Navigation path

Left navigation

Additional tools

Viviane Reding
Membre de la Commission européenne responsable de la Société de l’information et des médias
La société de l’information que nous voulons : le chemin est ouvert pour une approche multilatérale et transparente à la gouvernance d’Internet
Sommet mondial sur la Société de l’information
Tunis, le 16 novembre 2005

European Commission - SPEECH/05/704   17/11/2005

Other available languages: none

SPEECH/05/704












Viviane Reding

Membre de la Commission européenne responsable de la Société de l’information et des médias



La société de l’information que nous voulons : le chemin est ouvert pour une approche multilatérale et transparente à la gouvernance d’Internet

















Sommet mondial sur la Société de l’information
Tunis, le 16 novembre 2005

Aujourd’hui, jour d’ouverture du Sommet de Tunis, marque l’aboutissement d’un long processus préparatoire qui a mobilisé très largement la communauté internationale; les gouvernements, mais aussi le secteur privé et la société civile. Cette mobilisation n’aura pas été vaine. La Commission européenne, sous la Présidence de José Manuel Barroso, est convaincue que ce Sommet mondial marquera le point de départ d’une nouvelle ère, celle d’une société de l’information globale, ouverte et inclusive.

La société de l’information que nous voulons

Cette société de l’information que, collectivement, nous voulons repose sur un socle de principes et valeurs universels et que l’Union européenne défend et met en oeuvre. Ces principes et valeurs incluent les droits de l’homme et le respect des libertés fondamentales comme celles d’accès à l’information et à la communication et la liberté des médias, y compris l‘Internet.

S’y ajoutent le principe de solidarité et la priorité que revêt pour l’Europe la lutte contre toutes les formes de fracture numérique, là où elles se manifestent. Dans ce domaine, le secteur privé, souvent en partenariat avec la société civile, a un rôle central à jouer et je ne peux que vous encourager à aller à la rencontre des entreprises européennes présentes à ce Sommet.

Mais pour s’épanouir, la Société de l’information a besoin aussi d’un environnement propice qui s’appuie sur des cadres juridiques et réglementaires clairs.

C’est dans cet objectif que l’Union européenne a contribué activement à la préparation du Sommet, à la fois par son appui au processus et par le développement d’une stratégie ambitieuse et proactive.

L’Union s’est engagée dans ce processus avec d’autant plus de détermination qu’il correspond à nos propres priorités politiques.

En effet, cette année, la Commission européenne a adopté la stratégie i2010 - la société de l’information européenne 2010. Cette initiative veut donner à l’Europe tous les atouts pour saisir les opportunités d’une société de l’information économiquement solide et socialement inclusive.

Cette initiative est le cadre stratégique pour nous, les Européens, pour les prochaines cinq années.

En même temps elle constitue une référence solide dans le dialogue et la coopération avec les partenaires hors de l’Union.

Tunis : de nouveaux partenariats

De ce Sommet, j’attends des indications concrètes sur les efforts pour combler les fractures numériques. Nous devons en particulier insérer les TIC dans les mécanismes de financement existants afin de mieux répondre aux attentes des pays en développement.

Nous devons également bâtir de nouveaux partenariats pour que toutes les parties prenantes puissent participer à la mise en œuvre des recommandations du Sommet.

J’en prendrai un exemple ici avec notre réseau de communications paneuropéen à haut débit, appelé GEANT, qui est à la disposition des scientifiques et des étudiants du monde entier.

La Commission soutient aujourd’hui déjà, l’interconnexion de ce réseau avec beaucoup de régions du monde, y compris celles en Afrique du Nord, en Afrique du Sud, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Asie. D’autres interconnexions sont en développement pour que les échanges puissent être universels.

L’Europe a ouvert son aide au développement technologique et va encore sensiblement renforcer cette politique comme souligné dans la Nouvelle stratégie pour l’Afrique adoptée récemment par la Commission européenne.

Naturellement, chaque pays, chaque région a ses propres caractéristiques. L’Union a une connaissance profonde de la diversité et elle est prête à partager celle-ci pour aider la communauté internationale.

La gouvernance de l’Internet : vers une coopération internationale à pied d’égalité

Concernant la gouvernance de l’Internet, l’Union a plaidé pour une approche équilibrée et inclusive qui prenne en compte l’importance économique et sociale de l’Internet.

Les résultats du Sommet consacrent, au niveau mondial, un accord qui couvre des aspects essentiels comme la liberté d’expression et d’accès, la sécurité et la lutte contre le spam.

Pour ce qui est des fonctions centrales de l’Internet, dans la logique des propositions que l’Europe a faites en parlant d’une seule voix au nom des 25 Etats membres, nous avons deux enceintes et deux processus : d’une part, le Forum sur la gouvernance de l’Internet, déjà connu sous son sigle IGF, d’autre part, le processus organisant la coopération renforcée entre gouvernements sur les principes politiques en matière de gouvernance de l’Internet. Nous nous réjouissons de cette avancée et nous continuerons à contribuer à la mise en œuvre de ce processus pour qu’il aboutisse dans les délais prévus.

Permettez-moi de partager avec vous ma conviction que le succès de ce Sommet sera une étape importante dans l’effort vers une société de l’information globale ouverte à tous, dans laquelle les citoyens du monde pourront réaliser leur potentiel et partager leurs rêves.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website