Navigation path

Left navigation

Additional tools

José Manuel Durão Barroso Président de la Commission Européenne Déclaration du Président Barroso suite à sa rencontre avec le Premier Ministre de la Tunisie, M. Hamadi Jebali Point presse Bruxelles, le 2 février 2012

European Commission - SPEECH/12/60   02/02/2012

Other available languages: none

SPEECH/12/60

José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission Européenne

Déclaration du Président Barroso suite à sa rencontre avec le Premier Ministre de la Tunisie, M. Hamadi Jebali

Point presse

Bruxelles, le 2 février 2012

Mesdames et Messieurs,

Tout d'abord, mes excuses, notre déjeuner de travail s'est prolongé un peu plus à cause de la qualité de la conversation, conversation très approfondie, très amicale. C'est pourquoi nous sommes un peu en retard pour cette conférence de presse.

Permettez-moi, tout d'abord, de vous dire à quel point je suis heureux d'accueillir aujourd'hui, à Bruxelles, Monsieur Jebali, Premier Ministre de la Tunisie démocratique. Je me réjouis, Monsieur le Premier Ministre, de votre choix de venir en Europe et à Bruxelles pour votre première visite officielle à l'étranger. J'interprète cela comme un symbole de votre attachement à notre coopération et je vous en remercie très sincèrement.

Vous le savez> vous êtes ici à Bruxelles entre amis. La Commission européenne est à votre côté, aux côtés de votre pays, et de tous les Tunisiens dans ce moment historique.

Le Printemps Arabe a commencé en Tunisie. Il y a 15 jours, la Tunisie a célébré le premier anniversaire d'une nouvelle ère. Un nouveau temps est venu pour la Tunisie, et je crois que les transformations démocratiques en cours en Tunisie auront un impact majeur, non seulement dans la région, dans le monde arabe, mais aussi dans l'ensemble dumonde. Je crois qu'on peut montrer la compatibilité des valeurs démocratiques avec un pays comme la Tunisie et d'autres qui cherchent à consulter cette voie. Ce message est extrêmement important pour les rapports entre l'Europe et votre pays et d'autres régions du monde. C'est pourquoi, je fais confiance dans votre capacité à consolider ces acquis qui sont tellement importants pour nous tous.

Permettez-mois donc de saisir l'occasion de la présence du nouveau Premier Ministre démocratiquement élu de la Tunisie pour réaffirmer le soutien de l'Europe aux aspirations de tous les peuples de la région.

Aujourd'hui, même si beaucoup reste encore à faire, nous pouvons célébrer le succès de la première étape de la transition en Tunisie.

Toutefois, encore aujourd'hui, le peuple subit l'oppression d'un régime dictatorial en Syrie. Il est temps que tous les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies prennent ses responsabilités. Il est temps qu'Assad écoute le message des pays arabes et de son propre peuple et abandonne le pouvoir.

Avec le Premier-Ministre Jebali, nous avons eu une réunion très constructive et très fructueuse. Lors de la rencontre, le Premier ministre nous a fait part des priorités de l’action gouvernementale et en particulier de son attachement au processus de démocratisation, de réforme et de développement en cours en Tunisie.

Comme je l'ai affirmé l'année dernière à Tunis, l'Union reste déterminée à avancer vers un partenariat privilégié (statut avancé) avec la Tunisie et à soutenir ses efforts.La visite d’aujourd’hui nous a permis de confirmer qu’il s’agit d’une ambition partagée.

Nous avons traduit cette ambition en une déclaration conjointe qui vous a été transmise, dont les priorités sont claires:

  • La reprise des négociations en vue de la finalisation de ce partenariat privilégié qui visera le renforcement de la coopération politique, le soutien à la démocratisation, ainsi qu'un rapprochement progressif au marché intérieur de l'Union européenne.

  • La reprise des négociations de libéralisation du commerce.

  • L'ouverture des négociations en vue de la signature d’un accord de libre-échange complet et approfondi entre la Tunisie et l'Union européenne, avec l’objectif de parvenir, à terme, à l'édification d'un espace économique commun.

