Navigation path

Left navigation

Additional tools

Speech - Déclaration du Président Barroso lors de sa visite à Liège

European Commission - SPEECH/13/831   17/10/2013

Other available languages: none

Commission européenne

José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission européenne

Déclaration du Président Barroso lors de sa visite à Liège

Conférence de presse/Liège

17 octobre 2013

Merci beaucoup Monsieur le Bourgmestre Willy Demeyer,

Monsieur le Vice-président du collège provincial, Monsieur Georges Pire,

Monsieur le représentant du pouvoir locale, Madame et Monsieur les représentantes du pouvoir local,

Mesdames et Messieurs de représentantes de la presse,

Mesdames et Messieurs,

Tout d'abord, merci beaucoup Monsieur le Bourgmestre pour les mots tellement gentils que vous avez voulu m'adresser. En fait, c'est en répondant à votre invitation que j'ai décidé de visiter Liège officiellement. J'avais déjà été ici à un séminaire de la Commission, c'est là d'ailleurs qu'on s'est rencontré, un séminaire informel, que nous avons parfois, et j'ai alors visité Liège à titre personnelle. Et c'est une visite, maintenant, officielle qui, je suis sûr, va me permettre de mieux connaitre les défis, les problèmes mais aussi les attentes et tout ce qui est l'espoir de Liège et de la Wallonie.

La visite a, d'ailleurs, très bien commencé, j'ai beaucoup aimé cette première partie de ma visite, notamment la visite à l'Université de Liège. J'ai rencontré les étudiants, nous avons eu aussi un très bon débat sur l'avenir de l'Europe, un débat qui est allé aussi aux enjeux essentiels, notamment à ce qui préoccupe d'ailleurs la Wallonie, la Belgique et l'Europe:

- les leçons de la crise;

- les mesures à prendre contre le chômage, ce qui est d'ailleurs notre priorité absolue, c'est la lutte contre le chômage;

- les conditions pour retrouver une économie qui soit génératrice de croissance et d'emplois, puisqu'une reprise sans création d'emplois, ça n'a pas beaucoup de sens!

L'éducation est cruciale pour y aboutir: la crise l'a montré, et c'est pourquoi l'investissement dans l'avenir, dans la recherche, dans l'innovation est un indispensable.

Ces constats sont clairement traduits dans notre stratégie de l'Europe 2020. Les grandes priorités sont l'investissement dans une Europe de la connaissance et de l'innovation, une Europe plus verte et compétitive, une Europe de l'emploi et de la cohésion sociale, afin de nous permettre de préserver notre modèle sociale, notre économie sociale de marché, étant claire qu'on doit moderniser ce modèle, car il y a de nouvelles contraintes maintenant, liées à la concurrence internationale. Et c'est précisément pour garder ce modèle, garder ce modèle européen auquel nous tenons autant, nous nous intéressons tellement que il faut vraiment engager cette réforme.

Mais une chose, c'est lire la stratégie sur le papier, une autre chose c'est d'avoir la possibilité de voir sur place comment les choses se passent. C'est pourquoi j'ai voulu recevoir des représentants de la métallurgie ici à Liège et aussi des producteurs de lait, quand j'étais à l'université, pour voir aussi les problèmes. Je sais que Liège et la région connaissent des défis. Mais je crois vraiment que votre région, tout en connaissant ces défis, a un potentiel énorme. Je crois que vous êtes sur la bonne voie, je vous dis très franchement, pas par courtoise, parce que non seulement je connais la tradition entrepreneuriale ici dans votre région, je connais bien sûr cette vocation industrielle, mais je connais aussi la capacité de travail des Liégeois et de la Wallonie en général. Et je vois qu'il y a des programmes, des programmes très intéressants, comme ce programme Plan Marshall 2022 et d'autres. J'ai vu, en visitant le Centre spatiale de l'université de Liège, par exemple, comme nous travaillons ensemble, je veux dire Liège, la Wallonie, la Belgique et l'Europe, à tous ces niveaux pour mettre ensemble éducation, recherche, innovation et emploi et industrie.

Quand j'ai visité maintenant le centre spatiale de Liège, j'ai dit à mes hôtes qu'au Centre Paranal au Chili au milieu du désert, j'ai visité l'observatoire qui est un des plus grands observatoires au monde et c'était là : "Made in Belgium". Cela a été possible aussi grâce à l'Europe, c'est l'Europe qui finance une grande partie de cette recherche spatiale, non seulement ici en Europe mais aussi dans cet observatoire qui est au Paranal dans le milieu de désert au Chili.

C'est pourquoi, je vois de très bonnes illustrations ici, non seulement le Centre spatial - impressionnant; mais aussi les sociétés Amos et Spacebel – trois sociétés liégeoises de tout premier ordre sur la scène spatiale et mondiale.

Je serai aussi l'après-midi au théâtre et à l'opéra de Liège. Moi, je suis vraiment un amateur d'opéra. Malheureusement, je n'aura pas l'occasion d'écouter un opéra mais je sais – parce que je suis aussi beaucoup l'actualité culturelle – comme votre opéra royal de Wallonie, ici à Liège, comment vous avez fait un travail remarquable qui est aujourd'hui reconnu par les critiques comme un pôle de excellence. Et l'opéra est encore une grande création européenne. Donc on voit science, recherche, innovation et aussi le respect pour les traditions et pour la culture. Moi je crois que ça, c'est notre modèle européen, donc développez toute cette filière pour créer plus de croissance, plus d'emploi, mais aussi de qualité de vie.

Nous soutenons activement la mise en œuvre du Plan Marshall 2022 par le biais des fonds structurels. En 2012, en Wallonie, 561.000 personnes, dont 210.000 jeunes, ont pris part à des actions cofinancées par le Fonds Social Européen.

Et notre politique pour surmonter la crise repose sur trois éléments indissociables : des finances publiques saines, bien sûr, des réformes structurelles pour la compétitivité, certainement, mais aussi des investissements pour la croissance. Je tiens à le dire, parce que très souvent on met l'accent seulement sur un des éléments: la correction du déficit. C'est important, nous avons vu lors de la crise financière, comme c'est important de garder le cap qui permet de contrôler la dette publique. Mais attention: la Commission a lutté et continue à luter, d'ailleurs toujours avec le soutien de la Belgique, je peux vous dire, pour des investissements, pour la croissance en Europe. C'était le budget pluriannuel de l'Union européenne, c'est pourquoi la Belgique va aussi continuer à bénéficier de ses fonds structurels, à hauteur de plus de 2 milliards d'euros, et encore quelque chose, en fait, plus encore d'un milliard pour la Wallonie, cela pour la période 2014-2020.

Et ça c'est important parce que, soyons clair, certains gouvernements ne voudraient pas que régions comme la Wallonie continuent à bénéficier des fonds structurels. Leur argument étant: nous devons nous concentrer sur les fonds dans les plus pauvres régions d'Europe. Et la Wallonie, malgré toutes les difficultés, n'est pas une des régions les plus pauvres, est une région, c'est que nous appelons de convergence. Mais nous, Commission européenne, et là je dois vous dire que je me suis battu dans le Conseil européen, ensemble avec votre Premier Ministre aussi, j'ai dû me battre pour garantir que la politique de cohésion économique, sociale et territoriale de l'Union européenne ne soit pas seulement pour les zones les plus pauvres. C'est une véritable politique européenne. Bien sûr, elle doit avoir certains objectifs pour les régions les plus pauvres, mais elle doit aussi aider d'autres régions, comme la Wallonie, à réaliser les objectifs de l'Europe 2020. Les objectives de l'innovation, de recherche, de la protection de l'environnement, de l'efficacité énergétique, et beaucoup d'autres objectifs aussi, dans l'éducation et la lutte contre la pauvreté.

Donc je crois que votre pays a réussi un très bon résultat, dans la négociation. Maintenant, il faut vraiment que cela puisse se traduire en pratique. Il y a encore de négociations entre le Conseil et le Parlement, j'aimerais que, aussitôt que possible, ils arrivent a un consensus pour ne pas mettre en retard le programme que j'aimerais qu'il soit prêt pour le 1 janvier 2014. Nous avons besoins de cet investissement. Notre politique est aussi une politique pour l'investissement.

Et voilà, je suis aussi venu, comme vous l'avez dit, Monsieur le Bourgmestre, pour en parler avec les Liégeois et Liégeoises. Pour écouter. Une chose c'est, comme j'ai dit, lire de bons briefings à la Commission, une autre chose c'est voir sur place et connaitre les gens et c'est dans cette mission d'écoute et dialogue que je suis venu ici.

Et encore une fois je vous remercie de votre invitation, et je suis maintenant à la disposition des mesdames et messieurs les journalistes.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website