Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

Commission Européenne

Dacian Cioloș

Membre de la Commission Européenne, chargé de l'Agriculture et du Développement rural

Speech: La PAC et la recherche face aux défis d’avenir

Colloque de l'INRA, Salon de l'Agriculture / Paris

26 février 2013

Mesdames, Messieurs,

Je ne suis pas au Salon de l'agriculture cette année. Mais je vous remercie de me donner l'occasion d'y participer indirectement, grâce à cette vidéo et ce colloque.

Je sais que le salon fête son 50e anniversaire… une expérience qui est allée en parallèle avec la Politique agricole commune. Pendant toute cette période, la recherche a profondément transformé l’agriculture. Et l’agriculture a en permanence généré de nouveaux défis pour la recherche.

Si on regarde devant nous, les défis pour la recherche agricole obligent de plus en plus cette dernière à faire preuve de rigueur et d’ouverture en même temps. Les problèmes sont plus complexes. Il n’y a plus une seule variable, la sécurité alimentaire. Mais des variables multiples : l’environnement, les aspects économiques, sociaux, territoriaux.

La corrélation entre la productivité, la durabilité environnementale, la répartition du revenu sur la chaine alimentaire, les questions sanitaires et bien d’autres variables nécessitent en effet des approches complexes.

Il y a de moins en moins d’agriculteurs. Malgré les prix parfois bons, les revenus ne suivent pas. Les conditions de vie restent difficiles dans certaines régions, dans certains secteurs. Et je pense en particulier à la filière élevage. La production a tendance à se concentrer dans les zones les plus productives et les plus faciles d’accès.

Tous ces éléments, ce sont des défis pour la PAC et pour la recherche.

La PAC va évoluer, pour apporter des nouveaux outils. Et, avec la Politique agricole commune, on va soutenir plus la recherche, pour qu’elle puisse apporter des solutions.

Quelques mots sur la réforme de la PAC.

Le budget a été clarifié. Il reste significatif et permet d’avoir une vraie politique commune. J’espère maintenant que nous aurons un accord avec le Parlement européen et les Etats membres avant l’été.

Nous devons arriver à une PAC plus juste et mieux ciblée. La fin des références historiques ne suffit pas. On ne peut pas supprimer simplement le concept sans avoir en même temps un vrai rééquilibrage.

Nous devons, aussi, travailler sur une politique d’installation des jeunes, à l’échelle européenne. C’est un élément clef pour la contribution de la PAC à l’emploi et à la croissance.

Nous devons, enfin, faire évoluer les principes de la gestion des marchés dans les nouvelles conditions internes et externes, renforcer les mesures pour l’organisation et augmenter la valeur ajoutée pour les agriculteurs.

Le principe du verdissement de 30% des aides directes a été confirmé, avec le budget. Mais il reste beaucoup de travail. Il faut affiner les propositions de la Commission : définir concrètement les mesures du verdissement, faire en sorte qu’elles restent simples et efficaces.

Tous ces sujets, ce sont aussi des thématiques pour la recherche.

C’est pour cela que nous avons proposé de doubler les financements. L’enveloppe budgétaire a été réduite au Conseil européen. Cependant elle restera importante – et plus importante que par le passé. Et, au-delà, nous avons proposé d'imbriquer davantage la Politique agricole commune et la recherche.

Nous aurons le Partenariat européen pour l'innovation, le système de conseil agricole élargi, les programmes de développement rural, avec des mesures de coopération et d'innovation renforcées.

Jusqu'à la fin du processus de décision sur la réforme de la PAC, j'insisterai sur l'importance de la recherche, sur l'importance de soutenir :

  • une recherche qui est à l'écoute des besoins des agriculteurs ;

  • une recherche très large, multidisciplinaire ;

  • la recherche fondamentale, mais aussi la recherche appliquée;

  • et, également, la diffusion des connaissances.

La recherche agronomique est une priorité. Les thématiques n'ont jamais été aussi vastes. Et je le dis aux jeunes chercheurs, comme je le dis aux jeunes en école d’agriculture : vous avez toute votre place en agriculture. Ce n'est pas le travail ni les sujets de recherche qui vont manquer dans les prochaines années.

J’ai cité quelques thèmes, mais la liste pourrait être beaucoup plus longue… Je suis sûr que les intervenants qui vont suivre vont allonger cette liste de thématiques et de défis. Nikiforos Sivenas de la DG Agri, qui est avec vous pourra me le dire.

Je vous remercie pour votre passion de l’agriculture, pour vos idées, vos travaux. Surtout, continuez ! Bon colloque.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website