Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

European Commission - Speech - [Check Against Delivery]

Commissioner Moscovici's introductory remarks at the Eurogroup press conference

Brussels, 11 February 2019

Bonsoir. Nous avons poursuivi aujourd'hui nos discussions sur les caractéristiques de l'instrument budgétaire de la zone euro, avec beaucoup de questions qui restent à trancher:

Quel objectif pour ces financements – la protection des investissements, le soutien aux réformes structurelles ou les deux?

Quel poids pour les fonds publics par rapport aux fonds privés ?

Qui décidera l'octroi de ces fonds, et suivant quels critères ?

Comment assurer une parfaite cohérence entre les objectifs de cet instrument et ceux des autres instruments financiers européens ?

Notre réunion aujourd'hui a permis de creuser ces sujets et clarifier les positions. Je ne vous révèle pas de secrets en vous disant que les ministres ne sont pas encore tout à fait unanimes sur les réponses à apporter à ces questions. Certaines positions sont bien connues. Néanmoins, la discussion a été constructive et j'ai pu constaté une vraie volonté d'avancer vers un accord.

Pour ma part, je considère que l'enjeu est le suivant et qu'il est très politique: que la zone euro telle qu'elle est actuellement conçue ne  facilite pas spontanément la convergence entre ses Etats, ses régions, et donc entre ses citoyens, bref qu'elle ne décourage pas les inégalités. Depuis la crise, c'est plutôt le contraire que nous voyons : une divergence croissante qui est à mes yeux une des principales causes de la montée de cet euro agressivité populiste parmi nos électeurs. 

C'est donc un problème collectif qui exige une solution collective et cette solution ne peut plus être repoussée. Nous devons y remédier sans attendre la prochaine crise. L'alternative est qu'on se résigne à une zone euro à deux vitesses et c'est quelque chose que nous ne pouvons pas nous permettre.

Donc j'espère que nous continuerons de travailler ensemble, dans un  bon esprit et de bonne foi, pour aller au-delà des lignes rouges des uns et des autres et d'avancer vers la création d'un instrument budgétaire efficace et suffisamment ambitieux.

I also informed the Eurogroup this afternoon about the latest post-programme surveillance missions to Ireland and Portugal. In both cases, repayment capacity remains sound and has further improved since our last report. Both countries continue to enjoy solid growth, strong labour, improving public finances. And of course both countries also face downside risks, some common to the euro area as a whole, some more specific to their individual circumstances.

I will not enter into more detail now as the reports are public and the issues are rather well known. And as a reminder, we will be publishing at the end of this month the country reports under the European Semester, with in-depth analysis of all Member States' economies. Two success stories of what the exit of a programme can mean, even if we need to be very careful about risks here and there, for example NPLs for Portugal. A very strong performance and a very positive assessment overall.

SPEECH/19/1032

Press contacts:

General public inquiries: Europe Direct by phone 00 800 67 89 10 11 or by email


Side Bar