Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

European Commission - Speech - [Check Against Delivery]

Discours du Commissaire Dimitris Avramopoulos, lors de la réunion ministérielle internationale à Paris sur Charlie Hebdo, le 11 Janvier 2015

11 January 2015

Dimitris Avramopoulos - Commissaire à l'Immigration et aux Affaires Intérieures

Paris, 11 janvier 2015 - Réunion ministérielle internationale sur Charlie Hebdo

Je remercie M. Cazeneuve d’avoir pris l’initiative de réunir ici aujourd’hui – dans un contexte aussi dramatique – les ministres de l'intérieur européens et américain, ainsi que leur homologue américain de la Justice. En tant qu'individu et citoyen européen, je suis, comme vous tous profondément choqué par la tuerie qui s'est déroulée mercredi à Paris et les deux prises d'otages qui en ont suivies. Ce sont des actes intolérables qui nous interpellent tous. Mes pensées vont aux nombreuses victimes innocentes de ces actes cruels.

Je souhaite aussi exprimer ma compassion et mon soutien aux familles des victimes ainsi que toute ma solidarité envers la France toute entière. Si je suis ici aujourd’hui, c’est avant tout pour témoigner de la solidarité de l'Europe envers la France. Dans ces moments tragiques, l'Europe doit être unie pour défendre ses valeurs et ses libertés – notamment la liberté d'expression et de la presse - face à ceux qui rejettent notre mode de vie, face à ceux qui détestent la démocratie.

Nous ne devons pas oublier que l'ouverture au dialogue, l'esprit critique ainsi que la tolérance sont le propre de nos sociétés, et sont des idéaux que nous devons toujours défendre. L'heure n'est pas à la stigmatisation, mais au rassemblement. Et cet esprit de solidarité, du rassemblement, se dévoile de plus en plus fort, avec les manifestations dans les rues de Paris et des villes européennes. Oui, aujourd'hui, nous sommes tous Charlie. Nous nous sommes réunis à Paris pour envisager une réponse unie et forte à ce défi commun que nous adressent les auteurs de ces actes abominables. Ce défi ne pourra être résolu qu'en commun au sein de l'Union européenne et au-delà, avec nos alliés internationaux.

Comme le démontre cette attaque, le niveau de la menace terroriste qui pèse sur l'Union européenne est malheureusement réel et croissant. Dans le cadre de la stratégie européenne sur la sécurité intérieure, la Commission européenne se tient résolument aux côtés des Etats Membres pour soutenir et coordonner leurs efforts. La Commission européenne a notamment développé des capacités et systèmes communs. Nous favorisons la coopération concrète et opérationnelle entre acteurs de première ligne et soutient financièrement les Etats membres dans leurs effort pour contrer le terrorisme.

Comme le Président Juncker l'a dit, c'est le moment du silence et de la réflexion. Nos actions seront guidées par la réflexion, et non par la peur. Après ces évènements, nous devons analyser la situation et tirer les conclusions sur d'éventuelles actions au niveau européen.

 Suite à notre réunion d'aujourd'hui, et ensemble avec tous les Ministres de l'Intérieur de l'Union européenne, nous aurons l'occasion d'en reparler lors d'une réunion du Conseil à Riga le 29 janvier. Coopération et solidarité entre Etats membres seront certainement des mots clés. Nous devrons examiner s'il est nécessaire et comment améliorer l'accès, l'échange et l'utilisation des informations pertinentes avec, comme objectif de mieux assurer la protection des droits et des libertés. Nous avons un certain nombre d'options concrètes pour améliorer l'action de l'Union et de ses États Membres. Nous devons poursuivre nos efforts, en coopération avec les Etats membres, les autres institutions européennes et autres interlocuteurs pour:

 Renforcer la prévention de la radicalisation;

  • Améliorer les instruments delutte contre le blanchiment des capitaux et le financement de terrorisme;
  • Mieux détecter et mieux répondre aux menaces;
  • En parallèle, mettre en place un système européen pour le transfert des données des passagers.

C'est un travail de longue haleine qui nous attend. C'est surtout un travail qui doit se faire dans le plein respect des droits fondamentaux. La Commission Européenne est prête à relever ces défis ensemble avec la France et tous nos autres interlocuteurs européens et partenaires. Nous devons tous agir ensemble afin de faire comprendre à nos amis et nos ennemis que l'Europe peut garantir la sécurité de ces citoyens sans compromettre ces valeurs et son identité.

Charlie n'est pas mort. L'Europe est Charlie.

Toute cette violence odieuse, les terroristes ne gagneront pas sur la liberté et la démocratie.

 

SPEECH/15/3141

General public inquiries:


Side Bar