Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Déclaration

Déclaration commune à l'issue du sommet social tripartite

Bruxelles, le 18 octobre 2017

Déclaration commune du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, du président du Conseil européen, Donald Tusk, du premier ministre estonien, Jüri Ratas, de la présidente de BusinessEurope, Emma Marcegaglia, et du secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats, Luca Visentini

Le sommet social de cet automne était consacré à la thématique suivante: «Façonner l'avenir de l'Europe: renforcer la résilience et promouvoir le progrès économique et social pour tous». Le débat a été axé autour des trois volets suivants: la dimension sociale de l'Europe, la participation des partenaires sociaux aux politiques et aux réformes au niveau national - progrès accomplis et possibilités d'amélioration et l'investissement dans l'apprentissage au sein d'une société et d'une économie numériques.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné les aspects suivants: «Une Europe juste et plus sociale est essentielle pour façonner l'avenir de l'Union. C'est ce que les citoyens attendent à juste titre et je veux que l'UE défende leurs droits dans un monde en mutation rapide. Cette préoccupation est au cœur du socle européen des droits sociaux. J'espère que nous serons en mesure de le proclamer lors du sommet social qui se tiendra à Göteborg, le 17 novembre

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déclaré: «Il nous incombe à tous à présent de veiller à ce que les fruits de la croissance économique soient partagés aussi largement que possible. C'est pourquoi lors de notre réunion d'aujourd'hui, nous avons discuté, de manière très concrète, de la façon dont les partenaires sociaux peuvent être plus judicieusement associés à l'élaboration des politiques à l'échelle nationale. Je reste convaincu du fait que c'est seulement en prenant en considération l'avis des partenaires sociaux que nous pourrons réaliser de réels progrès. Cela est particulièrement important en cette ère de la numérisation, où les citoyens, qu'ils soient jeunes ou âgés, doivent être dotés des compétences appropriées pour réussir et s'épanouir. Parce qu'à l'ère du numérique, la manière la plus rapide de reculer est de rester immobile. C'est ce dont j'ai discuté avec les partenaires sociaux aujourd'hui, mais également avec les dirigeants européens à l'occasion du sommet numérique organisé à Tallinn. Lors de la réunion du Conseil européen qui aura lieu demain, l'esprit de Tallinn présidera à nos décisions politiques

Du côté de la présidence tournante, le premier ministre estonien, Jüri Ratas, a déclaré: «Il y a moins de trois semaines, j'ai eu l'honneur d'accueillir le tout premier sommet numérique de l'Union européenne à Tallinn. L'un des sujets abordés était l'avenir de l'économie et de la société. Les dirigeants de l'UE sont conscients qu'une mutation importante est en cours dans la société et que les partenaires sociaux ont un rôle considérable à jouer dans ce contexte. En effet, leur soutien au maintien du bon fonctionnement du marché du travail et des systèmes de protection sociale de l'UE est d'une importance vitale. Nous vivons déjà dans une société numérique et nous devons nous adapter rapidement afin de mettre à profit les possibilités économiques qu'offre la numérisation, sans laisser personne sur le bord du chemin. Nous devons fournir les compétences adéquates ainsi qu'une protection sociale à tous les citoyens, qu'ils travaillent dans des entreprises traditionnelles ou occupent des emplois de pointe dans l'économie numérique. Les partenaires sociaux se sont penchés sur ces questions de manière approfondie. Nous sommes tous déterminés à examiner les législations et politiques européennes et nationales afin de nous assurer qu'elles sont adaptées à l'ère du numérique

Emma Marcegaglia, présidente de BusinessEurope, qui représente les employeurs (BusinessEurope, CEEP, UEAPME), a déclaré: «L'Europe est l'un des meilleurs endroits au monde pour vivre, travailler et faire des affaires. Rien de tout cela n'aurait été possible sans le projet européen. Nous devrions tirer pleinement parti de la dynamique actuelle — le soutien unanime au projet européen et l'embellie économique – afin de garantir que les réformes nationales nécessaires pour moderniser l'économie et la société européennes sont mises en place. L'attention renouvelée portée à la politique industrielle représente une étape importante. Il nous faut à présent déployer des efforts structurés pour consolider la stratégie. L'UE doit devenir plus attrayante pour les investissements et poursuivre un programme commercial équitable et ambitieux qui ouvre de nouveaux marchés et crée une croissance durable ainsi que de nouvelles perspectives commerciales pour les entreprises de toutes tailles. En ce qui concerne la dimension sociale de l'Europe, le principal défi est de mettre en place un partenariat pour des réformes afin d'améliorer les résultats en matière d'emploi. L'UE devrait agir lorsqu'il existe un consensus autour de sa valeur ajoutée, en respectant le principe de subsidiarité et l'autonomie des partenaires sociaux

«Les syndicats européens souhaitent que les États membres de l'UE adoptent un socle européen des droits sociaux ambitieux et solide et que la Commission européenne en assure un suivi rigoureux afin de le mettre pleinement en œuvre», a déclaré Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES). «Nous avons besoin de davantage de mesures concrètes afin de réellement faire la différence dans la vie des travailleurs. Un grand nombre d'entre eux ne ressentent toujours pas les effets de la reprise et ont besoin de preuves tangibles montrant que l'UE s'est engagée en faveur de la justice sociale et du progrès social. L'Union européenne doit compenser les années perdues à cause de la crise et également gérer les changements que la décarbonation et la numérisation apporteront afin qu'aucun travailleur ne soit laissé pour compte

 

 

 

 

 

 

 

 

STATEMENT/17/4023

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar