Navigation path

Left navigation

Additional tools

Viviane Reding
Membre de la Commission
chargé de la société de l’information et des médias
Mieux légiférer au service du secteur européen des médias: l’approche de la Commission
Conférence sur l’audiovisuel – Entre culture et commerce
Liverpool, 22 septembre 2005

European Commission - SPEECH/05/532   22/09/2005

Other available languages: EN DE

SPEECH/05/532












Viviane Reding

Membre de la Commission
chargé de la société de l’information et des médias



Mieux légiférer au service du secteur européen des médias: l’approche de la Commission




















Conférence sur l’audiovisuel – Entre culture et commerce
Liverpool, 22 septembre 2005

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureuse d’avoir reçu le retour d’information des groupes de travail qui se sont réunis hier et d’avoir pu écouter ce matin leurs rapporteurs. Je tiens à remercier la présidence, et en particulier M. James Purnell, secrétaire d’État chargé des médias et du tourisme et Mme Tessa Jowell, ministre de la culture, des médias et des sports. J’exprime aussi mes remerciements aux députés du Parlement européen qui ont contribué à cette conférence – certains en qualité de rapporteurs – et qui, depuis des années, m’apportent leur soutien en matière de politique audiovisuelle.

La Commission a reçu et étudié les nombreuses contributions relatives aux documents de synthèse et ces deux jours de débats riches et intenses nous ont permis d’étoffer notre réflexion collective d’un certain nombre d’éléments essentiels. C’est l’aboutissement d’un processus de consultation particulièrement poussé que nous avons lancé en 2003. Cette consultation a suscité un large débat et je m’en réjouis. Il a donné lieu à un grand nombre de déclarations passionnées, parfois largement inspirées de considérations très éloignées de la réalité.

Je leur ai toujours prêté une oreille attentive – parfois avec une pointe d’amusement. Aujourd’hui, l’heure n’est plus à l’écoute, mais à l’action, sur des textes à visée concrète. Pour l’instant, rien n’a encore été décidé. Mais des projets de décisions seront élaborés dans les semaines qui viennent, pour être soumis en fin d’année au Parlement européen et au Conseil. Vous pouvez donc vous accorder un peu de détente et rassembler vos forces pour ce nouveau débat, centré sur des textes concrets et non plus sur des hypothèses.

La Commission européenne emmenée par le Président Barroso focalise ses efforts sur les manières de mieux légiférer. Cela implique d’évaluer soigneusement l’impact politique et économique des grands projets, d’analyser point par point la conformité des propositions au regard de la stratégie de Lisbonne et d’élaguer la législation de tout ce qui est inutile, obsolète ou en contradiction avec nos objectifs en matière d’emploi et de compétitivité. C’est un domaine où la corégulation et l’autorégulation sont appelées à jouer un rôle particulièrement important.

La modernisation du cadre juridique des services audiovisuels dans le marché unique fait partie intégrante de notre engagement à mieux légiférer. Parallèlement, elle contribue à la mise en œuvre de l’agenda de Lisbonne et constitue tout à la fois une composante essentielle de la nouvelle stratégie politique «i2010» adoptée par la Commission en juin.

L’image en général, et particulièrement l’image animée assortie d’un contenu sonore, agit très directement sur la façon de penser des gens, sur leurs actions et sur leurs décisions. L’importance de la télévision et des œuvres audiovisuelles dans nos économies et dans nos sociétés, associée à la nécessité d’assurer la libre circulation des services correspondants en Europe, a conduit à l’adoption, en 1989, de règles spécifiques concernant la télévision, rassemblées dans la directive «Télévision sans frontières».

Le monde de l’audiovisuel a bien changé depuis, et ce n’est qu’un début. La diffusion sur plateformes mobiles est une des dernières avancées en date, et c’est pourquoi nous devons adapter notre réglementation sur les contenus audiovisuels, de manière à ce qu’elle continue à répondre aux besoins de la société, soutienne le développement du secteur de la création et contribue ainsi à la diversité culturelle.

Je suis déterminée à trouver le meilleur équilibre possible, et à long terme, entre, d’une part, la volonté de n’imposer aux entreprises que des contraintes légères, dans le but de doper la compétitivité de l’Europe et de stimuler l’offre de services transfrontalière, et, d’autre part, la poursuite d’objectifs consensuels de politique générale que sont, par exemple, la protection des mineurs ou la lutte contre la haine raciale.

J’ai entendu dire, ici ou là, que Bruxelles avait l’intention de réglementer l’internet et d’introduire une nouvelle couche de bureaucratie. Sincèrement, cela n’a aucun sens. Cette idée saugrenue n’a même pas effleuré la Commission! Permettez-moi tout de même de vous poser quelques questions. Qui dans cette salle est favorable à la pédopornographie dans les nouveaux médias? Qui d’entre vous défend la liberté d’inciter à la haine raciale dans les nouveaux médias? S’il y a ici, dans cette salle, un fournisseur de services qui estime que pareils abus relèvent du commerce ordinaire, eh bien qu’il se lève et qu’il prenne la parole!

Il est du devoir de la Commission de proposer un cadre permettant de protéger en la matière des valeurs européennes communes. Mais je n’ai pas la moindre intention de «réglementer l’internet»!

Il est d’abord et surtout dans l’intérêt de nos entreprises, industrielles et de services, de disposer d’un ensemble de règles claires applicables à l’échelle de toute l’Europe. L’autre cas de figure est un kaléidoscope de règles et de jurisprudences nationales contradictoires qui ne ferait que compliquer à l’envi les prestations transfrontalières de services, au détriment tant de leurs fournisseurs que de leurs utilisateurs. C’est pourquoi j’ai à cœur de mieux légiférer. Il s’agit dans mon esprit de remplacer 25 régimes réglementaires distincts par un seul et même cadre de base. Cela est essentiel au bon fonctionnement du principe du pays d’origine, qui constitue à mes yeux la pierre angulaire de la politique audiovisuelle européenne. C’est aussi, de toute évidence, une assurance de sécurité juridique et un moyen d’offrir aux entreprises du secteur des possibilités d’étendre leur offre de services au-delà des frontières et de concevoir de nouvelles stratégies commerciales. Il s’agit donc de faire sauter des obstacles et de restreindre le corpus réglementaire, pas l’inverse!

Comprenez bien: j’ai la conviction qu’il faut donner aux marchés émergents et aux nouveaux services la plus vaste liberté de développement possible. C’est pourquoi, par exemple, j’ai persuadé les régulateurs nationaux des télécommunications d’avoir la main légère en matière de téléphonie via internet. Pour les nouveaux services de contenu audiovisuel, cette politique de souplesse doit aussi être la règle. Et cela marche! Il suffit de voir, ici au Royaume-Uni, comment sont traitées ces questions : c’est l’«Association on Television on-demand» (ATVOD) qui est chargée d’autoréguler les services de vidéo à la carte.

Madame la Ministre, Mesdames et Messieurs,

Je vois trois grandes directions possibles pour l’avenir du cadre juridique applicable au contenu audiovisuel. La première est de ne rien changer, c’est-à-dire de considérer que les règles adoptées pour le paysage audiovisuel de 1989 resteront valables pour l’univers de convergence qui constituera le paysage audiovisuel de 2010. La deuxième est de procéder à un toilettage de la directive de 1989, comme nous l’avons fait en 1997. La troisième possibilité est de proposer une nouvelle directive, pour aller de l’avant et répondre, dans un proche avenir, aux besoins tant des entreprises que des consommateurs. Cette nouvelle directive sur les contenus audiovisuels:

1/ réaffirmerait les valeurs que nous partageons en tant qu’Européens;

2/ instaurerait une politique de souplesse en matière de nouveaux services audiovisuels, tout en leur permettant de bénéficier du principe du pays d’origine;

3/ moderniserait et simplifierait les règles applicables à la télédiffusion classique.

Il va de soi qu’une directive ne peut que fixer les grands objectifs et les principes de base. Elle ne se substitue pas au travail de mise en œuvre qui relève des gouvernements et régulateurs nationaux, ni aux initiatives de corégulation et d’autorégulation en partenariat avec les entreprises du secteur et les autres parties concernées. Ce dernier point est très important: il est souhaitable de viser certains objectifs fondamentaux de politique générale, tels que la protection de nos valeurs, mais, en ce qui concerne l’offre de services à la carte, la marche à suivre est d’encourager le secteur à s’impliquer et à prendre ses responsabilités.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais maintenant vous présenter l’analyse et les conclusions que m’ont inspiré les diverses contributions reçues par la Commission sur certaines des questions en jeu et notamment le champ d’application de la directive, les règles en matière de publicité et les valeurs.

Je commencerai par quelques remarques sur le champ d’application du futur cadre juridique applicable aux services audiovisuels. J’ai l’impression qu’une quasi-unanimité se dégage sur le fait qu’il revient au législateur européen de veiller à ce que les plateformes fournissant un même type de contenu audiovisuel opèrent sur un terrain d’égalité. Quoi qu’il en soit, les mutations technologiques et la convergence génèrent une multiplication de l’offre de services. Il est donc nécessaire de mettre en place une politique réglementaire qui soit technologiquement neutre, en tenant compte du degré de choix et de contrôle dont dispose le consommateur. C’est pourquoi nous établissons une nette distinction entre les services linéaires et ceux qui ne le sont pas. Je me réjouis de constater que vous êtes nombreux à soutenir cette approche. Bien entendu, nous devons encore la mettre à l’épreuve d’une réalité qui est celle d’un marché complexe et particulièrement mouvant, tout en affinant les définitions juridiques sur la base des discussions que nous avons eues ici à Liverpool.

Les documents de réflexion sur la publicité traitaient de différentes questions et je me limiterai à celles qui sont tout particulièrement d’actualité. Le sujet du placement de produits est source de grandes controverses. Je suis d’avis qu’il faut agir en toute honnêteté vis-à-vis du consommateur. Le placement de produits est une réalité, mais il ne fait l’objet d’aucune réglementation précise. Le consommateur doit avoir le droit de savoir quel type de contenu il reçoit. Nous devons donc chercher à accroître le niveau d’information du consommateur, sans oublier que le placement de produits est une technique publicitaire et qu’à ce titre, il ne doit pas interférer avec l’indépendance rédactionnelle. En outre, l’introduction d’une réglementation précise en matière de placement de produits permettrait de générer de nouveaux revenus pour le secteur audiovisuel européen, de doper notre économie de la création et, par là même, de renforcer notre diversité culturelle.

Toujours à propos de publicité, je tiens à souligner encore que c’est un domaine dans lequel la corégulation et l’autorégulation ont énormément progressé dans de nombreux États membres de l’Union européenne. Voyez par exemple la charte mise en place par l’Alliance européenne pour l’éthique en publicité.

De mon point de vue, la responsabilisation croissante du secteur pourrait en fait ouvrir la voie à une dérégulation dans le domaine de la publicité. On pourrait, par exemple, assouplir les règles régissant l’insertion de publicité et les limites quotidiennes en la matière. Je note que les États membres qui ont exprimé leur point de vue sur les documents de réflexion jugent nécessaire à cet égard d’accorder plus de liberté aux diffuseurs.

Pour ce qui est de la protection des mineurs et de l’incitation à la haine, il semble que le dispositif actuellement prévu par la directive sur la télévision sans frontières jouisse d’un large consensus. Les États membres, les diffuseurs appartenant au service public, les organisations religieuses, les associations de consommateurs et les associations d’auditeurs et de téléspectateurs sont tous d’avis que les valeurs en question doivent de toute évidence s’appliquer aussi aux services non linéaires, et pas seulement à la télévision traditionnelle. Cela n’empêcherait pas les États membres, au cas où une nouvelle directive serait adoptée, de s’engager dans une démarche de corégulation.

Le dernier point, et non des moindres, est la question de la diversité culturelle. Vous savez l’importance que j’attache personnellement à la promotion de la diversité culturelle. De fait, dans mes fonctions précédentes, j’ai lancé le processus qui a permis d’élaborer une position européenne commune sur la convention de l’UNESCO pour la diversité culturelle, qui a toutes les chances d’être adoptée le mois prochain. En ce qui concerne la directive, l’avis général est que les règles en vigueur ont établi un cadre souple et stable pour la promotion de la production européenne et de la production indépendante. Ces règles sont l’expression d’un compromis issu de négociations longues et difficiles qui reflète les intérêts de toutes les parties concernées: ceux des fournisseurs de contenu, mais aussi ceux du secteur de la diffusion et, par dessus tout, ceux des auditeurs et des téléspectateurs, qui dépendent (au moins dans le cas des environnements linéaires) d’une offre de programmes diversifiée et de grande qualité.

L’attitude à adopter dans le cas des environnements non linéaires est plus problématique. Je crois pouvoir dire que nous sommes tous d’accord sur l’objectif, un secteur européen de la production audiovisuelle qui soit dynamique et représentatif de la diversité de nos cultures, mais il est clair qu’un régime de quotas des temps de diffusion tel que celui prévu par l’article 4 est définitivement exclu. D’un autre côté, il est bien évident que la directive doit permettre la libre circulation complète des services non linéaires dans le marché unique et donc prévoir des dispositions à cet effet.

Mesdames, Messieurs,

Je suis vivement reconnaissante des contributions que vous nous avez apportées, tant par écrit qu’à l’occasion de cette conférence. Je vais maintenant faire part des résultats de la conférence à mes collègues membres de la Commission et nous ferons connaître nos conclusions dans les tout prochains mois. Si nous voulons réussir à définir le cadre juridique dont nous avons besoin pour nos entreprises et nos citoyens, si nous voulons réussir à doper l’économie européenne de la création, il faudra que les États membres, les entreprises et les autres parties concernées acceptent de prendre le parti du réalisme et d’aller vers un compromis.

Dans tous les cas, soyez assurés que le futur cadre juridique sera un instrument souple, issu du meilleur équilibre possible entre la nécessité de donner la plus grande liberté à nos entreprises, pour leur permettre de profiter pleinement du marché unique, et celle de poser des principes d’intérêt général.

Soyez assurés qu’il aura pour objectif d’accroître la sécurité juridique et la compétitivité dont bénéficient nos secteurs des télécommunications et de l’audiovisuel. Soyez assurés qu’il aura aussi pour objectif de mettre en place les conditions d’une large diffusion d’un riche contenu numérique, reflétant notre diversité culturelle, et ce sur de nombreuses plateformes. Soyez assurés, enfin, que ce futur cadre juridique contribuera à propulser l’Europe au premier rang mondial de ce secteur essentiel de la culture et des échanges commerciaux.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website