Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Déclaration

Bruxelles, 29 juillet 2014

Déclaration des présidents Barroso et Van Rompuy au nom de l'UE concernant les mesures restrictives supplémentaires prises à l'encontre de la Russie

L'Union européenne a arrêté aujourd'hui un important train de mesures restrictives supplémentaires ciblant la coopération sectorielle et les échanges avec la Fédération de Russie. Ces mesures auront pour effet de limiter l'accès des institutions financières détenues par l'État russe aux marchés des capitaux de l'Union européenne, d'imposer un embargo sur les ventes d'armes, d'interdire l’exportation des biens à double usage destinés aux utilisateurs finaux militaires et de restreindre l'accès de la Russie aux technologies sensibles, en particulier dans le secteur pétrolier.

Ce train de mesures vient s'ajouter à la liste, récemment élargie, des personnes et entités portant atteinte à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de l'Ukraine, y compris l'«entourage» du pouvoir, à la suspension des financements de la BEI et de la BERD, à la limitation des investissements et des échanges avec la Crimée et Sébastopol, ainsi qu'au réexamen de la coopération bilatérale entre la Russie et l'Union en vue d'en réduire le niveau.

Ces mesures sont conformes aux orientations données par le Conseil européen du 16 juillet. Elles constituent une sérieuse mise en garde: l'annexion illégale d'un territoire et la déstabilisation délibérée d'un pays voisin souverain ne sont pas acceptables dans l'Europe du XXIe siècle. En outre, lorsque la situation violente ainsi engendrée dégénère en provoquant la mort de près de 300 civils innocents passagers d'un vol entre les Pays-Bas et la Malaisie, une réaction urgente et déterminée s'impose. L'Union européenne respectera ses obligations en assurant la protection et la sécurité de ses citoyens. Et elle soutiendra ses voisins et partenaires.

Depuis le début de la crise ukrainienne, l'Union européenne a appelé le pouvoir russe à œuvrer à une solution pacifique. Nous l'avons fait de façon collective et bilatérale. Or, nous sommes au regret de devoir déplorer que, malgré les signaux ambivalents envoyés par Moscou et les échanges qui ont eu lieu en Normandie et sous d'autres formes, les engagements pris n'ont quasiment pas été suivis d'effet. Concrètement, notre appel est resté lettre morte: des armes et des combattants provenant de la Fédération de Russie continuent d'affluer en Ukraine. Une forte propagande nationaliste soutenue par l'État russe continue d'encourager les actions illégales des combattants séparatistes. C'est avec colère et frustration que nous avons dû constater le retard avec lequel les experts internationaux ont eu accès au site de la catastrophe aérienne, la manipulation des débris de l'avion et la manière irrespectueuse dont ont été traitées les dépouilles des victimes.

La Fédération de Russie et l'Union européenne ont d'importants intérêts communs. Toutes deux ont tout à gagner d'un dialogue franc et ouvert, ainsi que d'un renforcement de la coopération et des échanges. Cependant, nous ne pouvons poursuivre ce programme constructif important alors que la Crimée a été annexée, que la Fédération de Russie soutient une révolte armée dans l'Est de l'Ukraine et que les violences ainsi déclenchées provoquent la mort de civils innocents.

Le train de nouvelles mesures restrictives adopté aujourd'hui par l'Union européenne adresse un signal fort aux dirigeants de la Fédération de Russie: le prix à payer pour la déstabilisation de l'Ukraine, ou de tout autre pays voisin d'Europe de l'Est, pèsera lourdement sur son économie. La Russie va se retrouver de plus en plus isolée par ses propres actions. L'Union européenne reste disposée à revoir ses décisions et à reprendre le dialogue avec la Russie lorsque celle-ci commencera à contribuer activement et sans aucune ambiguïté à la recherche d'une solution à la crise ukrainienne.

Contacts :

Alejandro Ulzurrun (+32 2 295 48 67)

Maja Kocijancic (+32 2 298 65 70)

Mark Gray (+32 2 298 86 44)

Dirk Volckaerts (+32 2 299 39 44)

Pour le public : Europe Direct par téléphone au 00 800 6 7 8 9 10 11 ou par courrier électronique


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website