Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT

Commission européenne - Déclaration

L'Europe, continent de la solidarité: déclaration conjointe à l'occasion de la Journée internationale des migrants

Bruxelles, le 18 décembre 2017

À l'occasion de la Journée internationale des migrants tenue le 18 décembre, M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, Mme Federica Mogherini, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, M. Johannes Hahn, commissaire responsable de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, M. Neven Mimica, commissaire chargé de la coopération internationale et du développement, M. Dimitris Avramopoulos, commissaire à la migration, aux affaires intérieures et à la citoyenneté, M. Christos Stylianides, commissaire responsable de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, et Mme Věra Jourová, commissaire chargée de la justice, des consommateurs et de l'égalité des genres, ont fait la déclaration suivante:

«En cette Journée internationale des migrants, nous avons une pensée pour tous ceux qui vivent en dehors du pays où ils sont nés et qui se trouvent sur les routes, que ce soit par choix ou parce qu'ils y ont été contraints. Nous nous souvenons que notre propre continent, l'Europe, s'est bâti sur un fond de migrations. Il suffit de regarder cent ans en arrière pour constater que notre histoire commune porte la marque des millions de personnes qui ont fui la persécution, la guerre ou la dictature. Aujourd'hui, notre Union européenne permet aux citoyens de tout le continent de voyager, d'étudier et de travailler en toute liberté dans d'autres pays que le leur. Cela procure à l'Europe une richesse dont peu d'autres endroits au monde peuvent se prévaloir – d'un point de vue culturel et économique, ainsi que sur les plans des possibilités et des libertés offertes. 

Mais cette journée est aussi l'occasion de penser à ceux qui ont quitté leur foyer, face à des conflits, à l'oppression politique, à la pauvreté ou à l'absence d'espoir, et qui se battent pour se construire une nouvelle vie décente ailleurs. Alors que, pour certains, la migration est une expérience positive et fortifiante, d'autres, bien trop nombreux, doivent endurer des violations des droits de l'homme, la xénophobie, l'exploitation et des conditions de vie inacceptables au cours de leur voyage.

La protection et la défense des droits et des libertés fondamentaux de tous les migrants, indépendamment de leur statut, ont toujours été et seront toujours notre priorité. Cet objectif est au cœur de notre agenda européen en matière de migration. Nous travaillons sans relâche, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Union européenne, en étroite coopération avec nos États membres et nos partenaires internationaux, pour sauver des vies, fournir une protection, offrir des voies de migration sûres et légales et remédier aux causes profondes des situations qui poussent certaines personnes à prendre la décision de quitter leur foyer, ainsi que pour lutter contre les réseaux criminels qui profitent souvent du désespoir de ces personnes.

Ensemble, nous avons une responsabilité envers les personnes en déplacement et nous devons agir à l'échelle mondiale afin de les aider et de veiller au respect de la sécurité, de la dignité et des droits de l'homme des migrants et des réfugiés. À cet effet, il est indispensable que toutes les parties prenantes se mobilisent et mettent systématiquement en œuvre les accords internationaux. 

L'Europe est déterminée à rester le continent de la solidarité, de la tolérance et de l'ouverture, en assumant sa part de la responsabilité mondiale. Et nous souhaitons aux nouveaux arrivés sur notre continent la même chose qu'à tous les Européens, à savoir de prospérer et de s'épanouir, et de contribuer à améliorer l'avenir de l'Europe.

Nous soutenons fermement la déclaration de New York de 2016 pour les réfugiés et les migrants et nous continuerons à travailler activement en vue de l'adoption par les Nations unies des pactes mondiaux sur les migrations et sur les réfugiés.»

Contexte 

Au cours des vingt dernières années, l'Union européenne a mis en place des normes communes en matière d'asile qui comptent parmi les plus élevées au monde. Quant aux migrations, la politique européenne a progressé à pas de géant ces deux dernières années, sous l'effet de l'agenda européen en matière de migration proposé par la Commission Juncker en mai 2015. Une ligne de conduite plus homogène se dégage peu à peu pour faire face au phénomène migratoire, sur le plan tant intérieur qu'extérieur. 

