Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Discours - [Seul le texte prononcé fait foi]

Jean-Claude Juncker lors de l'événement des dirigeants de la COP21 - Un accord climatique hic et nunc à Paris

Paris, le 30 novembre 2015

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs

Je voudrais tout d'abord redire ici toute ma solidarité aux Parisiens et aux Français. Et rendre hommage à leur façon individuelle et collective de résister aux actes abominables dont ils furent récemment les victimes.

Je pense notamment à ce Parisien qui, brisé par la douleur, lançait à la figure des terroristes responsables de la mort de sa femme, la mère de son enfant, la phrase suivante: "Nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l'affront d'être heureux et libre."

Assurer, quoi qu'il arrive, le bonheur d'un enfant, voilà la responsabilité d'un père. Assurer un monde stable pour des millions d'enfants à travers le monde c'est notre responsabilité de dirigeants politiques.

Les changements climatiques en cours redessinent notre planète et amplifient des risques d'instabilité de toute sorte.

Nous ne pourrons pas dire aux générations futures que nous ne savions pas. Parce que nous sommes conscients aujourd´hui des risques qui nous guettent demain. Nous connaissons les menaces, nous connaissons les risques, nous pouvons les prévenir. C'est une question de volonté politique et d'action. Et c'est tout l'enjeu de cette conférence.

Nous devons et nous pouvons léguer aux générations futures, un monde plus stable, plus sain, des sociétés plus justes et des économies plus prospères. Ceci n'est pas un rêve. Ceci est une réalité qui est à portée de main.

En Europe, en 2007, nous avions décidé de réduire de 20% nos émissions de CO2 d'ici à 2020, comparé à 1990. Elles ont déjà chuté de 23% alors que le produit intérieur brut de l´Europe a augmenté lui de 46%. Nous visons maintenant une réduction des émissions d'au-moins 40 % d'ici à 2030.

Les villes européennes et, en fer de lance, des entreprises innovantes sont en route vers l´efficacité énergétique et de développement d'énergies renouvelables. La transition énergétique dessine un monde nouveau, un monde pauvre en carbone et riche en opportunités.

Une évolution similaire vers un nouveau modèle économique est en marche à travers le monde. Nous devons l'accélérer. Parce que l'horloge tourne de plus en plus vite. Il nous faudrait au moins 4 planètes pour maintenir notre façon actuelle de vivre, de produire et de consommer. Mais nous n'en avons qu'une.

Alors, oui, les ressources de ce monde sont épuisables; mais la créativité humaine, elle est inépuisable.

La transition en cours n´est pas facile. Il faudra que nous nous entraidions. En 2014, l'Europe a affecté 14,5 milliards d'euros pour l’action climatique dans les pays en voie de développement. Nous ferons plus dans les années à venir. Nous devons en faire plus dans les années à venir. Et d´autres doivent nous suivre dans notre effort.

Une nouvelle dynamique mondiale est là. Toutefois le compte n'y est pas encore pour limiter à moins de 2 degrés le réchauffement climatique alors que cet objectif est une nécessité vitale.

Les belles promesses ne suffisent plus.Il nous faut un accord contraignant, solide, durable, traduisant une vision sur le long terme d'une économie neutre en carbone, et dont la mise en œuvre sera suivie périodiquement et adaptée pour augmenter le niveau d´ambition nécessaire.

Chaque jour, nos citoyens, nos entreprises, nos sociétés civiles font de la transition énergétique une réalité. Pour que leurs efforts portent loin, ils ont besoin de cet accord solidaire et responsable. Nous devons le leur donner, hic et nunc, à Paris.

Merci de votre attention.

SPEECH/15/6211


Side Bar