Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

European Commission - Speech - [Check Against Delivery]

Commissioner Pierre Moscovici presents the 2017 Autumn Economic Forecast

Brussels, 9 November 2017

Bonjour. Je vais commencer par donner les messages principaux de nos prévisions avant de revenir sur le détail de celles-ci.

First, since the spring we have seen a strong acceleration in growth in both the EU and the euro area. All Member States are now participating in the expansion. In the European Union, growth is expected at 2.3% this year, and in the euro area, almost the same, it is projected at 2.2%, this is the highest growth rate in 10 years. Euro area GDP growth is then forecast to slightly moderate to 2.1% in 2018 and to 1.9% in 2019. I remind you that as always our forecasts are based on a no policy change assumption, which should be borne in mind – especially when it comes to our projections for 2019 that will have to be re-evaluated progressively.

Second, employment has continued to expand strongly. The number of employed persons in the euro area has now reached the highest level ever recorded and brought the unemployment rate to its lowest level since early 2009, while the EU figure of 7.5% in September was the lowest since 2008.

Third, the fiscal outlook is improving. The stronger growth is helping to drive down deficits more quickly than expected in the spring, though the picture on debt remains more mixed.

Fourth, in spite of this good news, we must underline that this recovery remains more subdued than those that followed other recessions. A key indicator of this is the still sluggish wage growth, which partly reflects low productivity growth and the persistent slack in the labour market. And not unrelated to this is the still low inflation rate in the euro area, which is expected to moderate from 1.5% in 2017 to 1.4% in 2018, before rising slightly to 1.6% in 2019, which proves that there is overall stability.

Finally, for the first time in a number of years, we consider risks surrounding the economic outlook to be broadly balanced rather than tilted to the downside.

So, clearly, the economy is in a very strong recovery, is doing much better, and that is good news for the EU as whole and for the euro area in particular. I will now develop all these points.

In the first half of this year, economic activity in the EU and the euro area as I said accelerated, it surpassed our expectations. Euro area GDP grew by 0.6% (q-o-q) in the third quarter of 2017, after 0.7% in the second and 0.6% in the first. This suggests that the long-lasting moderate expansion has shifted into more robust and long-lasting growth. In other words, we have entered a new phase of the recovery, with a concrete impact on economic indicators, also being felt by citizens themselves. The cyclical recovery has already been ongoing for 18 uninterrupted quarters. It has been driven notably by resilient private consumption, increasing support from a global upswing, loose financing conditions and healthy improvements in the labour market. Investment is also at last showing signs of a broad-based pick-up. Already in 2015, the recovery lifted the levels of economic activity in the EU and in the euro area above those reached before the crisis hit in 2008. But we are now in a much better situation than at this time.

Does it mean that the recovery is complete? Let's be a bit more cautious. First of all, despite the recent strong momentum, the current recovery remains low, if we look at historical standards, at a comparable stage in the recoveries that began in 1975, 1982 or 1993, the levels of output were significantly higher. We are in different economic times, obviously. This recovery is also atypical given its dependence on policy support, the continuing presence of fiscal and financial fragilities stemming from the crisis, and the relatively subdued domestic demand compared again to past recoveries. Moreover, we see remaining slack in the labour market and slow productivity growth that are among the factors that continue to constrain wage dynamics and to dampen inflation. As you can see on this graph, the number of 'involuntary' part-time or discouraged workers in the euro area remains high.

Nonetheless, since the Commission released its spring forecast we have seen a huge dominance of positive news, I would say "very positive". Global economic activity accelerated to its strongest pace in seven years in the second quarter of this year. The rebound was relatively well synchronised, with improvements across both advanced economies and emerging markets. Growth in China outperformed expectations while the ongoing recovery in Russia and Brazil has also been stronger than anticipated, helped by rising commodity prices. Global growth (there, I exclude the EU) is projected to pick up to 3.8% in 2017 and to increase further to 4% in 2018 and 2019. The economic recovery in emerging markets is expected to continue through to 2019. Growth in advanced economies is expected to peak in 2017 and to moderate slightly thereafter as their economic cycles mature. They mature, but they don't reverse. Overall, world imports of goods and services (again, excluding the EU) are projected to increase by above 4% per year between 2017 and 2019. This is again substantially stronger than expected back in the spring.

The uncertainty is now lower and financial markets are more robust. We had several major elections, they are now behind us, and political uncertainty - I'm not commenting on the results of this and that election - has continued to decrease from the high levels experienced a year ago. Financial market indicators have continued to improve since spring. This improvement was supported by the strengthening of the global economic recovery, still accommodative monetary policies at the global level and investor's continued search for yield. In the US, strong equity valuations were also driven by robust corporate earnings growth and expectations of a corporate tax reform. I had the occasion to discuss that this morning with Kevin Hassett, an economic adviser to President Trump. In Europe, stock markets temporarily underperformed. This was due to concerns related to the euro's appreciation. But the combination of positive macroeconomic developments and expectations that monetary policy will remain accommodative has revived this sentiment.

Macroeconomic policies have remained globally supportive to growth and this is expected to continue for a while. Monetary conditions in the euro area are expected to remain overall accommodative. The full implementation of monetary policy measures introduced in recent years is expected to keep financial conditions favorable over the forecast horizon at least. The fiscal policy stance, as measured by the change in the structural balance, is expected to stay broadly neutral in the euro area as a whole. Remember that at one moment we called for positive fiscal stance, but due to the economic situation of the economic cycle stance we consider that a neutral fiscal stance would be appropriate now.

Quels sont les moteurs de cette croissance économique plus forte que nous observons actuellement? le principal moteur c'est celui de toujours dans l'UE, c'est la consommation privée. Elle est principalement soutenue par la forte croissance de l'emploi et un niveau élevé de confiance des consommateurs. Ceci malgré le fait qu'une inflation un peu plus élevée cette année devrait un peu réduire le pouvoir d'achat des ménages. En 2018, la croissance de la consommation privée resterait d'après nos prévisions relativement stable avant d'être un peu plus modérée en 2019.

La reprise de l'investissement elle est attendue depuis longtemps et elle montre enfin des signes plus convaincants. Les perspectives pour l'investissement des entreprises ont continué de s'améliorer. La hausse de la demande, les conditions financières favorables, la réduction de l'incertitude et la confiance des entrepreneurs contribuent à créer un environnement propice à l'investissement. Le plan d'investissement pour l'Europe, le Plan Juncker, je le crois, apporte sa contribution utile.

Les exportations de la zone euro s'amplifieraient considérablement cette année, grâce au rebond de la demande extérieure à la zone euro. Leur croissance resterait dynamique en 2018 et 2019.

L'impact de l'appréciation de l'euro sur la croissance, c'est toujours un sujet de discussion, surtout dans un pays que je connais bien mais il devrait être très limité dans la mesure où l'appréciation reflète l'amélioration des perspectives macroéconomiques ainsi qu'une attractivité accrue de la zone euro pour les investissements et un usage également renforcé de l'euro comme monnaie d'échange.

Cette année, l'année 2017, est en bonne voie, en très bonne voie même, d'être la première année depuis dix ans, où tous les pays de l'Union Européenne sans exception enregistreraient une croissance économique. Et 2018 se profile aussi comme une année de croissance généralisée pour tous les Etats membres. Parmi les plus grands États membres de l'Union, la croissance du PIB en 2018 devrait être supérieure à la moyenne de l'Union qui est de 2,1%: en Pologne à 3,8%, aux Pays-Bas à 2,7% et en Espagne à 2,5%.

La croissance en Allemagne devrait être conforme à la moyenne de l'UE de 2,1% en 2018, après 2,2% en 2017. Elle serait soutenue par la forte reprise du commerce mondial et le soutien vigoureux de la zone euro.

En France, l'activité économique s'accélérerait fortement en 2017, avec une croissance d'au moins 1,6%, soutenue par une forte croissance des investissements privés et en particulier une forte reprise de la construction résidentielle. L'économie maintiendrait ensuite cette dynamique, avec une croissance de 1,7% en 2018 et de 1,6% en 2019.

L'Italie prendrait une reprise plus ample en 2017, avec une croissance du PIB de 1,5% soutenue par la demande domestique et extérieure. La croissance se nous prévoyons une croissance qui se modérerait toutefois en 2018 et 2019 à 1,3% et 1,0%, sous l'effet d'un ralentissement anticipé de la consommation privée.

En Espagne, le PIB en 2017 augmenterait de plus de 3% pour la troisième année consécutive. La croissance espagnole est soutenue par une forte consommation privée et des exportations tout à fait solides. D'après nos prévisions cette croissance devrait être un peu plus modérée en 2018 et 2019 du fait d'un ralentissement de la consommation privée précisément, avec 2.5% et 2.1% du PIB.

Au Royaume Uni, on s'attend à un nouveau ralentissement de la croissance en 2017 à 1.5% dans la mesure où la hausse des prix devrait peser sur le pouvoir d'achat des ménages. La croissance de la consommation privée serait donc modeste, tandis que l'incertitude continue de peser sur les décisions d'investissement des entreprises.

Une précision. Compte tenu des négociations en cours sur les modalités du retrait du Royaume-Uni de l'UE, nos prévisions pour 2019, je veux le dire ici pour ne pas nourrir les commentaires, reposent sur une hypothèse purement technique de statu quo dans les relations commerciales entre le Royaume-Uni et les 27. Cette hypothèse, qui est je le répète, totalement technique, ne préjuge en rien de l'issue des négociations en cours dans le contexte de l'Article 50. Elle sert uniquement de référence pour ancrer les projections pour 2019 et pour assurer leur cohérence. Dans le cadre de cette hypothèse purement technique, je le répète, la croissance au Royaume Uni resterait modérée sur l'horizon de prévision. Le PIB augmenterait de 1,3% en 2018 et de 1,1% en 2019. Mais c'est purement technique. J'insiste sur le sujet, mais nous ne pouvions nous dérober à nos obligations de prévision pour l'ensemble de l'Union européenne, c'est le sens de cette précision.

L'emploi a continué de croître de manière soutenue au premier semestre de cette année, avec plus de 155 millions de personnes ayant un travail, le taux d'emploi dans la zone euro a atteint, aujourd'hui, un niveau record. .C'est une excellente nouvelle. C'est la meilleure nouvelle que nous ayons à présenter ce matin. Au cours des deux prochaines années, la croissance de l'emploi dans la zone euro devrait rester dynamique, bénéficiant d'une expansion soutenue de la demande intérieure, d'une croissance modérée des salaires, ainsi que des réformes structurelles mises en œuvre dans certains États membres. La création d'emplois devrait néanmoins se modérer, passant de 1,5% cette année à 1,0% en 2019, en raison de la diminution d'incitations fiscales temporairement mises en place dans certains pays et du fait de pénuries de main-d'œuvre qualifiée dans d'autres.

Grâce à cette croissance de l'emploi qui resterait dynamique sur l'horizon de prévision, le chômage dans la zone euro et dans l'UE continuerait de baisser. Le taux de chômage passerait de 10% en 2016 à un peu moins de 8% en 2019, avec près de la moitié de cette baisse prévue cette année. Vous voyez que l'on est quand même dans une dynamique extrêmement positive. Toutefois, des ressources inutilisées demeurent sur le marché du travail ce qui continue à restreindre la hausse des salaires, comme on peut le voir sur le graphique de droite. Récemment, nous avons observé des signes d'une augmentation un peu plus rapide des salaires mais dans l'ensemble, nous ne prévoyons qu'une augmentation modérée de ceux-ci sur l'horizon de prévision.

Les perspectives concernant l'inflation restent en demi-teinte en raison de la faible augmentation des salaires précisément, il y a une corrélation étroite bien sûr. Selon nos prévisions, l'inflation augmenterait progressivement au cours de l'année 2018 et tout au long de 2019. On resterait autour de 1,5% 1,4% en 2018 1,6% en 2019. L'inflation sous-jacente, qui exclut les prix de l'énergie et des produits alimentaires non transformés, est restée faible, mais devrait progressivement augmenter.

Une des bonnes surprises de ces prévisions réside dans les perspectives budgétaires qui continuent de s'améliorer avec une continuation de la réduction des déficits publics:

  • le déficit public de la zone euro baisserait à 1,1% du PIB en 2017 – son niveau plus bas depuis 2007 – et à 0,9% en 2018, ce qui est nettement inférieur à nos prévisions au printemps. Et ce qui montre au passage pour ceux qui s'interrogent sur l'application du Pacte, sur l'efficacité des règles, que même quand on y introduit de la flexibilité ça marche, ça marche même très bien.
  • Dans l'ensemble de l'UE, le déficit atteindrait 1,2% du PIB en 2017 et diminuerait légèrement pour atteindre 1,1% l'année prochaine.

Dans la plupart des États membres, les déficits baisseraient en pourcentage du PIB cette année et continueront sur cette voie en 2018. Dans la zone euro, seule l'Espagne afficherait un déficit très légèrement supérieur au seuil des 3% cette année – nous aurons en avril les chiffres définitifs confirmés par Eurostat. Aucun État membre ne dépasserait ce seuil en 2018. Ça signifierait en pratique que les derniers pays à être en procédure de déficit excessif pourraient en sortir.

La dette publique continuerait de baisser en pourcentage du PIB et atteindrait environ 87% dans la zone euro en 2017 et 81% dans l'UE en 2018. Ceci étant dit, le problème de la dette n'est pas derrière nous et que sept pays sont au-dessus de cette moyenne: c'est le cas de la Belgique, la Grèce, l'Espagne, la France, l'Italie, Chypre et le Portugal.

Nos prévisions tiennent compte des tendances en matière de recettes et de dépenses publiques ainsi que des mesures incorporées dans les Projets de Plans Budgétaires pour 2018, tels que soumis par les États membres de la zone euro à la Commission à la mi-octobre. Je présenterai les opinions de la Commission sur ces Projets de budgets avec Valdis Dombrovskis, dans deux semaines.

Notre prévision d'une continuation de la réduction des déficits et dettes, en pourcentage du PIB dans la plupart des États membres en 2019 repose là encore, sur une hypothèse de politique inchangée. En effet, les mesures fiscales que les Etats membres envisageraient pour 2019 doivent dans la plupart des cas encore être spécifiées par les autorités nationales. Nos chiffres pourraient être donc revus dans nos prochaines prévisions.

Pour la première fois depuis longtemps, nous considérons cet automne que les risques qui pèsent sur les perspectives économiques sont globalement équilibrés.

De plus, les risques à la baisse sont principalement extérieurs et essentiellement le fait de tensions géopolitiques élevées je pense à la Corée, d'abord, ainsi que d'une possible détérioration des conditions financières à l'échelle mondiale. À moyen terme, une possible politique de repli sur soi des États-Unis pourrait avoir une forte incidence négative sur l'économie mondiale. En outre, la dette toujours assez élevée et toujours croissante des entreprises en Chine accentue les fragilités financières et le risque d'un ajustement désordonné. A l'inverse, on doit constater que la généralisation du rebond économique en dehors de l'Europe pourrait entraîner une expansion plus forte que prévue sur notre continent. Donc on aura des risques à la hausse et à la baisse.

A l'intérieur de l'Europe, une appréciation plus forte que prévue de l'euro et un redressement plus rapide que prévu des taux d'intérêts à long terme constituent des risques à la baisse. Et bien sûr, l'issue des négociations sur les modalités du retrait du Royaume-Uni de l'UEsont inconnues à ce stade.

À l'inverse, une amélioration du climat de confiance qui est déjà très consistant, un investissement plus dynamique, ainsi que des progrès tangibles sur la voie de l'achèvement de l'Union Economique et Monétaire, j'y compte beaucoup,, et sur l'approfondissement de l'euro, pourraient entraîner une expansion plus forte et plus durable que prévue en Europe.

En conclusion, nous sommes incontestablement entrés dans une nouvelle phase de la reprise économique européenne.

Nous avons déjà connu cette reprise depuis cinq années, mais elle reposait sur une croissance modérée, donc ses effets n'étaient pas perceptibles et tangibles autant qu'ils auraient dû l'être. Nous sommes passés à la vitesse supérieure, dépassant les 2% du PIB. Et avec elle, des bonnes nouvelles arrivent sur de nombreux fronts. L'Europe atteint un taux d'emploi historiquement élevé, faisant reculer le chômage à son niveau de 2009. Les investissements augmentent plus fortement. Les déficits publics reviennent au niveau d'avant crise.

En 2018, cette croissance continuerait de bénéficier de la réduction de l'incertitude politique en Europe, de l'optimisme des acteurs économiques, de la création d'emploi et d'une croissance de la demande mondiale qui resterait forte. Et ce panorama ne devrait pas être substantiellement modifié par l'appréciation de l'euro.

Mais soyons clairs. Nous devons accompagner cette accélération et consolider notre croissance. Nous avons encore du travail devant nous pour traiter deux défis majeurs: un endettement toujours trop élevé et une croissance des salaires toujours trop modérée.

Il est donc nécessaire que tous nos Etats-membres fassent un effort déterminé pour stimuler la croissance potentielle, pour s'assurer que cette croissance solidement ancrée va perdurer et et que cette croissance soit équitablement partagée. En outre, une convergence vers des structures économiques résistantes, la poursuite des réformes, et l'approfondissement de l'Union économique et Monétaire sont nécessaires pour rendre la zone euro plus résistante aux chocs futurs et en faire un véritable moteur de prospérité partagée. Les prochaines semaines seront décisives sur ce front. La Commission prendra sa part, fera ses propositions. Il y a assurément une fenêtre d'opportunité, un moment, une occasion historique que nous, les européens, devons saisir.

Et maintenant, je suis prêt à répondre à vos questions.

SPEECH/17/4482

Press contacts:

General public inquiries: Europe Direct by phone 00 800 67 89 10 11 or by email


Side Bar