Navigation path

Left navigation

Additional tools

José Manuel Durão Barroso President of the European Commission Opening address by President Barroso on the occasion of the European Development Days 2012 7th European Development Days /Brussels 16 October 2012

European Commission - SPEECH/12/730   16/10/2012

Other available languages: none

European Commission

José Manuel Durão Barroso

President of the European Commission

Opening address by President Barroso on the occasion of the European Development Days 2012

7th European Development Days /Brussels

16 October 2012

President Christofias, President of Cyprus and of the rotating Presidency of the European Union,

President Yayi Boni from Benin,

President in office of the African Union,

President Guebuza of Mozambique,

President Bongo of Gabon,

President Banda of Malawi,

President Sall of Senegal,

Vice President Binay of Philippines,

Ministers,

Members of the European Parliament,

Distinguished guests,

Ladies and gentlemen,

Dear friends,

It is a great pleasure and an honour to welcome so many global leaders and distinguished guests to Brussels for the 7th edition of the European Development Days.

It is a pleasure for me to be here today with President Christofias, President in office of the Council of the European Union, and also with my good friend and colleague from the Commission Andris Piebalgs and I want to thank him and his team for organising this event.

Mais si c'est vrai qu'il y a un motif de joie, il y a aujourd'hui un motif de tristesse pour nous que je tiens à vous communiquer. Nous venons d'apprendre le décès de Claude Cheysson qui a été Commissaire en charge du Développement et du Budget entre 1973 et 1981 et qui était aussi à la Commission entre 1985 et 1988 responsable de la politique méditerranéenne et des relations nord-sud. Certains d'entre vous ont sans doute connu Claude Cheysson et c'est pourquoi je tenais aujourd'hui à dire que nous allons dédier les Journées du développement que nous ouvrons maintenant à la mémoire de ce grand homme politique français et européen qui a contribué tellement à notre cause commune – la cause du développement.

Excellencies,

Ladies and gentlemen,

Dear friends,

We meet in uncertain times, at a critical moment for the world economy and the global community. In many nations, growth is stagnating. Fundamental questions are asked about our economic, financial and social models.

Yet in this time of uncertainty there are not just a few glimmers of hope but also several positive fundamentals.

First as President of the European Commission I am proud of the fact that despite the difficult economic situation we are in, the European Union and its Member States remain a strong international partner and by far the most generous donors in the world.

We provide over half of the world's official development assistance, and will continue to do so. The European Commission proposed an ambitious increase of twenty percent for development cooperation for our new multiannual EU-budget, which would bring our aid budget up to 100 billion for the years 2014-2020.

I will continue making the case for this, especially in difficult times. Because I believe international cooperation is not simply about money, about investing in help and change. It's also about values, about what we are. Europe's citizens agree with that. They remain deeply attached to our development cooperation: 84% of them see helping the poorest as a key priority. And I think that the Nobel Peace Prize for the European Union, and so many of you send congratulation to the European Union, I really want to thank you, I think that the Nobel Peace Prize, which is an enormous honour for us, is also a recognition of this very strong international commitment. Supporting development also means laying the foundations for peace. In many of your countries you know well the various strong links between stability and peace and development.

Ladies and Gentlemen,

There are also many economic developments in the developing world that give us hope: not just the emerging global powers, but many other economies have seen spectacular growth. Africa alone has had annual growth rates of around 6% on average over the last decade. And I have witnessed this progress first-hand on my visits this year across Africa, Asia and Latin America, and I am sure I will see it again in West Africa and South East Asia, where I will be heading this month and next month.

So there are reasons for hope, and we have a strong base from which to deal with the biggest challenge that we all face.

This challenge - which is indeed the theme of this year's Development days – is the following:

"How do we ensure global growth is inclusive and sustainable?"

How can we make this global growth sustainable and inclusive? This is the essential question which every nation, every region and indeed our planet as a whole must address. Our discussions over the next two days are an opportunity for the development community to discuss how best to push forward the global agenda, specifically the global development agenda.

Of course we are not starting from scratch.

At the global level, the outcome of the Rio+20 Summit in June provides a set of common priorities and a path for further work on "global green growth". It is now up to us to make the results concrete and operational. The EU will follow up on all Rio+20 commitments, in particular in the discussions on Sustainable Development Goals and financing for sustainable development.

Clearly, the work on the SDGs – Sustainable Development Goals - must be embedded in the wider discussions on the post-2015 global development framework and remain coherent with our reflections on the future of the Millennium Development Goals (MDGs). Because ultimately, building a green economy and eradicating poverty go hand in hand.

