Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

José Manuel Durão Barroso Président de la Commission européenne Déclaration du Président Barroso suite à sa rencontre avec le Chef du Gouvernement de Tunisie, M. Hamadi Jebali Point de presse/Bruxelles 2 octobre 2012

Commission Européenne - SPEECH/12/674   02/10/2012

Autres langues disponibles: aucune

Commission européenne

José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission européenne

Déclaration du Président Barroso suite à sa rencontre avec le Chef du Gouvernement de Tunisie, M. Hamadi Jebali

Point de presse/Bruxelles

2 octobre 2012

Je me réjouis de vous revoir mon ami, M. Hamadi Jebali, à Bruxelles, et à la Commission européenne, pour la deuxième fois depuis que vous avez pris vos fonctions à la tête du gouvernement de la Tunisie. Chaque rencontre est pour nous une nouvelle opportunité pour réaffirmer notre plein soutien à la transition démocratique en Tunisie, ainsi que pour souligner le caractère privilégié des relations entre l'Union Européenne et la nouvelle Tunisie.

Aujourd'hui, nous avons pu faire un bilan de ces relations à un moment précis: 20 mois après le début de la transition démocratique tunisienne. Nous avons parlé des succès, mais aussi des défis qui subsistent.

Je sais qu'au lendemain de toutes les révolutions démocratiques les attentes sont très élevées.

Je tiens à assurer tous les Tunisiens, comme je viens de le faire avec leur Chef du Gouvernement, que l’engagement européen envers une Tunisie démocratique demeure intact.

Au cours de notre entretien, nous avons parlé de la situation politique en Tunisie. Nous avons évoqué la préparation de la Constitution et des nouvelles élections générales ainsi que les réformes en cours.

Je me réjouis des garanties données aujourd'hui par vous, cher ami, sur la nature irréversible de la transition démocratique ainsi que sur l'engagement indéfectible de votre gouvernement pour la défense des droits fondamentaux et des libertés pour tous les Tunisiens.

La liberté d'expression, le respect des droits de l'homme, l'égalité des droits entre hommes et femmes, l’Etat de droit en général sont des principes essentiels pour l'avenir et la stabilité du pays.

Nous avons aussi discuté des récents événements qui ont menés à des attaques contre des représentations diplomatiques américaines. J’ai été très encouragé par les déclarations du Chef du Gouvernement: il m’a confirmé que les positions d’une minorité d’extrémistes ne doivent pas être confondues avec le sentiment d’une large majorité du peuple tunisien qui rejette la violence, la haine et l'extrémisme. Plus que jamais il faut faire preuve de tolérance face à de regrettables provocations et faire appel à la responsabilité de tous dans l’exercice de la liberté d’expression.

Sur le plan de nos relations bilatérales, je suis convaincu que l'accord du Partenariat Privilégié entre l'UE et la Tunisie, actuellement en négociation, nous permettra de renforcer notre coopération.

Nous avons confirmé, aujourd'hui notre volonté commune de tout faire pour arriver à un accord politique sur le Partenariat Privilégié à l’occasion du prochain Conseil d’association qui devrait se tenir au mois de novembre. Un accord sur un Partenariat privilégié confirmera le rôle pionnier de la Tunisie dans les transitions démocratiques dans le sud de la Méditerranée.

J'ai une fois de plus réaffirmé le soutien européen, à travers nos instruments de coopération, à tous les acteurs engagés dans la transition démocratique tunisienne: autorités, forces politiques démocratiques et société civile.

L’Union Européenne a doublé son assistance à la Tunisie pour 2011-2013 à hauteur de 400 millions d’euros. Nous sommes prêts à faire davantage en 2013 en soutenant le programme de relance des autorités tunisiennes.

Nous avons aussi parlé des solutions qui nous permettraient d’accélérer les négociations en cours sur différents dossiers commerciaux. Une intégration accrue avec le marché intérieur européen serait bénéfique. Cela donnerait également un signal fort aux investisseurs. C'est pourquoi il nous faut avancer dans les négociations sur l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi.

Je suis notamment convaincu qu’une conclusion rapide des négociations agricoles et aériennes profiterait substantiellement au tourisme et à l’agriculture tunisienne et, par conséquent, à l’emploi et à la relance de l’économie.

De même, un progrès rapide sur la conclusion d'un Partenariat de Mobilité offrirait une première réponse, visible et symbolique, aux attentes traditionnelles tunisiennes quant à la mobilité et aux échanges sur le plan de l'emploi.

La liste des domaines de coopération est très longue. Nous avons d'ailleurs évoqué cela pendant notre réunion. Nous venons d'assister à la signature de deux accords financiers, dans le domaine de la Justice et dans celui des inégalités sociales et des services de soins de santé d’un montant de plus de 35 millions d’euros.

Mesdames et Messieurs, la coopération et le dialogue entre la Tunisie et l'Union européenne gagnent de plus en plus en profondeur, et c'est notre désir de continuer à travailler pour un partenariat fort et solide entre la Tunisie et l'Union européenne.

Comme je vous l'ai dit en février Monsieur Jebali, la Commission européenne est à vos côtés, aux côtés de votre pays, aux côtés de tous les Tunisiens dans cette marche historique vers la pleine démocratie.

Je vous remercie pour votre attention.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site