Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

SPEECH/11/644

Antonio Tajani

Vice-président de la Commission européenne, responsable pour l’industrie et l’entrepreneuriat

"La promotion de l’Europe envers les pays tiers"

Réunion informelle des ministres du tourisme

Cracovie, 6 octobre 2011

Mesdames, Messieurs les Ministres et Secrétaires d’Etat,

Madame la Ministre Sobierajska,

Madame la Présidente de la Commission européenne du tourisme, [Petra Hedorfer]

Mesdames et Messieurs,

[Introduction]

Tout d’abord, je voudrais vous dire que je suis très content d’avoir pu vous rejoindre pour cet important débat ministériel aujourd’hui. Je suis arrivé un peu plus tard puisqu’une autre réunion de haute importance m’avait retenu ce matin à Rome.

Ma présence ici, je vous assure, représente un signe de mon engagement et de l’importance que j’accorde à ce secteur tellement important pour l’économie européenne et sa croissance, surtout en cette période difficile que nos pays traversent.

Je tiens donc à remercier chaleureusement la Ministre polonaise, Mme Sobierajska, pour l’organisation de cette réunion informelle, ainsi que pour l’organisation du Forum européen du tourisme de cette année.

[Journée européenne du tourisme et Forum européen du tourisme]

Après le très grand succès de la Journée européenne du tourisme la semaine passée, dédiée à la thématique de l’héritage industriel, le Forum a réuni hier et aujourd’hui d’importants représentants publics et privés de l’industrie du tourisme pour les inviter à discuter et échanger des vues sur la stimulation de la compétitivité dans le secteur, particulièrement, à travers la consolidation de la base de données socio-économiques au niveau européen, ainsi que la facilitation d’un meilleur accès et utilisation de l’innovation et des technologies de l’information et de la communication par les entreprises touristiques.

[Réunion informelle des Ministres]

La compétitivité représente le fondement de toute activité et un facteur déterminant de la croissance économique et sociale de l’Union européenne. En étroite liaison avec et contribuant fortement à la compétitivité du secteur touristique, la consolidation de l’image et de la visibilité de l’Europe et ses destinations représente un aspect primordial du tourisme européen sur lequel nous avons voulu concentrer la discussion à haut niveau lors de cette réunion ministérielle informelle.

[Importance du tourisme]

Mesdames et Messieurs,

En cette période de tension économique et financière, plus que jamais, le tourisme doit être reconnu à son vrai niveau d’importance : le tourisme constitue un des moteurs du développement économique, le tourisme présente un fort potentiel de contribution à la croissance, et il est générateur d’un important pourcentage du PIB et de l’emploi total de l’UE (à concurrence d’environ 10% du PIB et 12% de l’emploi avec les secteurs connexes).

Le tourisme représente un des secteurs qui ont mieux résisté à la crise et qui ont donné les signes de reprise les plus consistants et encourageants. Et les estimations récentes de l’Organisation Mondiale du Tourisme nous l’ont confirmé ! L’Europe a enregistré une augmentation d’arrivées touristiques internationales de 6% dans la première moitié de 2011 par rapport à la même période de l’année précédente.

[Rapport Fidanza et Déclaration de Madrid]

Cette importance grandissante du secteur a été pleinement reconnue par le Parlement européen qui a adopté, le 27 septembre, le jour-même de la Journée européenne et mondiale du tourisme, le rapport de l’Honorable Fidanza sur la Communication de la Commission de 2010. Ce rapport est en parfaite syntonie avec les initiatives de la Commission et va même au-delà des actions proposées dans la Communication dans le but de contribuer le plus possible au développement d’une politique consolidée de l’Union européenne pour un tourisme de qualité, moderne, compétitif et, en même temps, durable. C’est d’ailleurs le but commun auquel nous avions souscrit, à travers la Déclaration de Madrid, lors de la réunion ministérielle informelle sous Présidence espagnole en 2010.

[Progrès dans la mise en œuvre de la Communication de 2010]

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, en tant que Vice-président et commissaire responsable pour l’industrie, l’entrepreneuriat et le tourisme, je me suis fortement engagé à œuvrer en faveur d’un avenir plus prospère pour le tourisme européen et j’ai proposé par la Communication de 2010 un cadre consolidé qui puisse notamment permettre au tourisme de l’Union européenne et de ses pays de se développer de manière compétitive et durable. Ce cadre politique a été traduit par un set ambitieux d’actions visant à faciliter la création d’un environnement plus favorable pour les entreprises du secteur, ainsi que la coopération transnationale à niveau européen, et donc, à fournir les réponses les plus adéquates aux défis auxquels le tourisme se voit confronté.

Depuis notre dernière rencontre, lors du débat ministériel en novembre de l’année passée à Malte, mes services ont continué à mettre en ouvre avec application la plupart de ces actions, en vous en tenant constamment informés à travers le Comité consultatif pour le tourisme.

Pour vous donner juste un bref aperçu :

[CALYPSO]

En étroite collaboration avec les administrations nationales pour le tourisme et avec la participation active des acteurs publics et privés intéressés du secteur, nous sommes allés de l’avant avec CALYPSO, tout en suivant l’objectif de l’extension de la haute saison, avec accent particulier sur les quatre groupes-cibles, que vous connaissez déjà (seniors, jeunes, personnes à mobilité réduite et familles à bas revenu). Avec le lancement de l’appel à propositions au mois d’août, l’initiative devra finalement pouvoir déboucher sur la plateforme web CALYPSO qui regroupera la demande et l’offre, en tant qu’instrument qui puisse faciliter les échanges touristiques transnationaux en basse saison.

[EDEN et Itinéraires Culturels]

Nous avons assuré une continuation à l’aventure EDEN.

Nous avons déployé des efforts importants pour faciliter la diversification des produits touristiques et pour promouvoir et mettre en valeur les produits touristiques transfrontaliers, tels les Itinéraires Culturels, le parcours cycliste au long de l’Ancien Rideau de Fer ou encore, celui au long du Chemin de Saint-Jacques.

[Observatoire Virtuel du Tourisme]

Nous avons œuvré en faveur de la consolidation de la base de connaissances socio-économiques du secteur avec pour objectif de permettre la mise en place de l’Observatoire Virtuel du Tourisme.

[ICT et mobilité du personnel]

Nous avons initié des projets pour encourager la participation des entreprises à la chaine de « digital supply », ainsi que pour favoriser une meilleure mobilité des employés dans le secteur.

[Label européen Qualité Tourisme]

Nous avons collaboré avec les principaux acteurs publics et privés intéressés pour la mise en place d’un label européen de qualité pour le tourisme, comme « label parapluie » qui reconnaisse les démarches et systèmes de qualité touristiques existants au niveau national ou transnational à travers l’Union européenne. A ce sujet, nous avons récemment lancé une consultation sur les possibilités de mise en œuvre du label. Et je me propose d’organiser prochainement, et avant la fin de l’année, une conférence où les résultats de la consultation puissent être présentés.

[Promotion de l’Europe]

Enfin, nous avons œuvré sans répit et avec dévouement à la promotion de l’Europe et de ses destinations envers les pays tiers.

Je suis particulièrement reconnaissant à la Présidence polonaise d’avoir proposé la promotion comme thématique de débat et échanges de vues de la réunion ministérielle d’aujourd’hui. Le sujet n’est pas l’un des plus faciles à aborder, cependant l’enjeu qui se pose est majeur! La consolidation de l’image et de la visibilité de l’Europe et, surtout, de l’incroyable diversité du paysage touristique européen et des produits thématiques transfrontaliers, en complément par rapport aux actions de promotion des Etats membres et de leurs régions, est le secret qui pourra permettre à l’Europe de maintenir sa position comme destination touristique n°. 1 au monde.

Et rassurez-vous ! Ce n’est pas l’intention de la Commission d’aller au-delà des compétences imparties par le Traité de Lisbonne et d’outrepasser les compétences des Etats membres en la matière. En tout respect du principe de subsidiarité, nous voulons contribuer à la promotion de l’Europe et, par là, accroitre le nombre d’arrivées touristiques internationales depuis les marchés tiers, par des actions conjointes notamment entre la Commission, les Etats membres (et Pays candidats) et leurs Offices Nationaux du Tourisme, ainsi qu’en étroite collaboration avec la Commission européenne du tourisme.

C’est mon intention de déployer tous les efforts nécessaires pour assurer une meilleure visibilité à la « destination Europe » et de m’assurer qu’elle puisse maintenir sa position de destination touristique n°. 1 au monde.

Face à une concurrence mondiale de plus en plus féroce, il est notre devoir d’élargir notre vision de promotion du régional et national au macro-régional et transnational. Sans chercher à remplacer ou dupliquer les efforts promotionnels individuels des Etats membres et leurs régions, l’Europe doit pouvoir s’affirmer plus à travers des produits et offres touristiques transnationales, en mettant en valeur la diversité du paysage touristique naturel, culturel, historique, éno-gastronomique, balnéaire et autre de l’Europe et ses pays.

Tout en continuant à soigner l’offre touristique pour le tourisme domestique et intra-européen, nous devons œuvrer plus vers une meilleure visibilité de la « destination Europe » sur les marchés émergents des pays tiers, surtout des pays BRIC qui ont enregistré une croissance vigoureuse pendant la dernière décennie, à tel point qu’ils soient devenus le principal facteur d’évolution du tourisme international. Les marchés émergents présentent un potentiel de touristes à capter et à fidéliser envers l’Europe, potentiel estimé à environ 2 billions de touristes pour la Chine, l’Inde et le Brésil sur les deux prochaines décennies.

