Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

SPEECH/08/58












José Manuel Durão Barroso

Président de la Commission européenne




Nous avons partie liée
























Comité des régions, session plénière
Bruxelles, 6 février 2008

President,

Ladies and gentlemen,

Thank you for welcoming me at the beginning of a plenary session which is important for all of you and for your institution, as you are about to elect a new bureau and appoint your new President in a few minutes' time.

I would like to congratulate my friend Michel Delebarre, your outgoing President, who has done much to enhance the Committee's political and institutional status in the course of his presidency. I would also like to thank him for the excellent cooperation which has been established between the Committee and the European Commission under his authority. We are all agreed, I am sure, that we have worked together in exemplary fashion over the last two years. I can only say that I hope this constructive climate will continue in the future.

I hope so all the more because we are working together on a number of issues which are set to become more prominent in the near future. I shall confine myself to three areas that merit particular attention in 2008: communication, territorial cohesion and the partnership for growth and employment. These are three key issues for a year which seems likely to be politically productive, given the context of Treaty ratification and in depth reflection on our policy priorities.

We have clearly stepped up our cooperation in the field of communication since 2006, and we have established an effective partnership. Our two institutions, which have clearly shown the political will needed, can now jointly set up a decentralised strategy for communication with the general public. They have already done so in the past: one example in Plan D, in which the Committee of the Regions played a particularly active part.

So we shall pursue our joint efforts in 2008, basing our cooperation on the Union's communication priorities: the Treaty of Lisbon, energy and climate policy, and the European Year of Intercultural Dialogue.

I would like to draw particular attention to the issue of communication in connection with the Treaty of Lisbon. This Treaty will enable the Union to forge ahead and take on the major challenges of the twenty first century. But we have a great deal to do in order to explain the issues at stake to the general public. And in this area we must remain faithful to our partnership-based approach.

After the signing of the Treaty, we are now at a stage that is decisive for the EU, that of ratification. This presents a political challenge, of that there is no doubt. Hence the need to maintain an ongoing dialogue with citizens throughout the ratification process.

Need I add that I am counting on you? On the one hand, I am counting on the Committee, which, as we know, can mobilise networks of elected representatives and associations. But I am also counting on you as the elected representatives of the regions. You are part of the network of "strong links" which exists between us and the citizens of Europe.

Naturally, it is the Member States which are in the front line as regards communicating with their citizens about the impact of the Treaty. The Commission is willing to help them ensure that ratification is successfully completed. But, in doing so, it wants to listen to the full range of views being expressed in each Member State and to take citizens' real concerns on board. This is why all of us - the Member States, the national parliaments and the European institutions - have a shared duty. A collective political duty towards Europe.

The Commission therefore calls on the Committee to plan its communication activities in such a way as to involve the Commission Representations and regional relay organisations. By the same token, the Commission will be happy to share its communication products regarding the Treaty with the Committee of the regions.

One of the new features of the Treaty which is of particular relevance to you is, of course, the new concept of territorial cohesion.

In Leipzig, the Member States called on the Commission to present a report on territorial cohesion in 2008. This was taken up by the European Parliament and your own institution.

Rather than put forward ready-made political recommendations, the Commission has chosen to open up a genuine dialogue. There are major issues at stake, such as progress on work relating to the territorial agenda and the impact of the Treaty of Lisbon on territorial cohesion. The Green Paper provides a good basis for an in depth debate of this type.

We want a wide-ranging debate that will be based on an up-to-date map of territorial disparities and will address two major questions: how to deal with specific issues and territorial concerns while ensuring overall consistency with the Union's strategic priorities? And what added value must territorial cohesion have in relation to the other two dimensions of cohesion, the economic and the social?

Our joint deliberations will, of course, be guided by the structure of the Lisbon Treaty, which stipulates, among other things:

  • the need for a system of governance operating at several levels;
  • the need for an integrated political approach between territories and policies; it is absolutely essential to encourage consistency and synergies between Community policies with territorial implications. The document should be adopted in September 2008 so as to allow time for a wide-ranging public consultation.

Work undertaken under the Slovenian and French presidencies will also provide input into this debate.

The Slovenian Presidency is pursuing three priorities in the area of territorial cohesion: following up the December European Council as regards the territorial dimension of the Lisbon strategy programme, encouraging efforts to include urban and territorial policies, and making progress on the evaluation of the territorial impact of policies.

Mesdames et Messieurs,

Cette réflexion m'amène naturellement à notre partenariat pour la croissance et l'emploi.

Dans ses conclusions, le dernier Conseil européen a indiqué qu'il fallait accorder un rôle accru aux autorités régionales pour promouvoir la croissance et l'emploi.

Par ailleurs, le Conseil européen de mars lancera un nouveau cycle de la stratégie de Lisbonne. Cette stratégie marche. Elle reste notre priorité. Elle porte ses fruits. Même si les turbulences actuelles sur les marchés financiers ont un peu atténué les prévisions économiques pour cette année et 2009, l'économie européenne s'appuie sur des bases solides et saines.

Le succès de la stratégie de Lisbonne dépendra dans une large mesure de votre concours. Parce que les autorités régionales et locales ont un rôle très important à jouer dans certains domaines clés – qualifications et éducation, flexicurité, environnement dynamique pour les entreprises, mesures pour faire de l'économie sobre en carbone une réalité. Et parce que dans l'Union, 66% de l'investissement public dans les politiques d'éducation, d'innovation et de recherche - facteurs fondamentaux pour la croissance et l'emploi -passent par le canal des villes et des régions.

C'est pourquoi j'ai été très heureux de lire dans le rapport de la plateforme de suivi de la stratégie de Lisbonne que pas moins de 96% des villes et des régions qui y participent sont très mobilisées et sont prêtes à contribuer aux objectifs de la stratégie. C'est une excellente nouvelle.

Mais ce même rapport montre aussi que la majorité des villes et des régions voudraient être davantage associées. Elles voudraient une collaboration plus étroite avec leurs autorités nationales. Je peux vous dire que la Commission continuera à insister auprès des États membres pour qu'ils travaillent davantage avec vous. Pour notre part, nous sommes très attentifs à votre suivi et aux informations que vous faites régulièrement "remonter" du terrain sur le degré d'association des autorités locales et régionales.

Au moment où nous récoltons les fruits de notre stratégie, ne relâchons pas notre partenariat. Nous devons tous tirer à la même corde. Votre proximité avec le citoyen vous offre une place idéale pour créer une véritable mobilisation en faveur de la stratégie de Lisbonne. La réussite de l'Europe tient à la volonté politique, mais aussi à l'action cohérente de tous les acteurs, jusque sur le terrain.

Vous me permettrez d'ajouter très brièvement quelques mots sur un autre sujet d'actualité pour la Commission qui vous concerne directement. Je parle du bilan et des perspectives de l'action "mieux légiférer" qui ont été approuvés il y a quelques jours par la Commission. Les résultats de 2007 prouvent que la Commission tient ses engagements et que ces engagements n'avaient rien de rhétorique. Nous avons fait des progrès quantitatifs et qualitatifs importants tout au long de 2007, dans les trois volets: simplification, système d'évaluation d'impact et réduction des charges administratives. En 2008, nous allons prendre toute une série d'initiatives nouvelles. La Commission est fermement décidée à continuer à instaurer une nouvelle culture législative.

Mesdames et Messieurs,

Nous abordons une année 2008 qui ne sera pas un long fleuve tranquille. J'ai déjà parlé de la ratification du traité. L'autre grand dossier politique de 2008 concerne le "paquet énergie et changement climatique" présenté il y a deux semaines par la Commission.

Je ne reviendrai pas sur le contenu – très ambitieux et très complet – de ce paquet vraiment historique qui place l'Union en "pole position" dans la lutte mondiale contre le changement climatique. Vous le connaissez.

Mais ce que je veux vous dire, c'est que la Commission est parfaitement consciente de la place que vous occupez dans ce formidable défi. Cette place est centrale. Les acteurs locaux et régionaux sont en première ligne. Vous êtes les premiers concernés, quand il s'agit par exemple d'opter pour les énergies vertes dans les transports publics, d'implanter des centres de recyclage de déchets ou des éoliennes, ou de pratiquer une politique du logement qui favorise l'efficacité énergétique.

Vous êtes aussi les premiers concernés par les avantages que l'on peut tirer de la mise en place d'une économie sobre en carbone! Car les objectifs contraignants que devra atteindre l'Union se traduiront nécessairement par la création de milliers d'entreprises nouvelles dans les écotechnologies par exemple, par des centaines de milliers d'emplois nouveaux dans la recherche et l'innovation, et par l'ouverture d'un nouveau marché d'exportation considérable dans lequel l'Europe aura l'avantage d'avoir une longueur d'avance.

La lutte contre le changement climatique, ce ne sont pas seulement les engagements internationaux de Kyoto, de Bali et d'ailleurs. C'est aussi ce qui se fait concrètement dans les territoires d'Europe. Je sais qu'ils font déjà beaucoup et je veux les encourager à accélérer leurs efforts.

Le traité de Lisbonne conforte la reconnaissance du rôle des collectivités territoriales dans l'application du principe de subsidiarité. Il consacre aussi, au niveau européen, les principes de l'autonomie locale et régionale, ainsi que de la diversité culturelle.

Le traité fait de la cohésion territoriale un des objectifs de l’Union européenne, aux côtés de la cohésion économique et sociale. Dans notre action concrète, l'objectif de cohésion territoriale deviendra un réel critère dans les propositions législatives de la Commission. Au-delà, le traité de Lisbonne confirme ainsi, et surtout, que la politique de cohésion remplit une mission d'intérêt européen.

Il confirme donc à quel point nous - Commission européenne et Comité des régions - avons partie liée. Nous devons tirer le meilleur de notre collaboration, pour nos citoyens et pour nos territoires.

Une des illustrations que nous pouvons en donner tous ensemble, c'est 2008, l'Année européenne du dialogue interculturel. Aux quatre coins de l'Europe, les acteurs régionaux sont mobilisés aux côtés de la société civile, pour faire du dialogue interculturel un trait d'union entre les Européens et avec les populations qui vivent sur notre territoire. Nous avons tous une magnifique occasion de leur dire très concrètement: "vous êtes partie prenante de la société d'intégration et de dialogue que nous voulons construire avec vous autour des valeurs européennes partagées". Alors saisissons cette occasion ensemble!

Merci.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website