Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Remarques introductives dans le cadre de la présentation du rapport Liikanen VIP Corner Bruxelles, le 2 octobre 2012

Commission Européenne - SPEECH/12/675   02/10/2012

Autres langues disponibles: aucune

Commission européenne

Michel BARNIER

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Remarques introductives dans le cadre de la présentation du rapport Liikanen

VIP Corner

Bruxelles, le 2 octobre 2012

Mesdames et Messieurs,

Mes premiers mots au moment où nous recevons le fruit du travail du groupe animé par Erkki Liikanen seront tout d'abord pour remercier Erkki Liikanen personnellement et amicalement, pour le temps qu'il a consacré à ce travail avec les dix membres de son groupe, qui sont pour la plupart à nos côtés aujourd'hui : Hugo Bänziger, José Manuel Campa, Louis Gallois, que je dois excuser, Monique Goyens, Jan Pieter Krahnen, Marco Mazzucchelli, Carol Sergeant, Zdenek Tuma, Jan Vanhevel, Herman Wijffels.

C'est surtout Erkki Liikanen que vous êtes venus écouter et en ce qui me concerne au moment où je reçois son rapport que nous lui avions demandé avec le Président Barroso, vous comprendrez que je ne réponde pas aujourd'hui à des questions car il nous faut le temps de travailler. Nous avons la matière et la base pour travailler.

Comme vous le savez tous, en accord avec le Président Barroso, j'avais demandé à Erkki Liikanen de mener un travail de fond à la fois précis et sans idée préconçue, sans idée tabou sur la question de l'identification, de la gestion, et de la prévention des risques au sein du secteur bancaire européen. De manière plus spécifique, il me semblait essentiel, dans mon travail de Commissaire aux services financiers, de poser la question de l'opportunité, ou non, de mesures structurelles, pour venir compléter l'effort sans précédent de renforcement de la régulation financière dans lequel nous sommes engagés, notamment pour mettre en œuvre les décisions du G20 et tirer toutes les leçons de la crise financière qui n'est pas terminée.

Nos partenaires américains avaient fait le choix de la Volker Rule. Le Royaume-Uni souhaitait mieux protéger les avoirs de ses déposants et demandait à J. Vickers de réfléchir aux moyens d'y parvenir.

Il était donc légitime et nécessaire d'avoir cette réflexion au niveau européen en nous appuyant sur une expertise forte et diversifiée et encore une fois en n'évitant aucune des questions difficiles. Et elles sont nombreuses dans un marché unique qui compte près de 8000 banques sans aucun modèle unique!

J'ai donc voulu établir ce Groupe indépendant. Erkki Liikanen dira le souci qu'il a eu avec les membres du groupe de cette indépendance. Et vous avez travaillé en toute indépendance. Vous avez aussi fait un véritable travail de fond en écoutant largement les avis mais sans hésiter à faire dans votre responsabilité des propositions fortes et novatrices qu'Erkki Liikanen va maintenant détailler.

Donc, un grand merci pour cet excellent travail et cette contribution qui sera désormais la pierre angulaire de notre réflexion. Je souhaite également remercier le Parlement européen qui a lui aussi engagé sans attendre un débat constructif sur ce dossier.

Avant de céder à Erkki Liikanen la parole pour que vous puissiez présenter vos réflexions et vos orientations, je voudrais simplement indiquer pour la marche à suivre à partir d'aujourd'hui que nous allons mettre en ligne ce rapport dès après ce point presse en ouvrant une période de consultation publique de 6 semaines.

Nous allons ensuite, sur la base de ce rapport, mais aussi de l'analyse des réponses, des critiques, des propositions, des idées que nous enregistrerons dans cette consultation de 6 semaines, nous allons aussi travailler sur le calibrage de certaines mesures qui seront nécessaires et préparer avec tous ces éléments : le rapport Liikanen, le résultat de la consultation, le travail de calibrage pour préparer un débat collégial et décider ensemble au niveau du collège d'éventuelles propositions législatives.

En ce qui concerne dans toute cette période, je resterai très attentif à préserver :

  • la diversité du secteur bancaire qui est une des raisons de sa stabilité,

  • la compétitivité des banques européennes sur l'ensemble de leurs métiers,

  • l'efficacité et l'intégrité du marché intérieur.

Je voudrais rappeler pour conclure, comme le fait d'ailleurs Erkki dans son rapport, que ses propositions s'inscrivent dans un cadre législatif global, rénové, renforcé. Un cadre que nous construisons semaine après semaine avec beaucoup de ténacité et de détermination depuis deux ans et demi, pour des banques plus robustes, pour la protection des épargnants, pour le respect des contribuables, pour la stabilité du secteur financier.

Ce cadre, au-delà du travail que je mène sur l'Union Bancaire, c'est bien un cadre à 27, le single rule book dont a besoin notre marché unique des services financiers pour bien fonctionner au service de l'économie réelle.

Voilà pourquoi les travaux d'Erkki Liikanen et de son groupe s'inscrivent bien dans le cadre européen du single rule book.

La parole est maintenant à Erkki.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site