Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

Commission européenne - Discours - [Seul le texte prononcé fait foi]

Discours du Président Jean-Claude Juncker au Sommet sur le monde du travail de l'Organisation Internationale du Travail

Genève, le 9 juin 2016

Madame la Présidente, Vice-Présidents, Excellences, Ministres, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Pour beaucoup d'entre vous chers amis,

Je m'adresse à vous avec tout le respect et toute l'admiration que j'ai pour l'Organisation Internationale du Travail.

Je m'adresse à vous, Madame la Présidente, tout particulièrement pour vous féliciter pour votre élection à la tête de la conférence annuelle. Et je m'adresse à vous tous, Mesdames et Messieurs, non pas parce que mon cher ami Guy m'aurait invité – il a loupé cette occasion – mais parce que je me suis moi-même invité, et que Guy a eu la sagesse d'accepter ma suggestion. Et je m'adresse à vous parce que j'étais jaloux de Marianne Thyssen – «ma» commissaire européenne chargée de l'emploi et des affaires sociales, qui fait un excellent travail – et qui a eu le privilège de vous rencontrer aussi bien l'année dernière que cette année.

Nos Institutions – la Commission européenne et l'Organisation Internationale du Travail – travaillent ensemble depuis de très nombreuses années. Mais mes relations personnelles avec l'Organisation sont également très anciennes, puisqu'elles remontent au début des années 1980. J'ai été pendant 17 années de ma vie ministre du travail; je le suis toujours un peu, et c'est en cette qualité que j'ai pu partager avec de nombreux amis ici rassemblés des expériences qui me furent utiles par la suite.

Tout ça pour vous dire que cette Assemblée n'a pas de secrets pour moi; cette Assemblée dont on dit à juste titre qu'elle est le Parlement mondial du travail, c'est aussi mon Parlement de cœur. Je m'adresse donc à vous en tant qu'ami. Et je m'adresse à vous en tant qu'Européen.

Un ami européen convaincu qui a mené sa campagne électorale en 2014 pour devenir Président de la Commission européenne – ce que je suis devenu – sur le thème de l'emploi, de la croissance et de la justice sociale. Ce sont également les priorités de la Commission que j'ai désormais l'honneur de présider.

L'ambition sociale de l'Europe ne date pas d'hier. Déjà dans les années 1980, avec mon ami Jacques Delors, le dialogue social européen a connu des grands moments, et d'importantes avancées ont été réalisées en matière de sécurité et de santé au travail, ainsi qu'en matière d'égalité hommes-femmes au niveau européen.Et nous allons d'ailleurs prendre au cours de l'année qui vient de nouvelles initiatives en matière de santé et de sécurité au travail.

Toutes ces avancées – celles dont je parle, celles dont on ne parle pas – ont fait de l'Europe une référence en matière sociale pour le monde entier, même si je considère toujours que la dimension sociale reste le parent pauvre de la construction européenne.

La crise sans précédent que l'Europe a traversée au cours des dix dernières années nous a fait perdre – nous Européens – une partie de notre splendeur et de notre attractivité. Il est donc grand temps que l'Europe trouve toute sa dimension sociale et que l'Europe sociale prenne enfin son véritable envol. Comme j'ai eu l'occasion de le dire, il est temps que l'Europe obtienne le «triple A social»dont nous sommes, il faut bien l'avouer, encore loin.

Les choses, il est vrai, vont mieux en Europe d'un point de vue économique, mais la crise n'est pas terminée tant que nous ne serons pas revenus au plein emploi. Un continent comptant sur ses territoires des dizaines de millions de chômeurs ne peut pas prétendre que la crise est derrière lui.

Et je me demande d'ailleurs comment un continent aussi riche que l'Europe pourrait renoncer à un principe qui devrait être universel: les jeunes d'aujourd'hui et de demain ont droit à un emploi. Et pour cela, nous devons tout faire pour relancer le dialogue social, à tous les niveaux. Car le dialogue social est essentiel; et parce que l'Europe a une manière spécifique d'aborder les réalités économiques et sociales. La méthode, la manière, c'est le dialogue social permanent, entre gouvernements, organisations syndicales et patronales – le tripartisme, pour tout dire.

Ceux qui disent que l'intégration économique et le dialogue social ne peuvent pas évoluer en harmonie se trompent lourdement. Le philosophe français Blaise Pascal disait «j'aime les choses qui vont ensemble». Dialogue social et construction européenne sont des choses qui vont ensemble – l'un ne fonctionne pas sans l'autre.

Voilà pourquoi, une fois élu Président, j'ai nommé un Vice-Président de la Commission européenne à la fois chargé de l'euro et du dialogue social, afin de montrer qu'en Europe, les deux choses vont bien ensemble.

Voilà pourquoi j'ai proposé une révision des règles en matière de détachement des travailleurs au sein de l'Union européenne afin d'éviter les abus et de remédier aux risques de dumping social. Nous devons nous mettre d'accord sur un principe simple: un même salaire pour un même travail au même endroit.

Voilà aussi pourquoi nous avons proposé la mise en place d'un socle européen des droits sociaux, une espèce de cordon sanitaire qui entourera, pour mieux le protéger, le marché du travail. Ce socle de droits sociaux, ce sera un socle qui déterminera des planchers sociaux qu'on ne pourra pas corriger vers le bas.

Et j'avoue franchement que l'idée d'un socle minimal – non pas minimaliste – s'inspire, dans sa philosophie, de la recommandation de l'Organisation Internationale du Travail de 2012 sur les socles nationaux de protection sociale, ainsi que de la Déclaration sur la Justice Sociale de 2008. Une fois établi, le socle européen des droits sociaux devra nous servir de boussole pour le nouveau processus de convergence européen auquel nous nous attelons.

Voilà enfin pourquoi, lorsque nous avons négocié le programme de soutien financier à la Grèce à l'été 2015, j'ai veillé personnellement à ce que la dimension sociale soit prise en compte. J'ai exigé que soit réalisée pour la première fois une étude d'impact social du programme d'ajustement.

Et c'est aussi dans ces moments de crise grecque que j'ai pu à nouveau apprécier toute l'importance des normes de l'Organisation Internationale du Travail lorsque, au milieu d'un énième Conseil européen interminable, j'ai dû et pu expliquer à des chefs d'Etat ou de gouvernement récalcitrants les principes de la Convention 154 sur la promotion de la négociation collective datant de 1981. Nous nous sommes d'ailleurs aussi assurés que dans la conduite du programme grec, l'Organisation Internationale du Travail puisse jouer son rôle d'expertise et de conseil dans la mise en place des réformes, et je voudrais remercier le Directeur Général d'avoir bien voulu associer votre Organisation à ce travail. La Grèce est désormais ancrée dans l'euro et j'ai bon espoir qu'avec les accords récents, elle soit sur le chemin de la reprise.

Pendant toutes ces années de crise, la solidarité européenne a été mise à l'épreuve. Et très souvent, l'Europe s'est repliée sur elle-même. Mais l'Europe nombriliste, l'Europe qui se regarde sans regarder les autres, n'est pas l'Europe dont je rêve.

L'Europe, c'est une Europe qui doit être capable d'accueillir dans des conditions dignes ceux qui ont besoin de notre aide, voire de notre protection. En sachant très bien que les problèmes auxquels les Européens sont confrontés sont minimes en comparaison du poids que supportent des pays bien plus pauvres. Regardez l'Europe et le nombre de réfugiés qu'elle a accueillis, et comparez l'Europe à la Jordanie, au Liban ou à la Turquie. Les Européens, au lieu de donner des leçons aux autres, ont de bonnes raisons d'être plus modestes qu'ils ne le sont souvent.

Ceci étant, alors que le monde est confronté à la pire crise liée au déplacement de populations depuis la Deuxième Guerre, je suis fier de constater que l'Union européenne reste un symbole d'espoir pour des millions de personnes. Défendons cette Europe !

L'Europe, c'est une Europe qui reconnait que la migration est une source d'enrichissement pour nos sociétés et pour nos économies. Nous avons lancé cette semaine, en tant que Commission européenne, de nouvelles initiatives pour favoriser l'intégration des migrants dans nos sociétés. L'Europe, c'est une Europe qui reste et qui doit rester ouverte, et qui offre des voies légales pour la migration, que ce soit en matière de réinstallation des réfugiés, ou bien au moyen d'une «carte bleue» révisée permettant aux travailleurs de pays tiers dotés de compétences élevées d'accéder à notre marché du travail.

L'Europe, c'est une Europe qui travaille avec ses voisins, comme la Turquie, comme d'autres, pour sauver les vies en mer et mettre fin au cruel business model des trafiquants et des passeurs, qui tirent profit de la misère humaine, et qui ont su pendant trop longtemps faire la loi en mer Egée. Le nouveau cadre pour les partenariats de migration que nous avons présenté cette semaine permettra d'étendre ce type de coopération vers les pays d'Afrique et certains pays d'Asie afin de mieux gérer la migration internationale.

Tout comme notre ambitieux Plan d’investissement extérieur, adapté aux besoins des pays en développement, permettra de s'attaquer aux causes profondes de la migration, en mobilisant près 30 milliards d’euros de nouveaux investissements – 60 milliards si les Etats membres de l'Union européenne suivent la Commission.

Nous avons lancé, peu après notre entrée en fonction, un Plan d'investissement européen appelé «Plan Juncker». Ce n'est pas moi qui ai donné le nom «Plan Juncker» au Plan Juncker. C'était ceux qui étaient sûrs et certains que ce serait un échec, et qui donc voulaient identifier à l'avance le responsable de cet échec. Or, ce n'est pas un échec, puisque jusqu'à ce jour nous avons su mobiliser 100 milliards d'investissement. Et depuis que le «Plan Juncker» est devenu un succès, il ne s'appelle plus «Plan Juncker» ; il s'appelle Plan d'investissement pour l'Europe. Ce Plan d'investissement que nous avons su mener avec succès en interne, nous voudrions pouvoir le partager avec nos amis d'ailleurs qui ont des problèmes graves, notamment en matière de migration.

Une Europe, ouverte sur le monde, Mesdames et Messieurs, c'est aussi une Europe qui sait prendre ses responsabilités. L’Union européenne, ce n’est pas seulement une «puissance douce» ; c'est aussi un acteur pleinement engagé sur tous les fronts, et qui participe à la définition des règles du monde à venir. Nous l'avons vu sur le climat et lors de l'adoption des objectifs de développement durable l'année dernière.

Et nous le voyons chaque jour en matière de développement. L'Union européenne et ses États membres sont déjà les premiers pourvoyeurs mondiaux d'aide publique au développement. En 2015, nous avons porté notre contribution à 68 milliards d’euros, soit 15 % de plus que l'année précédente. Et nous avons également réaffirmé notre engagement à atteindre l’objectif collectif d'y consacrer 0,7 % de notre revenu national brut. Ils sont rares les pays à atteindre ce niveau dans le monde et en Europe.

Ce rôle de l'Union européenne sur la scène internationale, nous le voyons aussi chaque jour en matière de commerce. Aujourd'hui, l'Union européenne, premier partenaire commercial au monde, est le marché le plus ouvert aux exportations des pays en voie de développement. Si on exclut les produits énergétiques, l’Union européenne importe plus des pays les moins développés que les États-Unis, le Canada, le Japon et la Chine réunis.

Pour nous, Européens, le commerce n’est pas seulement une affaire de répartir des avantages économiques ; c'est aussi une affaire de valeurs, une affaire de principes fondamentaux, qu'il faut défendre chez soi et ailleurs. Et nous n'hésitons pas à utiliser notre politique commerciale pour promouvoir le respect de normes internationales fondamentales: droits de l’homme, droits des travailleurs, protection de l’environnement, bonne gouvernance, ou bien encore une plus grande responsabilité en matière de chaînes d’approvisionnement mondiales.

