Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Štefan Füle Commissaire en charge de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage Conférence de presse conjointe avec le Ministre des Affaires étrangères marocain Mr. Taïeb Fassi Fihri Visite officielle au Royaume du Maroc Rabat, 7 Février 2011

Commission Européenne - SPEECH/11/82   07/02/2011

Autres langues disponibles: aucune

SPEECH/11/82

Štefan Füle

Commissaire en charge de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage

Conférence de presse conjointe avec le Ministre des Affaires étrangères marocain Mr. Taïeb Fassi Fihri

Visite officielle au Royaume du Maroc

Rabat, 7 Février 2011

Salam Oualekoum.

Bonsoir, je suis très heureux d'être aujourd'hui parmi vous au Maroc, pays qui, dans le cadre du statut avancé, a une relation particulière avec l'Union européenne. Ceci est la première de nombreuses visites que j'envisage de faire dans ce pays magnifique.

Je suis venu au Maroc pour discuter des nombreux sujets importants au cœur des relations euro-marocaines et j'ai eu de bonnes discussions avec mes homologues marocains.

Lors de mes entretiens, j'ai félicité mes partenaires marocains de s'être lancé dans une série de réformes politiques et économiques importantes. J'ai indiqué, notamment lors de mes échanges avec mon collègue Mr. Taïeb Fassi Fihri, qu'il était important cependant que le gouvernement marocain avance davantage sur ces réformes en particulier dans le domaine de l'éradication de la pauvreté, du développement social (l'éducation et la santé), des réformes démocratiques, de la liberté d'expression, du développement du rôle des femmes et de la réforme de la justice qui a été annoncée. La mise en œuvre de ces réformes contribuera, à mes yeux, à la cohésion sociale, l'amélioration de la stabilité et la consolidation des progrès déjà excellents escomptés par votre pays.

Cette visite au Maroc se tient quelques semaines après le soulèvement populaire qui a provoqué la chute de l'ex-Président tunisien Ben Ali et a tourné l'attention vers la région du Maghreb. Il me semble que nous devions tirer quelques leçons de ce qui vient de se passer en Tunisie et en Egypte.

A mes yeux, une des leçons à tirer est que le développement d'un pays ne peut être soutenable à long terme, si le contraste entre le développement économique d'une part et le développement humain et social d'autre part est trop important. D'autre part, les gouvernements ne devraient jamais sous-estimer les aspirations légitimes des jeunes à accéder au travail, à la liberté d'expression et à participer à la vie politique et civique de leur société.

Parmi les résultats du statut avancé pour l'année 2010, je souhaiterais souligner la création du Comité interparlementaire UE-Maroc qui permettra de développer les relations entre nos parlements respectifs. J'ai moi-même participé à sa réunion inaugurale à Bruxelles en mai dernier.

En ce qui concerne le commerce, j'ai exprimé la disponibilité de l'UE à lancer les négociations sur la mise en œuvre d'une Zone de Libre Echange approfondie, une fois que nous aurons fait certains progrès dans le domaine des services et des droits d'établissement. L'objectif est d'approfondir les relations commerciales entre l'UE et le Maroc. Enfin, nous avons lancé les négociations sur un nouveau Plan d'Action pour le statut avancé. J'espère qu'il sera adopté cette année.

Dans ce contexte, il est essentiel que le Maroc poursuive le processus graduel de rapprochement réglementaire avec l'UE dans certains domaines. Ceci est un processus complexe, exigeant mais nécessaire et la Commission européenne se tient prête à pleinement soutenir votre pays dans cette voie.

Dans le cadre du statut avancé et en ligne avec les engagements ambitieux du royaume, l'UE a augmenté son aide qui s'élève désormais à près de 200 Millions d'euros par an. Nous avons alloué 580,5 Millions d'euros de crédits au Programme Indicatif National pour 2011-2013. Ceci représente une hausse de près de 20% du budget alloué.

Signe de notre relation privilégiée, le Maroc est le premier destinataire de l'aide européenne parmi les pays du voisinage européen.

Grâce à ces échanges de vues et les consultations étroites que nous avons eues à haut niveau aujourd'hui et que nous poursuivrons demain, je pense sincèrement que nous sommes en train de forger une relation encore plus étroite avec le Maroc et par là-même que nous démontrons au monde qu'il n'y a pas de place pour un potentiel "clash" des civilisations. Tout au contraire, le Maroc et l'Union européenne sont intimement liés par des siècles d'histoire commune, un héritage partagé, une relation privilégiée et une mer commune.

Votre pays peut être fier de ce qu'il a accompli à ce jour. Bien sûr, le travail n'est pas achevé et dans le contexte actuel du Maghreb, nous devons tous nous montrer à la hauteur des attentes légitimes pour davantage de droits démocratiques, sociaux et économiques pour toutes les classes. Je suis prêt à vous aider à poursuivre vos efforts vers une plus grande cohésion sociale et économique. Inch'Allah !

Merci beaucoup. Shokrane.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site