Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: aucune

Commission européenne

Antonio TAJANI

Vice-président de la Commission Européenne responsable pour l'Industrie et l'entrepreneuriat

Discours de clôture du Vice-Président Tajani au Groupe à haut niveau sur les technologies clés génériques

Deuxième réunion du Groupe / Bruxelles

16 juillet 2013

Je tiens tout d’abord à remercier Jean Therme pour son travail et sa présentation des points saillants du rapport du groupe à haut niveau, puis vous tous pour le travail accompli et votre contribution à ce rapport. Enfin, je tiens également à remercier les membres du groupe d’avoir partagé leurs points de vue avec la Commission.

Il est clair que votre rapport préliminaire arrive à point nommé dans notre calendrier. En effet, la Commission présentera son rapport sur la mise en œuvre de la Communication sur la politique industrielle au Conseil Compétitivité de Septembre 2013. Ainsi, le Conseil européen attend avec intérêt cette analyse dans la perspective de sa réunion de février 2014 sur la compétitivité industrielle.

Comme vous le savez tous, le but essentiel de notre politique industrielle est d'accroître l'importance de l'industrie dans l'économie de l'UE, de 15,2% actuellement à 20% du PIB en 2020.

Votre groupe à haut niveau représente la task-force qui fournit à la Commission l’expertise requise pour suivre les progrès accomplis dans le déploiement des KETs et adapter sa politique autant que de besoin. Vos recommandations sont donc particulièrement utiles et contribueront à notre analyse qui sera présentée en Septembre 2013.

Mais votre rapport arrive également à un moment important pour une autre raison. Comme vous le savez, les KETs sont une priorité dans la nouvelle génération des programmes financiers de l’Union européenne, notamment Horizon 2020 ainsi que la politique de Cohésion. Vos recommandations seront examinées avec la plus grande attention dans la phase actuelle de préparation de leur mise en œuvre.

En ce qui concerne l’urgence de la situation, je tiens à vous dire que je partage très largement votre diagnostic.

Le dernier tableau de bord de l’Union sur l’innovation, que j’ai présenté en mars dernier, montre que l’avance de l’Asie sur l’UE s’accentue et que l’Asie de l'Est se place en tant que leader dans les technologies clés génériques.

Comme également montré dans votre rapport, nous avons constaté une augmentation nette des revenus des licences et brevets européens provenant de l’étranger. Ceci confirme que nos brevets sont de plus en plus exploités en dehors de l’Europe. Ces brevets ne se traduisent donc pas suffisamment en nouveaux produits et services en Europe, d’où un manque à gagner significatif, notamment en termes d’emplois.

La stratégie européenne pour les KETs vise principalement à transformer les idées novatrices et les technologies en nouveaux produits et services.

Pour ce faire, il ne suffit pas de dépenser plus pour la recherche mais de réorienter le support public à la recherche vers la recherche proche du marché, notamment dans des lignes pilotes et projets démonstrateurs.

Mais les lignes pilotes relatives aux KETs nécessitent un apport considérable de ressources en termes de capital. Par conséquent, des synergies et co-financements doivent être recherchés entre le niveau européen, national et régional comme vous le recommandez dans votre rapport. La Commission est prête à contribuer et à mettre en place les mécanismes qui assureront cette complémentarité.

Je compte sur vous, acteurs privés, pour aider la Commission à sensibiliser les Etats-Membres et les régions sur les opportunités relatives aux KETs dans le contexte des stratégies de spécialisation intelligente.

Le co-financement, rendu désormais possible par les modifications législatives proposées par la Commission, nécessitera certainement un processus d'apprentissage.

Je peux vous assurer de mon soutien total pour les quatre domaines industriels prioritaires à fort potentiel que vous avez identifiés: les matériaux intelligents, les batteries, le manufacturing à haute performance et les bio-processus industriels. Ils permettront de démontrer que nous avons la capacité de coordonner les politiques et instruments au niveau européen, national et régional.

Je suis en parfait accord sur le fait que nous devons montrer que l'Europe est capable de soutenir ces projets intersectoriels ambitieux, qui aideront l'industrie à traverser la "vallée de la mort" et redevenir compétitive sur les marchés internationaux.

Bien sûr, un engagement fort de la part de l’industrie sera une des conditions nécessaires pour y arriver.

En collaboration avec ma collègue Máire Geoghegan-Quinn, nous veillerons à ce que Horizon 2020 permette la mise en place des lignes pilotes nécessaires pour stimuler la compétitivité de l’industrie européenne dans ces domaines.

Je note également avec intérêt votre volonté d’intensifier les efforts pour les PME car les technologies clés génériques concernent les grandes comme les petites entreprises. Les PME assurent deux tiers des emplois du secteur privé et génèrent plus de la moitié du total de la valeur ajoutée créée par les entreprises de l’UE.

Il faut donc s’assurer que les PME puissent exploiter toute leur capacité d’innovation. Une des façons est l’accès à des plateformes technologiques, leur permettant de tester la faisabilité de leurs idées et projets.

Je comprends que les organisations de la recherche et de la technologie ici présentes ont exprimé leur engagement à ce sujet. Il sera également nécessaire d’assurer un support au développement des plateformes technologiques, comme par exemple au travers de Horizon 2020, et à l’accès des PME, par exemple grâce au programme COSME.

Mais les nouvelles technologies ne peuvent être développées et mises sur le marché si la main-d’œuvre européenne ne dispose pas des compétences requises. L'important déficit existant de compétences relatives aux KETs doit être traité avec la plus grande attention comme vous le recommandez dans votre rapport.

La Commission est consciente des pénuries de compétences en matière de KETs et a entamé des actions spécifiques pour mieux comprendre la situation actuelle des déficits, identifier les meilleures pratiques et enfin élaborer un plan d’action.

Des partenariats multipartites entre les universités et les entreprises, tous secteurs confondus, seront particulièrement nécessaires en vue de réduire les pénuries et l’inadéquation des compétences.

Je discuterai également de ce sujet important avec ma collègue la Commissaire Androulla Vassiliou en charge de l’éducation.

Pour la deuxième phase de travail du groupe à haut niveau, je vous encourage tout d’abord à continuer à promouvoir en tant que groupe vos recommandations. Dans ce contexte, j’attends également de vous un Memorandum of Understanding exprimant votre engagement formel à soutenir par vos actions la politique européenne des KETs et notamment pour les industriels à investir en Europe.

En termes de substance, le choix des sujets à approfondir vous revient bien évidemment. Cependant, sachez que je vous encourage à cibler également les sujets suivants.

D’abord les écosystèmes industriels liés aux KETs. Les écosystèmes jouent un rôle central dans la politique européenne des ‘clusters’ que nous développons avec succès depuis plusieurs années. Je vous propose d’approfondir le lien et la complémentarité entre les petites et grandes entreprises.

Deuxièmement, vos suggestions sur les relations commerciales pourraient être approfondies. Sur base d’une étude, la Commission a pu identifier de clair cas de distorsion de marché par des pays non-européens qui ont conduit certaines entreprises européennes à délocaliser leur production. Il me paraît nécessaire que, dans le futur, de tels cas ne se reproduisent plus.  

Enfin, des recommandations sur la stimulation de l’innovation par la demande, par exemple au travers des marchés publics ou autres initiatives axées sur la demande, seraient utiles.

Mesdames, Messieurs, le chemin est désormais tracé. L'Europe a de nombreux atouts, vous en représentez les forces vives. Nous devons maintenant nous atteler ensemble à ce chantier et je compte sur vous et sur votre engagement.

Je vous remercie pour ces fructueux échanges et vous invite maintenant à continuer notre discussion de manière plus informelle autour d'un verre.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site