Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

SPEECH/10/499

Mr. Antonio TAJANI

Vice-Président de la Commission Européenne en charge de l'industrie et de l'entrepreneuriat

Discours d'ouverture à la Conférence européenne des clusters 2010

Conférence européenne des clusters 2010

Bruxelles, le 30 septembre 2010

Messieurs les Ministres et Secrétaires d’État,

Mesdames et Messieurs,

J’ai le privilège d’être avec vous aujourd’hui, à la rencontre des acteurs européens dans le domaine des clusters. Je tiens à remercier la présidence belge de l’Union, et plus particulièrement M. Jean-Claude Marcourt, ministre de la Région wallonne, pour avoir co-organisé cet événement. Je voudrais aussi souhaiter chaleureusement la bienvenue à M. Christian Estrosi, ministre français chargé de l'industrie, à M. Georg Schütte, secrétaire d’État allemand chargé de L’éducation et de la recherche, et à M. Zsolt Becsey, secrétaire d’État hongrois de l’économie, qui représentent tous trois des États membres où l’on met en œuvre des politiques de grande envergure en matière de clusters. Cet engagement politique fort montre que les clusters sont considérés comme une stratégie importante pour stimuler la croissance et l’innovation en Europe.

Dans cette conférence nous aurons l’occasion de débattre du rôle que jouent les clusters dans la modernisation de notre industrie. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de recevoir le rapport final portant sur les recommandations du Groupe européen pour la politique des clusters. Ce groupe a été chargé par la Commission de réfléchir au rôle des clusters afin d'assurer la compétitivité de nos industries et d'ouvrir des perspectives nouvelles dans le cadre de notre stratégie Europe 2020. Permettez-moi de remercier la présidente du Groupe, Mme Tea Petrin, ancienne ministre slovène des affaires économiques, M. Pierre Laffitte, sénateur honoraire et président de Sophia Antipolis, de même que tous les autres membres du Groupe, pour leur travail approfondi et leurs précieuses propositions.

Ce débat arrive à point nommé. L’accroissement de la concurrence mondiale a renforcé l’intérêt que présentent des clusters puissants en tant que "centres névralgiques" permettant de donner un élan nouveau à l’innovation et à la croissance industrielle. Sachant que la stratégie «Europe 2020» a pour objectif d’œuvrer à une croissance intelligente, durable et inclusive, les clusters constituent un élément important pour y parvenir.

Mesdames et Messieurs,

Une grande leçon que nous avons tirée de la récente crise économique est le fait que l’Europe a besoin aujourd’hui, plus que jamais, d’une industrie forte, compétitive et innovante. C’est essentiel si nous voulons que l’Europe devienne un lieu attrayant pour investir et créer des emplois au cours des prochaines années. Par «industrie», j’entends à la fois l’industrie manufacturière et les services. Aujourd’hui, on ne peut plus distinguer entre les deux, parce qu’ils sont le plus souvent interdépendants. Le succès de l’industrie manufacturière dépend très fortement de services innovants tels que le design, le marketing, les transports et la logistique. L’innovation dans les services est quant à elle alimentée par des technologies nouvelles et par la nécessité d’assurer une production plus durable et plus respectueuse de l’environnement.

Pour atteindre les objectifs de la stratégie «Europe 2020», il nous faut une base industrielle européenne solide. L’Europe doit, premièrement, créer de meilleures conditions cadre pour les entreprises, notamment à travers un marché unique plus intégré et une main-d'œuvre fortement qualifiée. Plus particulièrement, la priorité doit être donnée à l’amélioration de l’environnement des PME, à l’évolution vers une réglementation «intelligente» et à la mise en place d’une infrastructure de haute qualité.

Deuxièmement, il est tout aussi important de promouvoir l’innovation, de manière à traduire les idées et technologies nouvelles en produits et services nouveaux, plus rapidement qu’auparavant. Nous devons poursuivre les efforts entrepris pour encourager davantage de PME à innover et les aider à trouver des partenaires d’exception afin de nouer des alliances stratégiques sur le plan européen.

Troisièmement, nous devons aider pleinement l’industrie à faire face à la mondialisation des marchés, en lui facilitant l’accès aux matières premières, en ayant davantage recours à la coopération réglementaire internationale et en soutenant l’internationalisation des PME.

Il va sans dire que des politiques solides dans les domaines de l’emploi et de l’éducation, de même que la liberté de circulation des personnes, sont essentielles pour fournir à l’industrie les ressources humaines qualifiées dont elle a de plus en plus besoin. Le lancement de l’initiative phare «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation» dans le cadre de la stratégie «Europe 2020» constitue un bon moyen d’assurer la nécessaire cohésion avec les autres politiques de l’Union. Le mois prochain, la Commission formulera des propositions concrètes pour une industrie européenne plus productive, plus compétitive, plus innovante et plus durable; les clusters figureront parmi les instruments retenus pour atteindre cet objectif.

Les technologies de pointe seront le fer de lance de notre industrie à l’avenir. C’est pourquoi la Commission attache une grande importance à ces technologies et à leur diffusion, notamment dans les domaines des nanotechnologies, de la micro- et nanoélectronique (y compris les semi-conducteurs), de la photonique, des matériaux avancés et de la biotechnologie. Le groupe d’experts de haut niveau sur ce sujet qui a été créé récemment nous aidera à définir une stratégie commune européenne pour progresser dans ce sens. Dans ce contexte, je suis persuadé que les clusters devraient faire partie intégrante de cette politique visant à accélérer le développement, la commercialisation et la diffusion de ces technologies dans tous les secteurs de l’industrie et des services en Europe.

Pour rester compétitifs, nous devons exploiter toutes les formes de connaissance et de créativité afin d’innover. Je constate que nos secteurs industriels ont grandement besoin que nous mettions en place des politiques pour promouvoir la créativité. Une meilleure utilisation du design est un exemple de la façon dont les industries créatives peuvent aider d’autres industries à devenir plus innovantes sachant que ces industries créatives sont un catalyseur important de la croissance et de l’innovation dans d’autres secteurs. C’est pourquoi nous établirons un « design leadership board » pour faire du design une partie intégrante de la politique d’innovation européenne. C’est aussi pourquoi nous établirons, l’année prochaine, une «alliance européenne des industries créatives». Son objectif ne sera pas seulement de poursuivre le développement de ces industries émergentes, mais aussi de favoriser les retombées dans les secteurs traditionnels par tous les moyens à notre disposition. Les clusters devraient participer activement à cette alliance.

Mesdames et Messieurs,

Les clusters favorisent fortement les mutations industrielles en rassemblant les ressources et les idées de différents secteurs au niveau local et régional et en mobilisant le soutien de divers acteurs et institutions. Les clusters visent exclusivement à faire le meilleur usage, d’un point de vue stratégique, des talents et des ressources qu’une région peut offrir. Il peut exister des concepts de clusters différents, mais leur objectif est toujours le même: donner de meilleures perspectives de croissance à une région en «renforçant ses points forts».

La création de l’Observatoire européen des clusters en 2006 a été une première étape importante sur la voie d’un dialogue politique ouvert et constructif à propos de l’amélioration des politiques consacrées aux clusters en Europe. Au cours de cette conférence, nous verrons comment l’Observatoire européen des clusters a évolué et ce qu’il peut offrir pour renforcer le développement des meilleures politiques en matière de clusters. La prochaine étape sera l’élaboration d’un nouveau «tableau de bord de l’excellence des clusters» qui ne se limitera pas à mesurer l’importance des clusters en termes d’emplois.

Il existe, en Europe, plus de 1 300 organisations de clusters qui aident leurs membres dans leur travail quotidien et facilitent la mise en réseau ainsi que les partenariats de coopération. Les organisations de clusters sont devenues d’importants prestataires de services individualisés d’appui en faveur des entreprises et de l’innovation, surtout à l’intention des PME. Elles leur permettent de trouver des partenaires commerciaux et d’internationaliser leurs activités.

Grâce à l’initiative européenne sur l’excellence des clusters, nous soutenons l’apprentissage mutuel et la coopération entre les organisations régionales de clusters et nous proposons d'ores et déjà une aide spécifique en matière de formation et de gestion de la qualité au niveau européen. Pour valoriser cette action, nous avons l'intention de publier avant la fin de l’année, un nouvel appel à propositions dans ce domaine en invitant les États membres et les autorités publiques régionales à s'approprier les résultats obtenus par ce projet-pilote. Il s’agit d’une nouvelle manière d'intégrer les activités régionales, nationales et européennes en faveur de l’émergence de clusters de classe mondiale en Europe, conformément aux propositions du Groupe européen pour la politique des clusters.

Un troisième élément de la stratégie en matière de clusters est la promotion d’un renforcement de la coopération transnationale entre les clusters européens. Au niveau européen, une telle coopération est facilitée par différents programmes, tels qu’INTERREG dans le domaine de la politique de cohésion, «Régions de la connaissance» au titre du 7e programme-cadre, ou les partenariats pour l’innovation d’Europe Innova, dans le contexte du programme-cadre pour l’innovation et la compétitivité. À l’avenir, il nous faudra consolider ces différents programmes afin de stimuler le développement d’un plus grand nombre de clusters de classe mondiale en Europe, en particulier dans les industries émergentes, où les politiques de clusters peuvent encore faire la différence pour favoriser la "spécialisation intelligente".

Si j'examine ce que nous avons réalisé au cours des dernières années afin de définir une action européenne dans le domaine de la politique des clusters, je considère que nous avons obtenu de bons résultats. Cependant, dans le contexte économique actuel il convient d'être plus ambitieux. Soutenir l’émergence de clusters de classe mondiale reste un défi essentiel et nécessite que l’on réorganise différentes activités pour les axer sur des objectifs plus stratégiques. Nous allons nous mobiliser sur cette tâche et je proposerai, dans les mois à venir, une nouvelle stratégie intégrée avec mes collègues en charge des politiques régionales et de la recherche, pour soutenir le développement de clusters de classe mondiale.

Je vous souhaite de mener des débats stimulants sur les recommandations du Groupe et j’espère que la conférence apportera une nouvelle contribution à la création, à l’échelle européenne, d’une véritable communauté de clusters collaborant étroitement en vue d’assurer l’avenir de notre industrie.

Je vous remercie pour votre attention


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website