Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

Commission européenne - Discours - [Seul le texte prononcé fait foi]

Intervention du Président Jean-Claude Juncker à la séance d'ouverture du sommet Union européenne-Ligue des États arabes

Charm el-Cheikh, le 24 février 2019

.

Monsieur le Président Al Sisi, merci d'avoir organisé dans des si bonnes conditions ce sommet historique,

Majestés, Altesses, Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Le monde arabe et l'Europe ont une longue histoire commune faite de relations à la fois riches et complexes qui furent souvent turbulentes et parfois teintées d'incompréhensions.

Mais la vérité est qu'au-delà de nos différences voire de nos divergences, qui parfois sont réelles, nous nous sommes construits l'un avec l'autre. Je pense notamment à la renaissance européenne qui doit beaucoup à l'âge d'or du monde arabe.

Et ici, en terre d'Egypte, je pense aussi au monastère Sainte-Catherine autour de la montagne sacrée du mont Sinaï qui a une immense valeur spirituelle pour chacune des trois grandes religions monothéistes: l'islam, le christianisme, et le judaïsme. Sans ces transmissions séculaires, sans ces échanges culturels, spirituels, économiques, ni l'Europe ni le monde arabe ne seraient ce qu'ils sont aujourd'hui.

Aujourd'hui-même, nous ouvrons une nouvelle page de cette longue histoire commune alors que, dans un monde de plus en plus petit, de plus en plus volatile et de plus en plus complexe, la nécessité de notre coopération apparaît de plus en plus clairement.

Et vous pouvez toujours compter sur l'Union européenne qui s'applique depuis longtemps à être un partenaire fidèle et loyal du monde arabe. Un partenaire dans la défense du multilatéralisme parce que la planète appartient à tous et non pas seulement à quelques-uns, et chaque peuple a la même dignité.

Nous sommes, nous Européens, un partenaire qui vous accompagne sur le chemin difficile vers la paix et qui vient en aide aux victimes des conflits. Au cours de ces dix dernières années, l'Union européenne a alloué 4 milliards d'euros d'aide à la Palestine. Et l'Union européenne, avec ses Etats membres, a mobilisé plus de 17 milliards d'euros depuis 2011 pour l'organisation d'une aide humanitaire, de stabilisation et de résilience, au profit des Syriens se trouvant encore dans le pays ainsi que ceux réfugiés dans les pays voisins, notamment au Liban et en Jordanie.

Nous voulons également être votre partenaire pour donner de véritables perspectives d'avenir aux jeunes des Etats arabes. L'Union européenne est l'un des principaux investisseurs étrangers de la Ligue des Etats arabes et le principal partenaire commercial de vos pays. En 2017 les relations commerciales entre l'Union européenne et l'ensemble de vos pays se sont chiffrées à 315 milliards d'euros. Mais nous pouvons et nous devons faire plus et mieux. Parce que le commerce, parce que les investissements, ça veut dire plus d'emplois et plus de croissance pour tous.

C'est notamment la raison pour laquelle nous avons donné un nouvel essor à nos relations avec l'Union africaine et ses pays membres en mettant l'accent sur les investissements. Et je suis confiant que, sous la présidence égyptienne de l'Union africaine, l'Afrique et l'Europe continueront à marcher ensemble sur la base d'un partenariat d'égal à égal.

C'est aussi la raison pour laquelle j'attache beaucoup d'importance à notre coopération dans le domaine de la lutte contre le changement climatique. L'Europe a par exemple contribué au financement de la plus grande centrale solaire au monde, qui se trouve au Maroc. Car la transition écologique améliorera non seulement notre qualité de vie mais contribuera aussi à créer des emplois tout en nous permettant de tenir nos engagements de l'Accord de Paris.

Je voudrais aussi que nous développions davantage les échanges entre nos jeunes. Depuis 2015 grâce au programme Erasmus, programme européen, quelque 17 000 jeunes des pays de la Ligue arabe se sont rendus en Europe et près de 8 000 jeunes Européens, sont venus étudier dans vos pays. Mais là encore nous pouvons faire mieux et nous pouvons faire plus.

Je voudrais qu'ensemble nous défendions les valeurs fondamentales que sont le respect de droits de l'homme et la tolérance. Notre histoire commune et notre proximité géographique nous appellent à travailler ensemble. Et nos valeurs et nos principes, le font également. Parce que même si ensemble nous ne représentons que 12% de la population mondiale – mais c'est déjà ça – il ne saurait y avoir de stabilité et de prospérité pour nos peuples et pour le monde sans nos efforts concertés.

Merci.

SPEECH/19/1408


Side Bar