitaires, se poursuivent. 

Au cours de l'année écoulée, de l'Afghanistan au Nigeria et de la République centrafricaine au Yémen, des civils et des travailleurs humanitaires ont perdu la vie dans ces attentats. Ces actes de violence représentent une violation grave du droit international humanitaire. Sauver des vies ne devrait pas coûter la vie.

Près de 4 400 travailleurs humanitaires ont été victimes d'attentats importants au cours des deux dernières décennies. Plus d'un tiers d'entre eux y ont perdu la vie. La Journée mondiale de l'aide humanitaire est l'occasion de rendre hommage au dévouement de ces travailleurs humanitaires et de plaider pour qu'ils puissent œuvrer dans un climat de plus grande sécurité et sûreté.

Toutes les parties aux conflits ont l'obligation, en vertu du droit international humanitaire, de garantir la sécurité des travailleurs humanitaires et de leur faciliter un accès sans entrave et durable à toutes les personnes qui ont besoin d'une aide, afin que celle-ci puisse leur parvenir.

L'Union européenne est le premier pourvoyeur d'aide humanitaire dans le monde. Promouvoir une aide humanitaire fondée sur des principes et le respect du droit international humanitaire demeure au cœur de notre action internationale.»

 

Contexte

Les civils dans les zones de conflit sont régulièrement tués ou blessés dans des attaques aveugles ou ciblées. Du fait des conflits, un nombre record de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer: dans le monde entier, plus de 68,5 millions de personnes ont été déplacées de force, la moitié d'entre elles étant des enfants de moins de 18 ans.

En 2017, l'UE a mobilisé plus de 2,43 milliards d'euros en faveur d'opérations d'aide humanitaire dans plus de 80 pays du monde. Une part importante de cette enveloppe a été consacrée à l'octroi d'un soutien aux populations touchées par le conflit à l'intérieur de la Syrie et aux réfugiés dans les pays et régions voisins. L'UE a également continué à apporter un soutien aux personnes déplacées en raison de conflits de longue durée, de l'Afghanistan à la Colombie, en passant par la Corne de l'Afrique, tout en prenant des mesures pour faire face aux crises émergentes, telles que le déplacement des Rohingyas.

La forte augmentation des violations délibérées du droit international humanitaire (DIH) et des principes humanitaires a fait des questions de protection un enjeu fondamental dans les contextes humanitaires d'aujourd'hui. En 2017, plus de 10 % du budget de l'UE consacré à l'aide humanitaire a été affecté à des activités touchant à la protection. 

L'UE a continué de plaider en faveur du renforcement de la protection et du respect du droit humanitaire international, notamment au moyen d'un dialogue, de déclarations et d'initiatives, ainsi que de financements en faveur d'une formation du personnel et des partenaires au droit humanitaire international et d'activités de diffusion de ce droit et de sensibilisation en la matière auprès du grand public. 

Par exemple, avec le soutien de l'UE, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a mis sur pied la campagne intitulée «Les soins de santé en danger» qui attire l'attention sur les graves et vastes conséquences des actes de violence qui entravent la fourniture de soins de santé, endommagent ou détruisent des infrastructures ou des véhicules et blessent ou tuent des personnels de santé et leurs patients. 

STATEMENT/18/5004

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar