Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: aucune

SPEECH/10/398

José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission européenne

Discours du Président Barroso suite à sa rencontre avec Madame Doris Leuthard, Présidente de la Confédération suisse

Point de presse

Bruxelles, le 19 juillet 2010

Bonjour Mesdames et Messieurs,

C'est un plaisir de recevoir Mme le Président Leuthard à Bruxelles à la Commission européenne. Nous avons eu une discussion très constructive et très fructueuse.

Cette visite reflète les relations excellentes entre l'Union européenne et la Suisse. Vous savez que la Suisse est notre deuxième partenaire économique – avant la Chine et le Japon – avec un volume commercial de 750 million d'euros par jour. Notre marché intérieur et aussi l'espace Schengen sont dans une très grande partie ouverts à la Suisse.

De plus, la forte solidarité de l'UE et l'assistance de la part de certains Etats-membres dans la résolution des différends récents entre la Suisse et la Libye ont clairement démontré nos valeurs partagées. A part les rapports commerciaux et économiques, il y a donc une forte communauté de valeurs.

Aujourd'hui, nous avons discuté toute une série de questions: J'ai informé Madame le Président Leuthard de nos efforts pour améliorer la gouvernance économique de l'Union, de renforcer la réglementation de nos marchés financiers et de promouvoir les reformes structurelles en faveur d'une croissance intelligente et inclusive.

Comme vous le savez, la Commission vient de mettre des proposition-clés sur la table, d'autres viendront dans les semaines qui viennent. . Les récents Sommets G8/20 ont également démontré une convergence internationale croissante autour de ces idées européennes. L'Europe a facilité cette convergence, grâce à une position forte et unie.

Nous avons bien sûr également évoqué des points bilatéraux très importants:

Par exemple: Nos sommes actuellement en train de négocier une meilleure intégration de nos marchés de l'électricité. Nous voulons aussi continuer la libéralisation du commerce des produits agro-alimentaires.

Nous sommes également prêts à discuter l'extension du régime "REACH" pour les produits chimiques à la Suisse, l'adhésion de la Suisse à notre marché des émissions, et la participation suisse dans le système satellitaire "Galileo".

Je tiens à souligner que celles-ci ne sont pas des questions techniques. Ce sont des questions très importantes pour l'économie de l'Union et de la Suisse même.

En même temps, les relations approfondies que nous souhaitons doivent se baser sur un pied d'égalité. La Commission pense que le réseau actuel des accords bilatéraux est devenu complexe et parfois très lourd à gérer. Nous devons donc donner à nos citoyens et nos entreprises des règles du jeu plus claires et uniformes, qui évoluent en même temps. Un marché commun a besoin de règles communes!

Par conséquent, je suis convaincu que le temps est venu pour donner une nouvelle impulsion à nos relations et de réfléchir ensemble sur l'évolution de ce partenariat, notamment sur la possibilité d'un cadre institutionnel plus horizontal.

Je comprends que le Gouvernement Fédéral va présenter un rapport sur ce sujet au Parlement après l'été. J'ai proposé à Madame le Président d'entamer une réflexion commune après ce point, via un group d'experts qui peut explorer les options. C'est avec un grand plaisir que j'ai reçu une réponse positive de Madame le Président. Nous sommes convenus qu'on va établir ce groupe de travail sur la base de deux principes essentiels: le respect de la souveraineté de chacune des parties et le respect du principe du bon fonctionnement des institutions. Ce groupe va réfléchir sur le développement institutionnel de nos rapports.

Dans notre monde globalisé, avec ces nouveaux défis, risques et opportunités, il est tout à fait logique que des partenaires si proches comme la Suisse et l'Union européenne, qui partagent des intérêts et valeurs cruciaux, coopèrent de façon encore plus étroite.

Le cadre institutionnel de nos relations n'est pas une fin en soi. C'est un moyen de faciliter la vie de nos citoyens et entreprises. Dans cet esprit, je me félicite de pouvoir continuer notre coopération excellente. Je tiens à remercier Madame le Président de sa visite ici à la Commission et de la qualité de nos échanges.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site