Navigation path

Left navigation

Additional tools

José Manuel Durão Barroso Président de la Commission européenne Une nouvelle Commission européenne dans un nouveau paysage institutionnel Cérémonie de prestation de serment Luxembourg, 3 mai 2010

European Commission - SPEECH/10/200   03/05/2010

Other available languages: none

SPEECH/10/200

José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission européenne

Une nouvelle Commission européenne dans un nouveau paysage institutionnel

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Cérémonie de prestation de serment

Luxembourg, 3 mai 2010

Altesses royales,

Monsieur le Président de la Cour de Justice,

Mesdames et Messieurs les juges,

Mesdames et Messieurs les avocats généraux,

Monsieur le Président du Parlement européen,

Mesdames et Messieurs les Membres de la Commission,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de me présenter aujourd'hui, avec un nouveau Collège, devant la Cour de justice de l'Union européenne. C'est la deuxième fois que j'ai cet honneur et ce privilège. J'en mesure la portée. De même que le Collège et moi-même mesurons pleinement les responsabilités et les obligations de notre charge.

Cette cérémonie vient souligner le lien qui existe entre nos deux institutions. L'article 19 du traité sur l'Union européenne établit, en effet, que la Cour de justice "assure le respect du droit dans l'interprétation et l'application des traités". Le traité prévoit à l'article 17 que la Commission européenne "veille à l'application des traités ainsi que des mesures adoptées par les institutions en vertu de ceux-ci. Elle surveille l'application du droit de l'Union sous le contrôle de la Cour de justice de l'Union européenne". Ce lien entre interprétation et application des traités est aussi ancien que le projet européen lui-même. Il est essentiel. Il està la base de notre Union en tant que communauté de droit. Je saisis l'occasion pour saluer chaleureusement M. Vassilios Skouris, qui a été récemment reconduit dans ses fonctions de Président de la Cour de justice.

À quelques jours du soixantième anniversaire de notre acte fondateur, la déclaration Schuman, la présence de la nouvelle Commission aujourd'hui devant vous est l'occasion de marquer notre entrée commune dans un nouvel ordre juridique, celui du traité de Lisbonne. J'y associe naturellement le Parlement européen et son Président, M. Jerzy Buzek, que je salue amicalement et que je remercie d'assister à cette cérémonie.

Le traité de Lisbonne ouvre une nouvelle période pour l'Union européenne. Il apporte des innovations qui sont autant d'avancées pour notre projet politique. Il donne plus de cohérence, d'efficacité et de légitimité démocratique à notre action commune pour relever nos défis communs.

Ce traité renforce la construction européenne en renforçant toutes les institutions sur l'échiquier politique européen.

Il étend par conséquent les compétences de la Cour de justice, notamment en matière de justice, de liberté et de sécurité. Il comble certaines lacunes de protection juridictionnelle. La Charte ayant désormais la même valeur que les traités, il donne un nouveau fondement à votre importante jurisprudence dans le domaine des droits fondamentaux.

Le traité de Lisbonne renforce aussi la légitimité de la Commission pour accomplir sa mission fondamentale: la défense de ce que mon illustre prédécesseur Walter Hallstein appelait "l'intérêt communautaire pur".

L'intérêt général européen est le moteur de notre union politique. Il reste le guide de l'action de la Commission. Il demeure le cœur de son engagement.

C'est grâce à son indépendance, au principe de collégialité, à son rapport avec les autres institutions européennes et à son contact permanent avec tous les États membres – anciens ou nouveaux, petits ou grands - que la Commission européenne reste le porte-voix de l'intérêt général européen. Elle est la source de l'initiative. Elle est la gardienne des règles communes. Elle occupe une place privilégiée pour appeler à l'esprit d'unité, de responsabilité et de solidarité qui a permis tant de réalisations sur notre continent depuis plus d'un demi-siècle.

Mesdames et Messieurs,

Cet esprit d'unité, de responsabilité et de solidarité est plus que jamais nécessaire, au moment où nous abordons une période déterminante pour l'avenir de notre Union. Nous avons d'importants défis à relever, dont nous mesurons l'ampleur. La mobilisation des institutions européennes doit être à la hauteur des attentes des citoyens européens. C'est cette volonté, et aussi la responsabilité des États membres à l'égard de la construction européenne, qui doit inspirer notre action collective. C'est cette volonté que je veux insuffler au nouveau mandat qui débute. C'est cette volonté qui anime le nouveau Collège.

Je vous remercie toutes et tous pour votre présence ici, en ce jour, chargé de symbolisme, qui a une très forte signification pour l'Europe et pour notre projet commun.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website