Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

European Commission - Speech - [Check Against Delivery]

Speech by President Jean-Claude Juncker at the EP Plenary session on the conclusions of the European Council meeting of 28 June 2016 and the Informal meeting of the 27 Heads of State or Government of 29 June 2016

Strasbourg, 5 July 2016

Herr Präsident,

Mr President of the European Council,

honourable members,

la vérité n'est pas dans la répétition. Par conséquent je ne vais pas répéter ce que le Président du Conseil européen vient de dire parce que je suis en accord total avec ses propos.

En plus, la vérité n'est pas dans la paraphrase, et donc je ne vais pas paraphraser les conclusions du Conseil européen puisque vous les avez attentivement étudiées et donc je ne vais pas vous faire l'injure de répéter ce qui fut retenu par écrit par le Conseil européen.

Je suis particulièrement content que le Conseil européen ait adopté l'agenda de la Commission sur l'approfondissement du marché intérieur. Je suis satisfait du fait que le Conseil européen une fois de plus, vient de souligner que la bonne réponse à la crise des réfugies doit être européenne - que le Conseil européen ait reconfirmé que la solution à la crise des réfugiés passe par une très nécessaire solidarité entre les États membres.

Je suis d'accord avec le Conseil européen lorsqu'il dit que la priorité désormais doit être la croissance et l'emploi. C'est exactement la première priorité de la Commission que j'ai l'honneur de présider et que j'ai présentée comme une des dix priorités lorsque je me suis adressé à vous en juillet 2014. C'est la raison pour laquelle j'aurais souhaité que d'ores et déjà le Conseil européen se déclare d'accord avec le prolongement du Plan d'investissement sur les trois années à venir.

Le Plan d'investissement que nous avons soumis - et que le Parlement a accompagné avec une allure qui m'a impressionné - d'ores et déjà produit des résultats. Jusqu'à ce jour nous avons su mobiliser des investissements qui s'élèvent à 107 milliards d'euros; des investissements qui n'auraient pas eu lieu si le Plan d'investissement n'existait pas.

Je suis d'accord avec tous ceux qui disent qu'il ne faut pas continuer comme avant. Mais à vrai dire, est-ce que nous sommes en train de continuer comme avant? Nous étions tombés d'accord ; Parlement, Conseil, qui a adopté un agenda, et la Commission pour changer de politique et pour changer de rythme. Est-ce que les priorités que nous avons fixées doivent être revues? Non. Mais nous allons faire en sorte que les décisions prises deviennent des décisions qui sont appliquées.

Je voudrais que nous fassions de l'Union européenne l'Union des Européens. C'est la raison pour laquelle je crois qu'il faudra que dorénavant nous appliquions mieux les décisions que nous avons prises. J'ai dit qu'on ne peut pas continuer comme avant, mais je refuse à tout revoir. Je suis d'accord avec ceux qui disent que le moment n'est pas venu pour procéder à des réformes institutionnelles qui porteraient loin. Je suis d'accord avec tous ceux qui disent que le moment n'est pas venu pour revoir les traités. Mais il faut continuer à appliquer le programme: l'union numérique, l'union de l'énergie, l'union des marchés des capitaux sont des projets qui viennent de loin, et qui vont aller loin, et par conséquent nous devons accélérer les reformes au lieu de changer le contenu des réformes.

Wenn es um Brexit geht, habe ich auch keine Lust zu wiederholen, was ich letzte Woche im Plenum gesagt habe. Ich stelle nur fest, dass die strahlenden Brexit Helden von gestern die traurigen Helden von heute sind. Diejenigen, die dieses Ergebnis mitherbeigeführt haben in Großbritannien, treten einer nach dem anderen von der Bühne ab: Johnson, Farage, andere. Das sind eigentlich – und als solche entpuppen sie sich – Retro-Nationalisten und keine Patrioten. Patrioten gehen nicht von Bord, wenn die Lage schwierig wird; dann bleiben sie.

That is the reason we are waiting for the British notification. I could understand that the remain camp needs weeks to reflect, but I do not understand that the Brexit camp needs months before knowing what to do. I would have thought that they had a plan. Instead of developing a plan, they are leaving the boat. I totally agree with President Tusk: we are waiting for the notification – no negotiation before notification. And those who want to have a free access to the internal market have to respect the four freedoms including the one of freedom of movement. This has to be done.

SPEECH/16/2413

Press contacts:

General public inquiries: Europe Direct by phone 00 800 67 89 10 11 or by email


Side Bar