Naturally, every country represented here faces its own particular challenges. However there are many issues of common concern. This year's Development Days will focus on three issues at the core of inclusive, sustainable growth: food security, private sector development and social protection.

Distinguished guests,

Despite the unprecedented growth in Africa and elsewhere, food security remains a pressing concern: There are currently close to 1 billion people around the world who are chronically undernourished. Faced with such appalling statistics, it’s clear that progress on agriculture is essential.

There can be no better day for discussing this issue than today, because today is World Food Day. The European Union has taken a strong lead in dealing with this challenge. We are the world's largest donor on food security and agricultural development, with aid of over € 1 billion per year since 2006. More specifically, the EU Food Facility, worth € 1 billion, has helped to feed 50 million people in over 50 countries in just the last three years. For the future, we will be working closely with the new G8 alliance on food and nutrition.

Let me just give some recent examples: The EU is currently allocating €250 million to support immediate recovery activities in the Horn of Africa, and we have mobilised €160 million to tackle the root causes of food insecurity in the Sahel. In August, the Commission also pledged to reduce the number of stunted children by 7 million in coming years. In fact, very recently I received here in Brussels Director General of FAO, Graziano da Silva, with whom we have discussed in detail all these challenges.

I believe that in the wake of recent food crises, this work is more crucial than ever. We therefore hope the EDDs will serve as a platform on which the development community can come together to look at solutions to hunger and food crises in the longer term.

Ladies and gentlemen,

Growth is not an end in itself. We believe it needs to be inclusive and sustainable.

Despite the economic progress in parts of the world, too often, the most vulnerable members of society are left behind. Conversely, better social protection will actually enable people to contribute to wealth and job creation. In the long run, growth and social inclusion are I believe two sides of the same coin.

Let me give you an idea of the scale of the challenge. Currently only 20 per cent of the world’s working-age population have access to the basic social protection, including income security and access to healthcare.

The European Union aid has therefore allocated one and a quarter billion Euros to finance a wide variety of social protection measures worldwide over the last years, including cash transfer schemes, public work programmes and school lunches.

But we can do more and do it more effectively. The Commission has just launched a Strategy which outlines new measures to ensure that the world's most vulnerable people are not left behind. Although there is a continuing need for donors to finance basic social safety nets, in particular in very poor countries, we want to move towards supporting the development of nationally-owned policies and development strategies.Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Demain, nous célébrerons la journée internationale de l'élimination de la pauvreté. Si nous voulons réduire la pauvreté, si nous voulons assurer la sécurité alimentaire et faire en sorte que chacun puisse bénéficier d'une protection sociale convenable, alors nous avons besoin de croissance économique. Et le secteur privé a ici un rôle critique à jouer.

Traditionnellement, l'Union européenne a aidé à l'expansion du secteur privé chez nos pays partenaires en améliorant l'environnement réglementaire et institutionnel dans lequel il opère. En outre, l'Union européenne reste encore aujourd'hui le plus grand partenaire commercial pour de nombreuses économies en développement. A titre d'exemple, nous absorbons 36% des seules exportations de l'Afrique, et ce malgré un climat économique difficile.

Mais le secteur privé peut jouer un rôle encore plus actif en contribuant à la réalisation, sur le terrain, d'une croissance durable et inclusive, créatrice d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité.

Notre nouvelle stratégie de développement, "Un Programme pour le changement", se concentre sur les leviers de croissance. Ceci veut dire que nous devons évoluer vers un partenariat plus étroit avec le secteur privé à la fois en travaillant pour lui et avec lui. Pour lui, c'est-à-dire en créant un environnement qui soit favorable à son développement. Et avec lui, c'est-à-dire en cherchant de nouvelles formes de coopération qui permettent de soutenir la croissance et de créer des emplois en ayant toujours à l'esprit que notre objectif final c'est la réduction de la pauvreté.

Nous essayons en fait de dépasser la distinction, qui a pu exister par le passé, entre aide "publique" et aide "privée" car ce dont nous avons besoin c'est de rassembler nos forces et notre expertise de façon pratique et intelligente.

Le secteur privé a un rôle clé à jouer pour que les plus dépourvus aient accès à l'eau potable et à des installations sanitaires, à la vaccination, à l'énergie, aux technologies de communication et bien d'autres innovations qui contribuent à l'amélioration de leur vie non seulement en les considérant comme des consommateurs de ces biens mais, plus important encore, en leur donnant les moyens nécessaires pour qu'ils prennent eux-mêmes en main leur propre développement.

C'est la raison pour laquelle, l'Union européenne est, par exemple aux avant-postes de l'initiative sur l'énergie durable pour tous. Lors de notre sommet à Bruxelles en avril dernier, nous avons lancé une nouvelle initiative - "De l'énergie pour doper le développement" - qui devrait permettre de mobiliser des milliards d'euros en travaillant ensemble avec des banques de développement et le secteur privé pour créer un effet multiplicateur du montant auquel les donateurs se sont déjà engagés. Le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon était avec nous pour le lancement de cette initiative et je suis absolument satisfait de voir le dynamisme que cette initiative est en train de connaître.

Grâce à ce partenariat, ce sont quelque 500 million de personnes des pays en développement qui pourront ainsi avoir accès à l'énergie et à une vie meilleure. Ceci est un parfait exemple de ce que nous pouvons accomplir quand nous travaillons en partenariat avec le secteur privé.

Mesdames et Messieurs,

Notre engagement à soutenir une croissance globale, durable et inclusive est un engagement sur le long terme. Il est clair, en effet, qu'il s'agit ici de s'attaquer à des questions d'ordre structurel. En même temps nous devons concentrer nos efforts sur la nécessité de mieux lier réponse à la crise et coopération au développement.

Cette question de la résilience, fondée sur un lien étroit entre actions d'urgence et actions de long terme, sera l'un de vos principaux sujets de discussion au cours de ces deux journées. C'est une discussion qui vient à point nommé, deux semaines seulement après que la Commission européenne a proposé une nouvelle politique permettant de renforcer la résilience et de réduire la vulnérabilité des personnes les plus vulnérables de la planète à de futures crises.

C'est l'une des voies que nous explorons dans le "Programme pour le changement" afin d'accroître l'impact de la politique de développement de l'Union européenne. Développer des synergies encore plus efficaces entre les différentes politiques est l'un des aspects de ce programme.

D'autres consistent à mieux cibler nos ressources sur les secteurs où elles sont le plus nécessaires pour réduire effectivement la pauvreté et aussi à opérer une évolution stratégique vers une insistance encore plus marquée sur la gouvernance démocratique, la règle de droit et le respect des droits de l'homme. Parce que sans ces éléments essentiels il ne saurait y avoir de stabilité à long terme, de prospérité ni de développement inclusif et durable.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Recentrer notre soutien sur les véritables leviers de croissance, que je viens d'évoquer, n'est pas une voie à sens unique. Ces efforts ont besoin d'une coopération toujours plus étroite avec nos pays partenaires, avec la société civile et avec l'ensemble des populations concernées.

Ces Journées du Développement sont une manifestation essentielle pour forger ce partenariat approfondi. Elles envoient un message clair: l'Union européenne est et demeure un partenaire global fort et sur lequel on peut compter, dans un esprit de soutien et de solidarité. Oui, nous avons aujourd'hui en Europe de grands défis économiques à relever et nous ne sommes pas encore sortis d'affaire, mais nous ne tournerons pas le dos à nos partenaires et amis. Cela ne serait pas dans l'esprit européen. Je crois que dans l'esprit européen nous devons maintenir cet esprit d'ouverture et je crois que c'est cet esprit d'ouverture qui va présider notre rendez-vous que nous sommes en train d'inaugurer maintenant. Hier soir déjà avec quelques-uns des Chefs d'état et de gouvernement nous avons eu une discussion très informelle et très ouverte sur toutes les questions - de la paix, de la stabilité, de la démocratie, du développement; qu'est-ce qu'on peut faire de concret pour aider ces pays; qu'est-ce que l'Europe peut apporter de nouveau; qu'est-ce qu'on peut corriger parce qu'il faut voir de tous les points de vues les dossiers du développement. J'aimerais que ce soit cet esprit informel de débat, d'échange réel, qui donne du contenu à nos Journées du développement.

Je tiens encore une fois à remercier tous ceux qui sont venus de si loin. Je crois que nous sommes ici venus d'Europe, de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique latine, de beaucoup de parties du monde, mais il y a quelque chose en commun entre nous tous – c'est cette cause du développement, c'est ce sentiment contre l'injustice qui continue à exister dans beaucoup de parties de notre monde. C'est ensemble nous pouvons faire la différence et c'est sur cette note finale que je déclare ouvertes les 7èmes Journées européennes du Développement.

Je vous remercie!


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website