Voilà pourquoi, dans plusieurs pays du monde, nous travaillons en étroite coopération avec l’Organisation Internationale du Travail. Au Bangladesh, par exemple, où nous nous efforçons d'améliorer les conditions de travail, de santé et de sécurité des travailleurs. Et pas seulement au Bangladesh. Nous travaillons actuellement avec l'Organisation Internationale du Travail dans quatre pays – El Salvador, Guatemala, Mongolie et Pakistan – afin d’aider à mettre en œuvre les conventions internationales que vous connaissez. En échange, ces quatre pays bénéficient de régimes commerciaux préférentiels avec l'Union européenne.

Il a été, Mesdames-Messieurs, beaucoup question de normes dans le débat sur le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Lorsque j’ai rencontré le Président Obama il y a deux semaines au G7, nous sommes convenus de poursuivre les négociations sur l’accord commercial le plus important du monde. Aujourd'hui, je voudrais être très clair sur ce point: nous n'abaisserons pas les normes européennes en matière de santé, de travail et d'autres principes qui nous tiennent à cœur. Nous les sauvegarderons.

C’est pourquoi l'accord avec les Etats-Unis devra contenir des engagements ambitieux sur les droits fondamentaux des travailleurs, conformes aux conventions de l'Organisation Internationale du Travail, et notamment garantir un niveau élevé de santé et de sécurité au travail ainsi que des conditions de travail décentes.

Monsieur le Directeur Général,

Depuis presque cent ans, l'Organisation Internationale du Travail est une enceinte où la discussion et les débats portent sur la configuration du monde dans lequel nous vivons et sur le type de société que nous voulons bâtir. Alors que cette Institution s'approche de son centenaire, j'aimerais vous rendre hommage, Monsieur le Directeur Général, pour avoir placé l'Organisation Internationale du Travail au cœur des défis auxquels le monde doit faire face. L'Organisation Internationale du Travail est d'ailleurs en train de s'imposer dans tous les «G» – le G20, le G7 – où votre Directeur Général joue un rôle essentiel sur des questions d'importance.

Je pense à la question du travail décent, qui est désormais reconnue comme l'un des objectifs de développement durable pour 2030. Je pense à l’initiative mondiale pour l’emploi décent des jeunes, qui rejoint pleinement les priorités européennes en matière de garantie pour la jeunesse et de développement des compétences. Je pense à votre initiative sur l’avenir du travail, à laquelle l'Union européenne contribuera pleinement.

Sans préjuger de vos conclusions, j'ai un point de vue personnel sur cette question. Pour moi – je suis vieux jeu là-dessus – le contrat de travail normal est un contrat de travail à durée indéterminée. Les entreprises, oui, ont besoin de prévisibilité mais les travailleurs, eux aussi, ont besoin de prévisibilité.

Mesdames et Messieurs,

Je sais bien que le monde change. Il change à une allure impressionnante. Et le monde du travail change sans doute plus rapidement que jamais à l'échelle mondiale. Notre défi est de savoir adapter notre modèle, pour faire prévaloir nos valeurs. Ce défi, nous devons et nous pouvons le relever ensemble.

C'est d'ailleurs souvent face aux défis que l'Union européenne montre ce qu'elle fait le mieux: garantir la stabilité, faire preuve d'une attitude responsable, promouvoir la solidarité, à l'intérieur comme à l'extérieur de ses frontières.

Et c'est aussi face aux défis que des institutions mondiales telles que la vôtre fournissent un point d'ancrage et une perspective globale indispensable. Vous pouvez compter sur moi et sur la Commission européenne pour vous soutenir dans vos travaux.

Et si Guy veut bien en prendre l'initiative, je n'aurais pas besoin de m'inviter moi-même pour célébrer avec vous le centenaire de notre Organisation.

Je vous remercie de votre attention.

SPEECH/16/2170


Side Bar