Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

Commission européenne - Discours - [Seul le texte prononcé fait foi]

Miguel Arias Cañete, Commissaire chargé de l'action pour le climat et de l'énergie - discours d'ouverture du 1er Forum d’affaires euro-algérien sur l’énergie

Alger, le 23 mai 2016

1er Forum d’affaires euro-algérien sur l’énergie

DISCOURS D'OUVERTURE DU FORUM
Miguel Arias Cañete, Commissaire chargé de l'action pour le climat et de l'énergie

Monsieur le Ministre,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

C'est à la fois un honneur et un grand plaisir d'ouvrir ce tout premier Forum d’Affaires Algérie – UE avec Monsieur le Ministre Khebri Ce forum est un jalon crucial dans la mise en œuvre de notre partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie. Je me réjouis des progrès déjà réalisés ensemble depuis la signature du Mémorandum d’entente en 2013 et le lancement du dialogue politique en mai 2015.

Cet évènement s'inscrit également dans le cadre de la stratégie européenne de l'Union de l'Energie. L'Union européenne s'est engagée à renforcer ses efforts pour créer un marché commun de l'énergie et  partager une vision et stratégie communes

L'Union de l'Energie est basée sur trois objectifs fondamentaux: la durabilité, la sécurité et la compétitivité.

Je dis Durabilité parce que se préoccuper du changement climatique est un devoir et non une option.

Soyons bien clairs, en tant qu'une des régions les plus riches du monde, l'Union Européenne se doit de montrer l'exemple. Elle doit montrer qu'elle veut et qu'elle est capable de réduire les émissions rapidement, de manière radicale, et de façon à améliorer la vie de ses citoyens.

Je dis Sécurité, parce que nous savons qu'un approvisionnement énergétique qui ne serait pas fiable peut nous couter très cher.

Il est donc contre-productif et dangereux pour l'Union Européenne de ne compter que sur un seul fournisseur ou une seule route d'approvisionnement.

Et je dis Compétitivité parce que l'UE compte désormais pour 30% du marché global d'exportation des produits à forte intensité énergétique. Et car le prix de l'énergie est fondamental pour plusieurs raisons, notamment la compétitivité de notre industrie et la protection des emplois en Europe.

Pour atteindre ces trois objectifs principaux l'Union Européenne a adopté des objectifs ambitieux:

- Nous nous sommes engagés à réduire de  40% nos émissions d'ici à 2030 et à reformer notre systèmed'échange de quotas d'émission pour y arriver;

- Nous avons convenu de faire en sorte qu'au moins 27% de notre consommation totale d'énergie provienne de sources renouvelables et d'améliorer notre efficacité énergétique d'au moins 27%.

- Nous réformons le marché intérieur d'électricité pour mieux intégrer les énergies renouvelables plus facilement afin de devenir plus compétitif.

- Nous encourageons la coopération régionale et nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux en matière d'interconnexions afin que chaque pays ait accès à de multiples fournisseurs de gaz, y compris le Gaz Naturel Liquéfié. 

Mesdames et Messieurs,

Tout cela montre que l'Europe est prête à agir ensemble, prête à changer ensemble.

Et c'est dans cet esprit que nous abordons le Forum d'aujourd'hui.

Comme pilier fondamental de l'Union de l'Energie, l'Europe s'est engagée à parler d'une seule voix dans ses relations internationales en ce qui concerne l'énergie. Il en va de soi que l'Algérie fait partie de nos partenaires stratégiques.

Cet engagement international est primordial pour l'Europe. Nous importons aujourd'hui deux tiers du gaz que nous consommons et nos estimations montrent que ce chiffre ne fera qu'augmenter d'ici 2030.

Il est clair que dans le processus de la transition énergétique, le gaz restera un composant important du mix énergétique européen. En effet, le gaz est un combustible relativement faible en carbone qui sera nécessaire pour la production d'électricité qui demeurera nécessaire pour la production de l'électricité ne serait-ce que pour le back up des renouvelables. 

Et je veux être très clair aujourd'hui: en ce qui concerne le gaz l'Algérie est un partenaire de confiance sur lequel nous pouvons compter.

Nous l'avons d'ailleurs souligné et re-souligné dans notre stratégie de sécurité énergétique ainsi que dans la stratégie GNL.

Il est donc tout à fait logique que nous avons choisi l'Algérie pour tenir notre tout premier Forum d’Affaires avec un de nos partenaires internationaux.

Il est très important que l'Algérie maintienne cette position de partenaire privilégié. La construction des chainons manquants au sein de l'UE, notamment du nouveau gazoduc MIDCAT entre la France et l'Espagne, ouvrira de nouveaux marchés pour le gaz algérien.

Mais dans ce secteur nous savons que chaque opportunité est également un défi.

L'UE a besoin de sécurité d'approvisionnement, de même que l'Algérie a besoin, et à juste titre, de stabilité dans la demande pour justifier des nouveaux investissements.

Dans ce cadre, l'UE s'efforce d'améliorer la transparence de ses besoins afin que nos fournisseurs aient des bases solides sur lesquelles fonder leurs décisions d'investissements. Nous continuerons à faire des progrès dans ce domaine. 

L'Algérie elle aussi fait face à des défis importants.

Avec une demande domestique de gaz et d'électricité sans cesse grandissante, et la baisse mondiale des prix du pétrole et du gaz, les financements pour de grands investissements dans de nouvelles explorations à l'intérieur du pays sont limités, malgré des efforts notables.

Le potentiel est évident: l'Algérie occupe le dixième rang au niveau mondial en termes de réserves prouvées de gaz naturel et est également extrêmement bien placée en termes des ressources de gaz de schiste accessibles.

Mais soyons clairs, le marché du gaz a changé considérablement au cours des dix dernières années.

Les nouvelles technologies ont ouvert la porte à de nouvelles ressources. De nombreux  producteurs sont d'ailleurs entrés sur le marché pour en profiter et d'autres s'y apprêtent. Nous prévoyons que la production mondiale de GNL augmentera de 50% au cours de cette décennie.

L'Algérie, devra donc trouver de nouveaux moyens d'attirer les investissements privés pour l'exploration et l'exploitation de nouvelles sources de gaz.

Les principes fondamentaux de la physique veulent qu'au fur et à mesure que les réservoirs de pétrole et de gaz baissent, avec le temps, et si la demande nationale augmente, l'Algérie devra attirer de nouveaux investissements si elle veut maintenir ses exportations vers l'UE sur le long terme.

Récemment des appels d'offre pour de nouveaux investissements ont été infructueux, ce qui est préoccupant. Si la situation perdurait dans le long terme, la position de l'Algérie comme principal fournisseur de gaz pourrait être compromise.

Il est vrai que comme tous les marchés, celui du gaz évolue constamment. C'est pourquoi j'apprécie l'engagement du Ministre à tenir compte de ces changements en modifiant les régimes d'exploration et d'exploitation. Je tiens absolument à féliciter l'Algérie et le Ministre du courage dont ils ont fait preuve en prenant cette decision. 

Mesdames et Messieurs,

En ce qui concerne les énergies renouvelables, l'Union européenne a été pionnière et occupe une place de premier rang.

- 16% de notre énergie et 27% de notre électricité viennent de ressources renouvelables;

- En 2015 l'UE a installé plus de 13 gigawatts de nouvelles capacités d'énergie éolienne, un record mondial sur un an.

Nous avons également énormément amélioré notre efficacité énergétique. En 2014, nous avons réduit notre consommation d'énergie de 18,7 % par rapport aux niveaux estimés pour 2020. Et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de 20% d'efficacité énergétique en 2020. Grace à cette transition, il y a aujourd'hui presque deux millions d'emplois en Europe dans les secteurs de renouvelables et d'efficacité énergétique.

L'Algérie est également sur la bonne voie, notamment avec l'adoption d'objectifs ambitieux pour les renouvelables et l'efficacité énergétique. Je me réjouis de ces progrès.

Non seulement ces objectifs auront pour effet de réduire les émissions de carbone et de faire face aux changements climatiques qui constituent la plus grande menace pour les générations futures. Mais ils relanceront également l'économie en renforçant la compétitivité.

Avec ce Forum et avec notre partenariat l'UE soutient toute initiative du gouvernement qui vise à promouvoir l'énergie propre en Algérie. Comme vous le verrez aujourd'hui la Commission et l'industrie européenne se tiennent prêts à vous aider et à développer des partenariats mutuellement bénéfiques. 

Mesdames et Messieurs,

La grande participation européenne au Forum ici à Alger aujourd'hui est témoin de notre engagement et volonté de renforcer notre partenariat stratégique avec l'Algérie.

Notre partenariat dure depuis des décennies et il faut s'engager des deux côtés pour s'assurer qu'il se renforce dans les mois et dans les années à venir.

Tout partenariat durable, demande un travail continu pour se développer. Notre Forum aujourd'hui a contribué à cette évolution.

Nous avons du pain sur la planche. Oui, il nous faudra prendre des décisions et des mesures difficiles, mais comme le dit le vieux dicton: ”Dans la vie les défis sont inévitables, la défaite n'est pas une option".

SPEECH/16/1898

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar