Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Discours - [Seul le texte prononcé fait foi]

Discours du président de la Commission Jean-Claude Juncker à l'occasion du 75e anniversaire de Wolfgang Schäuble

Offenburg, le 18 septembre 2017

Cher Wolfgang, chère Ingeborg,

Chers parents et cher président de la CDU,

Mesdames, Messieurs,

Dix minutes, c'est le temps dont je dispose, m'a-t-on dit. Mais c'est en fait le temps dont j'ai besoin pour dérouler la première partie de mon introduction. Dix minutes ne sauraient suffire, tant il y a à dire sur Wolfgang Schäuble.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, prononcer un discours sur Wolfgang Schäuble n'est pas si simple pour moi parce que je le connais trop bien. Lorsque vous faites l'éloge de quelqu'un que vous connaissez moins bien, il vous vient plus de choses à l'esprit que lorsque vous devez parler de quelqu'un avec qui vous avez partagé des hauts et des bas.

Qui plus est, nous formons un couple idéal en ce sens que quand il reçoit une distinction, je lui rends hommage et, inversement, quand je reçois une distinction ou un prix, c'est lui qui me rend hommage. Si vous nous lisiez, vous constateriez que nous nous ressemblons au point d'être interchangeables lorsque l'un parle de l'autre.

Et aujourd'hui, je parle encore de lui. Je souhaiterais réunir en un tout ce que la Chancelière a divisé en deux parties: ce que Wolfgang Schäuble a fait pour l'unité allemande et ce qu'il a fait pour l'Europe. Ce sont vraiment les deux faces d'une même médaille car qui s'engage pour l'unité allemande, la négocie et, dans certains cas, se bat pour la faire accepter et qui est au service de l'Europe fait preuve de cohérence. J'ai toujours considéré la réunification allemande comme un cadeau de l'histoire européenne. Et je ne comprends pas pourquoi, a posteriori, les gens en Allemagne ne sont encore pas fiers de cet accomplissement – d'autres n'y seraient pas parvenus.

Wolfgang Schäuble vient d'une région frontalière. Son pays est limitrophe de l'Alsace, de la France. Le Rhin, ce lieu chargé d'histoire, est devenu le fleuve qui a noué l'amitié entre nous, après avoir été, pendant tant de siècles, l'eau de séparation du centre de l'Europe.

Les hommes des régions frontalières sont des patriotes, mais des patriotes à leur façon parce que dans leur manière de penser et de ressentir retentit toujours la musique qu'ils peuvent entendre de l'autre côté de l'ancienne frontière. En tant que Luxembourgeois, nous le savons très bien, voyez-vous, le Luxembourg se heurte très vite à ses frontières. Nous sommes donc des experts en matière de frontières et je sais que les frontières sont une richesse, dès lors qu'elles ne sont pas des frontières, mais un lien entre les peuples et les nations.

J'ai travaillé de nombreuses années avec Wolfgang Schäuble. En fait, je ne sais même pas depuis combien de temps nous nous connaissons. Mais presque aussi longtemps que vous, j'en suis certain. En effet, nous nous connaissons depuis des siècles. Nous avons constamment travaillé ensemble et très bien. Parce que nous sommes tous deux des juristes – ça crée des liens, les juristes se disputent souvent, j'y reviendrai – mais ça rapproche aussi parce qu'on a une façon similaire de raisonner. Nous avons bien travaillé ensemble parce que nous sommes des chrétiens-démocrates. Cette semaine est une semaine décisive. Et si cela ne tenait qu'à moi, nous pouvons continuer sur la voie qui, jusqu'à présent, était bonne pour l'Allemagne et pour l'Europe. Nous étions – il l'est encore – tous les deux ministres des finances et, en tant que président de l'Eurogroupe – un poste d'appoint non assujetti à la taxe sur les divertissements, que j'occupais à l'époque – j'ai très bien travaillé avec Wolfgang Schäuble. La chancelière a énuméré ici de nombreuses qualités, sans pour autant être exhaustive, et je pourrais en ajouter encore.

Wolfgang Schäuble est un homme de nuances mais il n'en fait pas ostensiblement état car ce qui compte pour lui, et c'est un trait de caractère que j'ai toujours beaucoup admiré, c'est de se concentrer sur le cœur même du problème, sans se perdre dans les détails.

C'est un homme de terrain, toujours en première ligne et là où se passe quelque chose. Nous avons réalisé beaucoup de choses ensemble et nous nous sommes souvent disputés – sans méchanceté et sans agressivité - mais nous nous sommes toujours dit l'un à l'autre ce que nous pensions. En Europe, ce n'est toutefois pas la norme car beaucoup s'efforcent de masquer les antagonismes et les opinions différentes, ce qui engendre des compromis boiteux mais pas de véritables solutions. Wolfgang Schäuble est un homme de compromis parce que le compromis fait partie de la démocratie mais il est avant tout quelqu'un qui recherche des solutions. L'Europe doit donc aussi énormément au ministre allemand des finances.

Et il accorde une grande importance à la vérité. Un jour où il était très fâché contre moi, il m'a dit: «tu es catholique et tu peux te confesser. Je suis protestant; je dois dire la vérité». L'œcuménisme serait donc un sujet nouveau pour nous. Une fois, alors que je lui demandais «comment trouves-tu le nouveau ministre français des finances?», il m'a répondu à sa manière «On en a connu tellement!» Puis il a ajouté: «peu importe qui est ministre des finances en France, il est mon ami». Et je dis donc, car on l'oublie souvent, que les efforts permanents et la lutte acharnée de Wolfang Schäuble pour renforcer l'amitié franco-allemande sont absolument remarquables car il compte au nombre de ces Allemands qui dans le doute ont toujours un mot positif pour la France. Par ailleurs, il ne fait pas partie de ceux qui calomnient mais de ceux qui, aussi opposés que puissent être les points de vue, vont vers les autres. Si en Europe, nous n'allons pas les uns vers les autres, nous ne nous retrouverons pas. Et quelqu'un comme Wolfgang Schäuble veille à ce qu'en Europe nous ne suivions pas chacun notre chemin mais marchions bien dans une seule et même direction.

Et c'est pourquoi, cher Wolfgang – et je le dis pour ton 75ème anniversaire –, après tout ce que tu as vécu et fait vivre aux autres, après tout ce que tu as enduré, tu es quelqu'un qui a rendu le monde meilleur, et bien peu de gens peuvent s'en prévaloir.

Tous mes vœux à l'occasion de ton anniversaire et que Dieu te bénisse!

SPEECH/17/3303


Side Bar