Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: aucune

SPEECH/11/213

Viviane Reding

Vice-présidente de la Commission européenne responsable de la Justice, des Droits fondamentaux et de la Citoyenneté

Changez les choses – devenez bénévoles!

Conférence sur le bénévolat organisée par le Ministère de la Famille et de l'Intégration du Grand-Duché de Luxembourg

Luxembourg, le 16 février 2011

Madame la Ministre,

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

C'est un grand plaisir de pouvoir participer au lancement de l'étape luxembourgeoise du Tour européen du Bénévolat et à cette conférence organisée par le Ministère de la Famille et de l'Intégration.

En janvier dernier, j'étais à Budapest pour lancer le Tour en Hongrie. Cet événement a coïncidé avec le début de la Présidence hongroise du Conseil de l'Union européenne. Mais au-delà d'une cérémonie d'ouverture, il s'agissait d'un événement humain, où j'ai eu la chance de rencontrer des personnes passionnées et engagées de différents horizons qui pratiquent le volontariat. Nos discussions ont porté sur la mise en valeur de la contribution des bénévoles et sur l'identification de mesures pratiques pour surmonter les obstacles qui freinent encore trop souvent leur travail, comme, par exemple, un cadre juridique mal adapté, l'absence d'une approche commune à travers l'Union européenne ou encore le manque de données solides pour aider les décisions politiques.

La Commission européenne s’est engagée à inscrire le bénévolat à l’agenda politique et à faire de cette année un succès.

Mais d'abord : pourquoi une année du volontariat? Et pourquoi en 2011?

En 2006, un groupe d'organismes bénévoles européens rassemblant entre autres la Croix Rouge, Caritas et le Forum européen de la jeunesse lance l'idée d'une initiative au niveau européen pour valoriser le travail des bénévoles au-delà des frontières nationales.

Les parlementaires européens ont appuyé cette initiative en soulignant la contribution du bénévolat à la cohésion économique et sociale en Europe.

La Commission a ensuite proposé la création de l'année européenne du volontariat 2011.

L'année 2011 coïncide avec le dixième anniversaire de la première année internationale du bénévolat lancée par les Nations-Unies en 2001. Une année phare donc pour mettre en lumière ce secteur paradoxalement méconnu.

Le bénévolat n'est pas une activité marginale, ni une activité de remplacement! Si l'on rassemblait les 100 millions de bénévoles européens, ils formeraient le plus grand Etat membre de l'Union européenne.

Sa valeur économique au niveau européen peut, selon certaines estimations, aller jusqu'à 3%du PNB. Aujourd'hui, plus que jamais, la valeur ajoutée du travail de ces bénévoles est importante. Plus que jamais, leur dévouement et leur solidarité sont nécessaires.

De nos jours, le secteur bénévole joue un rôle déterminant dans le développement de compétences qui peuvent aider les jeunes ou les chômeurs à trouver du travail. Ce sont des bénévoles qui distribuent de la nourriture aux sans- abris ou qui entraînent les enfants sur les terrains de foot.

Le bénévolat fait partie d'une Europe solidaire et citoyenne. Comme l'a dit le Président Barroso, nous avons besoin d'une Europe qui mette les personnes au cœur de la politique et qui revitalise le lien entre l'Union européenne et ses citoyens.

Vous tous, en tant que bénévoles, vous représentez la participation civique, le "maillon fort" de notre société. Par vos actions, vous exprimez la solidarité, la compassion et un vrai sens de la communauté. Vous êtes le moteur d'une Europe plus dynamique et engagée.

Le Tour que nous organisons durant toute cette année et qui visitera les capitales des 27 Etats membres de l'Union européenne permettra d'attirer l'attention des médias sur cet engagement citoyen. C'est l'occasion, pour les bénévoles et pour leurs organisations, de montrer leurs activités et la valeur ajoutée qu'elles apportent à la société.

Le Tour permet aussi d’informer le public, et en particulier les jeunes, sur le bénévolat.

Au Luxembourg, par exemple, le Tour démarre aujourd'hui et se déroule jusqu'au 19 février. Il est organisé autour de 4 thèmes spécifiques:

  • citoyenneté, intégration et actions sociales ;

  • environnement et tourisme ;

  • culture et sport ;

  • volontariat: sapeurs pompiers, secours, coopération et service volontaire européen.

Le Tour propose un programme interactif de débats, notamment dans les écoles et lycées, ainsi que des animations sportives et musicales. De manière plus générale, le Tour permettra aux bénévoles et aux organisations non gouvernementales de se rencontrer, de discuter des défis futurs pour le bénévolat et de partager leur énergie, leur enthousiasme et leurs bonnes pratiques.

Il ne s'agit pas ici d'une affaire de politiques, mais de tous les "héros invisibles", qui travaillent sans compter pour aider les moins favorisés, soutenir les plus démunis, apporter réconfort aux plus âgés ou faire éclore les talents des plus jeunes.

Ce sont ces personnes qui changent le monde, petit à petit, sans rien attendre en retour. Elles savent que c'est en se mobilisant qu'on peut réaliser ses rêves et aider les autres à réaliser les leurs.

Au Luxembourg, nous avons une longue tradition de solidarité et d'entraide au sein de nos villes et de nos villages. Le secteur associatif à but non lucratif à Luxembourg a commencé à se développer à partir des années 60. Mais des organisations bénévoles existaient depuis bien plus longtemps:

  • les organisations de scoutisme depuis 1908;

  • les premières fédérations sportives, de football et de cyclisme également depuis le début du vingtième siècle;

  • et la première fédération de défense de l'environnement, le "Coin de Terre et le Foyer", existe quant à elle depuis 1928 !

La première année internationale lancée par les Nations-Unies en 2001 a mis le bénévolat sous les feux de la rampe. Depuis lors, le secteur bénévole a connu un essor considérable. Une charte officielle du Bénévolat a été publiée en 2001. Et nous avons vu la création du Conseil Supérieur du Bénévolat, l'Association du Bénévolat à Luxembourg ainsi que l'Agence du Bénévolat, auprès de laquelle plus de 2000 associations sans but lucratif sont enregistrées.

Ces initiatives ont contribué à développer un cadre qui favorise le bénévolat. Des initiatives concrètes ont été prises. Le programme national des "congés", par exemple, est une initiative intéressante. Elle permet à ceux qui sont employés à plein temps de prendre, en plus de leurs congés annuels, des jours de congé supplémentaires pour exercer une activité bénévole, au Luxembourg ou au-delà de nos frontières. Voilà un exemple "made in Luxembourg" dont d'autres pays pourraient s'inspirer.

Aujourd'hui, quelque 30% des adultes luxembourgeois sont impliqués dans une activité bénévole, principalement dans le domaine social, culturel ou sportif. Vous êtes sans doute nombreux ici à représenter les associations et organisations qui rendent ces actions possibles.

Qu'ont en commun les bénévoles au Luxembourg et ailleurs en Europe?

Ces personnes sont inconnues de la plupart d'entre nous. Mais ils sont les héros d'aujourd'hui. Ils offrent leur temps, leur expérience et leurs talents pour aider leur prochain. En permettant aux individus de contribuer de façon concrète à la vie de leurs communautés, ces organisations constituent un élément de solidarité fondamental de nos sociétés.

Un tel engagement suscite l'admiration et le respect.

Le bénévolat devient-il de plus en plus important ?

Nous vivons une époque de changements profonds. L'économie mondiale voit une transformation fondamentale. Les changements démographiques en Europe sont considérables, avec une population vieillissante et une génération de jeunes qui font face à de nombreux défis.

Même si le bénévolat est une affaire personnelle, il s'agit aussi d'une affaire politique. La raison en est simple: il y a encore partout en Europe des obstacles à surmonter. Il faut donc un coup de pouce et un engagement politique à faire tomber quelques barrières.

Quels sont les obstacles au bénévolat ?

Plusieurs pays, dont le Luxembourg, ont consenti des efforts louables et ont développé une charte du bénévolat. Toutefois, près d'un Etat membre sur 5 ne possède ni cadre juridique adéquat, ni règles spécifiques régulant le secteur ou les activités des bénévoles. Cette situation est source de confusion, d'embûches administratives et parfois d'interprétations contradictoires. Dans certains pays, par exemple, l'administration fiscale décide, au cas par cas, des activités des associations sans but lucratif qui seront assujetties à la TVA. Sans compter les problèmes de protection sociale et d'assurance.

Dans certains Etats membres, les heures que peuvent prester les chômeurs ou les personnes en retraite anticipée en tant que bénévoles sont fortement restreintes. Cette limite va jusqu'à seulement 4 heures par semaine. Ces personnes ont du temps et de l'expérience en abondance. Mais la législation peut restreindre leurs activités.

L'année européenne du bénévolat est donc un appel aux nouveaux bénévoles, mais aussi une invitation aux responsables politiques à soutenir le bénévolat, que ce soit au niveau européen, national, régional ou local.

"Tout ce que nous faisons, nous le faisons pour les citoyens de l'Europe", voilà ce qu'a dit le Président Barroso dans son discours sur l'état de l'Union en septembre dernier. Ce qui compte, c'est que l'Union européenne, en partenariat avec les Etats membres, puisse apporter des bénéfices tangibles à la vie quotidienne des citoyens.

La Commission européenne a, depuis longtemps, reconnu l'importance des organisations bénévoles.

Cette année 2011 est l'occasion d'offrir au volontariat une plus grande visibilité et de faire des progrès concrets. Je peux la résumer en 4 objectifs:

  • créer un terrain fertile où l'activité bénévole puisse s'épanouir: nous devons nous assurer que toutes les bonnes idées puissent se réaliser et que le temps offert par les bénévoles ne soit pas érodé par des formalités administratives.

  • donner les moyens à ceux qui le veulent de contribuer à une société plus humaine: nous devons encourager les échanges de bonnes pratiques à l'intérieur de nos pays, entre les associations ainsi qu'entre les Etats membres.

  • reconnaître et récompenser les héros de notre temps: tout ce magnifique travail doit sortir de l'ombre, y compris par une reconnaissance formelle des compétences acquises par le bénévolat.

  • souligner l'importance du bénévolat et éveiller une nouvelle génération de bénévoles: nous devons capter l'énergie des jeunes générations; encourageons les jeunes à participer à des activités dont ils tireront un bénéfice personnel tout en aidant la société.

2011 est l'année où nous ferons avancer ces objectifs.

Nos efforts ne devront pas s'arrêter à la fin de cette année. 2011 devra servir de tremplin pour continuer notre action. J’espère qu'à la fin de l’année, les bénévoles auront aussi bénéficié des expériences menées chez les voisins, dans les autres Etats membres, à travers toute l’Union européenne.

A la fin de 2011, nous identifierons les défis majeurs et, je l'espère, les bonnes pratiques à utiliser plus largement.

Chers amis,

Où serions-nous, où serait l'Europe, sans ces millions de personnes qui tendent la main aux autres, malgré les difficultés auxquelles elles sont confrontées?

2011 sera une année-clé qui nous permettra de dire si, ensemble, nous avons réellement fait la différence.

Je compte sur nous tous pour faire passer le message : « Pak eng Hand un a gëff Bénévole ».

Merci.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site