Sur le plan intérieur, les travaux de réforme du régime d'asile européen commun se sont intensifiés en vue de mettre en place une approche plus efficace et plus juste, fondée sur la solidarité et la responsabilité, tout en apportant un soutien permanent aux États membres les plus exposés et en renforçant la coopération avec les pays partenaires. 

L'Union européenne a également redoublé d'efforts pour protéger les groupes vulnérables, en particulier les enfants, qui figurent parmi les migrants les plus exposés, y compris en adoptant de nouvelles orientations pour la promotion et la protection des droits de l'enfant ainsi que des recommandations concernant la protection des enfants migrants.

Sur le plan extérieur, l'UE a progressivement doté sa politique migratoire d'une véritable dimension extérieure, complétant et renforçant les actions qu'elle mène sur son propre territoire. Le programme de développement durable à l'horizon 2030 reconnaît la contribution positive des migrants à une croissance inclusive et à un développement durable. Il reconnaît également que tant les défis que les possibilités liés à la migration appellent des réactions cohérentes et globales. 

Le long des routes migratoires, nous nous efforçons de sauver des vies avec nos partenaires internationaux, tels que les agences des Nations unies. Nous nous battons contre les réseaux criminels impliqués dans le trafic de migrants et la traite des êtres humains, dans le cadre des missions et des opérations sur le terrain que nous effectuons au titre de la politique de sécurité et de défense commune et en soutenant des initiatives régionales telles que la force conjointe du G5 Sahel. Nous menons également des opérations de recherche et de sauvetage en mer, avec le soutien du corps européen de garde-frontières et de garde-côtes et de l'EUNAVFOR MED opération Sophia. Ces efforts contribuent à sauver des milliers de vies chaque mois. 

L'UE s'efforce aussi, au moyen de la réinstallation, d'ouvrir des voies d'accès sûres et légales afin de permettre aux personnes ayant besoin d'une protection de venir en Europe sans avoir à risquer leur vie dans le désert ou en mer. En septembre 2017, le président Juncker a défini l'objectif ambitieux consistant à réinstaller 50 000 personnes nécessitant une protection internationale. Il conviendrait d'accorder une attention particulière à la réinstallation de personnes à partir de l'Afrique du Nord et de la Corne de l'Afrique, notamment de la Libye, de l'Égypte, du Niger, du Soudan, du Tchad et de l'Éthiopie, tout en s'assurant de la poursuite des réinstallations au départ de la Turquie, de la Jordanie et du Liban.

Avec nos partenaires des Nations unies et de la société civile sur le terrain, nous continuons aussi de soutenir des actions concrètes en Libye et le long des routes migratoires, afin de garantir le respect des droits de l'homme, d'améliorer les conditions de vie des migrants et de prêter assistance aux migrants et aux réfugiés, qui, trop souvent, se retrouvent victimes de réseaux de passeurs et de trafiquants. La mise en place d'un groupe de travail commun entre l'Union africaine, les Nations unies et l'Union européenne constitue une avancée importante qui contribuera à accélérer nos travaux conjoints. Concrètement, les actions viseront à évacuer les personnes qui ont besoin d'une protection internationale vers l'Europe, à accélérer les retours volontaires assistés vers les pays d'origine des personnes bloquées en Libye, ainsi qu'à intensifier nos efforts de démantèlement des réseaux criminels.

Pour en savoir plus 

Groupe de travail commun de l'Union africaine, de l'Union européenne et des Nations unies pour faire face à la situation des migrants en Libye

Déclaration de New York de 2016 pour les réfugiés et les migrants

Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil concernant la protection des enfants migrants

Orientations de l'UE pour la promotion et la protection des droits de l'enfant

STATEMENT/17/5344

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar