Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

European Commission - Speech - [Check Against Delivery]

Commissioner Moscovici's opening remarks at the Eurogroup press conference

Brussels, 9 May 2016

Merci Jeroen

J’ai dit en entrant aujourd’hui qu’un accord sur la Grèce était nécessaire. Aujourd’hui, grâce à une discussion positive et constructive, nous avons fait, je crois, des progrès très importants vers cet accord.

Aujourd’hui, c’est la journée de l’Europe, l’anniversaire de la fameuse déclaration de Robert Schuman. C’était une bonne façon de la célébrer que de montrer que les européens étaient capables de traiter ou d'affronter ce problème avec beaucoup de bonne volonté. Schuman avait dit que l’Europe ne se ferait pas d'un coup, mais par des réalisations concrètes, c'était la parole de Jean Monnet également, créant petit à petit une solidarité de fait. On pourrait dire que le même principe vaut pour le programme grec. Et là, nous faisons des réalisations concrètes. Il y a eu d’abord les lois qui ont été adoptées hier soir à Athènes, pour réformer les retraites et l'impôt sur le revenu. Elles auront, ensemble, un impact budgétaire permanent d'environ 2% du PIB grec.

Ces réformes sont le résultat de plusieurs mois de discussions intenses et d’efforts qui finissent par être délivrés par la Grèce. Elles font partie d'un paquet de mesures très important, qui comprend aussi la création d'une agence indépendante pour les revenus, un mécanisme pour gérer les prêts non-performants et l'établissement du nouveau fonds de privatisation et d'investissement. Il était très important que l’Eurogroupe aujourd'hui puisse saluer ce paquet de réformes car il est nécessaire pour que la Grèce puisse être compétitive, puisse retrouver la croissance et attirer les investisseurs. Je vous rappelle que nos dernières prévisions économiques, que j’ai présentées la semaine dernière, ont indiqué que la croissance économique en Grèce sera à nouveau positive dès la deuxième moitié de cette année. Elle pourrait atteindre jusqu’à 2,7% l’an prochain à condition précisément que ce paquet de réformes soit appliqué.

Ces mesures devront aussi être votées dans les prochaines semaines, comme condition préalable à la conclusion de la première revue du programme.

Comme vous le lirez dans le communiqué, il y a un bon accord sur le fonctionnement du mécanisme dit de  contingence, dont les derniers détails seront réglés dans les jours qui viennent par le Euro Working Group. Mais sous ta présidence Jeroen, on a beaucoup avancé aujourd’hui.  Le mécanisme proposé remplit les critères fixés par l'Eurogroupe à Amsterdam, c'est à dire qu’il sera objectif, légiféré en amont, crédible et automatique. Je rappelle que la Commission pense que ces mesures sont vraiment contingentes car les mesures déjà approuvées seront suffisantes pour atteindre l'objectif d’un excédent primaire de 3,5% en 2018. Mais il est certainement utile que ce mécanisme existe pour rassurer tous les partenaires de la crédibilité des engagements pris au cas où il adviendrait que cela ne soit pas suffisant. Je salue donc là-aussi ce progrès important.

As regards the issue of debt, this is first and foremost a matter for the Member States and the ESM. I will simply say that ensuring the sustainability of Greece’s debt is a fundamental element of the agreement reached last summer, and as such I also welcome the constructive discussion that took place in the Eurogroup today. I fully support the President's approach of looking at the short/medium and long term. This is the wise way to address this issue. The Commission stands ready to contribute its technical expertise to these discussions going forward.

As agreed today, our teams will work intensively in the coming days to finalise the staff level agreement. On that basis, I am quite confident that we will be able to take positive decisions at our next meeting on 24 May. I think today we made work progress – very good work progress.

SPEECH/16/1701


Side Bar