  • La reprise du dialogue sur la mobilité, la migration et la sécurité, en vue de la conclusion d’un Partenariat pour la mobilité.

En matière de coopération, l’aide financière mise à disposition par la Commission européenne sous forme de dons a été augmentée d’une façon substantielle, passant de 240 millions d'euros à 400 millions d'euros pour la période 2011-2013. Cette coopération est destinée à soutenir les efforts de la Tunisie en matière socio-économique et je sais bien à quel point le Premier ministre attache une importance toute particulière à la dimension sociale, au besoin d'avoir des réponses urgentes aux questions sociales; parce que nous savons bien à quel point il est important pour la soutenabilité de la démocratie d'avoir une réponse concrète aux problèmes des gens, et notamment des jeunes qui cherchent leur emploi, qui cherchent évidemment à sortir de ces situations parfois assez difficiles.

Mais à part l'effort direct de la Commission par le biais du budget communautaire, nous avons aussi mobilisé en faveur de la Tunisie des partenaires européens et internationaux dans le cadre de la "Task Force Tunisie-UE" qui contribue à un effort financier d'un milliard d'euros en faveur de la relance économique.

Je voudrais ici publiquement saluer et remercier les efforts et le travail de la Haute Représentante/Vice Présidente Cathy Ashton et du Commissaire pour la politique du voisinage Stefan Füle. D'ailleurs, Stefan Füle, dans le délai maximum d'un mois et demi, ira à Tunis pour voir effectivement l'exécution de ces programmes et ce qu'on peut faire davantage pour mobiliser le soutien à la Tunisie.

En même temps, nous sommes prêts à approfondir notre coopération pour le processus démocratique et pour la réforme en cours.

Je me réfère, en particulier, au soutien à la Commission électorale indépendante et au processus électoral, à la réforme du secteur de la sécurité, à la réforme de la Justice et des médias et au soutien à la société civile.

Nous sommes convaincus de l’importance de ces reformes, qui répondent tout d’abord à une demande des citoyens et des citoyennes tunisiens, mais qui sont également nécessaires pour envoyer un message rassurant au monde extérieur, y compris les investisseurs étrangers.

Nous avons discuté tout à l'heure de façon très ouverte avec le Premier ministre ainsi qu'avec plusieurs de ses ministres (il y avait, en effet, une délégation assez importante du gouvernement), sur les conditions de sécurité et le ministre du tourisme nous a demandé de dire, et je le fais, que les conditions de sécurité en Tunisie maintenant sont bien meilleures et que donc la Tunisie accueille avec l'hospitalité traditionnelle arabe tous ceux qui veulent s'y rendre.

Voilà, je me porte messager du message d'hospitalité du gouvernement tunisien parce que je crois, effectivement, que le tourisme est une ressource très importante, et connaissant ce très beau pays, je sais à quel point ça peut être important pour l'économie tunisienne et aussi pour les rapports de plus en plus grandissants entre les gens, les Européens et les Tunisiens.

Voilà, nous avons cette volonté très sincère d'avancer dans un partenariat privilégié entre l'Europe et la Tunisie. Nous pensons que cela répond aux faits de l'histoire et de la géographie, et maintenant qu'il y a cette opportunité démocratique vraiment exceptionnelle dans le monde arabe et en Tunisie, je crois que c'est dans notre intérêt commun de renforcer cette expérience et de montrer qu'elle pourra être un grand succès, bien sûr tout d'abord pour le peuple tunisien, c'est de cela qu'il s'agit avant tout, mais aussi, pourquoi ne pas le dire, pour nos rapports plus généraux. Et c'est sur ces aspects-là que nous avons eu une excellente conversation. Je vous en remercie encore une fois, Monsieur le Premier ministre.Vous pouvez partir Monsieur le Premier ministre assuré de la sincérité et de l'engagement de l'Europe et des Européens à vos côtés. Nous savons que vos défis sont énormes. Nous savons bien que, dans ces processus, il faut montrer de la patience et de la persistance. Il n'y aura pas de succès facile à court terme mais je crois que la démocratie pourra apporter les réponses que le peuple tunisien, justement, attend, et l'Europe sera à vos côtés dans cette tâche.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website