Mesdames et Messieurs,

Plus que jamais, nous devons comprendre que le tourisme international est devenu une question stratégique majeure, non seulement en raison de son poids économique réel et potentiel, mais aussi compte tenu de l’importance géopolitique que revêt le rayonnement culturel des pays. Il est donc primordial pour le tourisme européen d’en tirer pleinement profit ! Cependant, cela sera seulement possible si nous unissons nos efforts et que nous agissions ensemble, en étroite coopération et en complétant réciproquement nos actions.

[Campagne de communication et promotion]

A cette fin, nous avons lancé cette année un appel d’offres pour une campagne de communication visant à contribuer à la promotion de l’Europe comme ensemble de destinations diverses, durables et de haute-qualité envers les marchés émergents des pays BRIC, ainsi qu’envers d’autres pays de l’Amérique latine, notamment, l’Argentine et le Chili. Notre intention est de pouvoir développer une stratégie de communication consolidée avec pour objectif d’attirer un nombre croissant de touristes internationaux vers l’Europe et de consolider l’image de l’Europe comme destination touristique n°. 1 au monde. Cette campagne apportera une valeur ajoutée et complétera les activités promotionnelles des Etats membres et d’autres autorités publiques, ainsi que des représentants de l’industrie, notamment et surtout, à travers un fort soutien à la promotion de produits touristiques thématiques paneuropéens et à la participation aux grands événements sportifs, culturels ou autres.

[Projet-pilote « 50.000 touristes »]

Toujours en 2011, nous avons lancé un projet-pilote « 50.000 touristes » qui facilite et encourage les échanges touristiques transfrontaliers entre l’Amérique latine et l’Europe, avec une prédilection pour la basse saison. Nous avons signé déjà un mémorandum avec certains des Etats membres les plus intéressés, notamment, la France, l’Espagne et l’Italie et feront de même avec la Pologne, le Portugal et, prochainement, avec la Roumanie. Nous avons signé aussi une déclaration conjointe avec le Chili, lors de ma visite en Amérique latine, ainsi qu’avec l’Argentine et le Brésil. Les plus grandes compagnies aériennes et associations des tour-opérateurs européens ont déjà souscrit au mémorandum. Je suis fortement convaincu que ce projet-plote pourra ouvrir des perspectives intéressantes pour la promotion de l’Europe et la collaboration avec les pays de l’Amérique latine.

[Coopération avec la Commission Européenne du Tourisme]

En outre, nous voulons consolider notre coopération avec la Commission Européenne du Tourisme pour une meilleure promotion de la « destination Europe » dans les pays émergents ainsi que d’autres pays tiers. En ce sens, la Commission signera aujourd’hui une « déclaration conjointe » avec la Commission Européenne du Tourisme.

[Déclaration conjointe avec la Chine]

C'est aussi mon intention d’œuvrer en faveur d’une meilleure coopération avec les pays tiers, en commençant par la Chine. Avant la fin de l’année, je voudrais donc signer une « déclaration conjointe » avec l’Administration Nationale du Tourisme de la Chine (China National Tourism Administration - CNTA). Cette déclaration devrait marquer le début d’une coopération fructueuse qui générera des bénéfices pour l’industrie touristique européenne et contribuera à l’amélioration des contacts entre nos peuples.

[Visas et support financier]

Certes, pour assurer à l’Europe sa position de destination touristique n°. 1 au monde, deux autres aspects sont primordiaux : d’un côté, une politique des visas plus souple et mirant à ne pas entraver les flux touristiques, sauf pour des questions de haute sécurité, et de l’autre côté, un support financier adéquat au niveau européen ainsi qu’au niveau national et régional.

Pour ce qui est du premier aspect, je tiens à vous assurer que j’ai largement débattu du problème des visas et la nécessité d’un assouplissement de la politique des visas avec ma collègue, la Commissaire Malmström responsable pour les affaires intérieures. Et je ne peux que me réjouir de notre décision commune de mettre en place à l’avenir un groupe de travail sur le tourisme et la politique des visas. Par ailleurs, j’encourage tous les Etats membres à œuvrer vers une meilleure gestion des applications pour visas à travers la mise en place de centres communs d’applications, sans hésiter à utiliser en ce sens les ressources du Fonds pour les frontières extérieures.

Dernièrement, pour mettre en œuvre nos actions et assurer un avenir compétitif et une croissance durable au tourisme européen, ainsi qu’une meilleure visibilité et promotion de l’Europe, un support financier approprié sera indispensable. Bien sûr, ceci est valable à court terme, pour la période 2012-2013, dans le cadre de l’actuel « Programme pour l’entrepreneuriat et l’innovation », ainsi qu’à long terme au-delà de 2014, dans le contexte du Cadre financier pluriannuel 2014-2020. Pour cette dernière période (au-delà de 2014), la Commission a déjà fait un effort important par la proposition du « Programme pour la compétitivité et les petites et moyennes entreprises », dans le cadre duquel j'ai l'intention de prévoir un budget consolidé pour le tourisme. J’espère donc que les Etats membres apporteront leur support à la proposition de la Commission, tout en reconnaissant l’importance du secteur du tourisme et son potentiel de développement à l’avenir.

Je vous remercie pour votre attention.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website