Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

SPEECH/05/413












José Manuel Barroso

President of the European Commission




"From Schuman to Sirte : a tale of two unions"






















Opening session of the African Union Assembly
Sirte, Libya, 4 July 2005

Your Excellency, your excellencies,

Ladies and gentlemen,

É para mim um grande privilégio participar na sessão de abertura desta Assembleia da União Africana. É com muito gosto

que estou de volta ao vosso continente pela segunda vez no espaço de uma semana, já que acabo de visitar a África do Sul, Moçambique e a República Democrática do Congo.

Let me start with an affirmation about the organisation of a continent.

The contribution which an organized and living Africa can bring to civilization is indispensable to the maintenance of peaceful relations...Africa will not be made all at once, or according to a single plan. It will be built through concrete achievements which first create a de facto solidarity.

If this sounds vaguely familiar to you, you shouldn’t be surprised. Replace ‘Africa’ with ‘Europe’, and you have the famous Schuman Declaration of 9 May 1950. This set in motion an unprecedented period of integration and co-operation which has delivered 50 years of peace and prosperity on my continent.

I believe what worked for Europe can work for Africa too. Six years ago, here in Sirte, Africa also picked the path of political, economic and cultural integration and co-operation. The African Union and NEPAD gave the continent a new vision, a mission and a strategy. The dynamic and bold performance of the African Union in Sudan or Ivory Coast has impressed the world. The African Peer Review Mechanism is proving to be both a just and effective tool for the self-monitoring of Africans by Africans.

Today Africa looks into the future with more confidence and optimism than ever before. Because it has endowed itself with a mission and a vision that will guide it into a more peaceful, safe, and prosperous 21st century. Because there is a new leadership, committed to integration, democracy and development. Because united, Africa stands stronger.

Is it unrealistic to draw parallels between Europe’s experience and Africa’s potential? I don’t think so. Let’s not forget the scale of the problem in Europe in the years running up to the Schuman Declaration. Sixty or seventy years ago, battles were being fought across the continent which killed millions of Europeans. Attempted genocide lead to the horrors of the Holocaust, a mass murder of Europeans by Europeans.

Turn the clock forward. Thirty-five years ago, dictatorships were still ruling many European countries, including my own. Just over thirty years ago I did not yet have the right to vote in free and fair elections. And it wasn’t until 15 years ago that countries in Central and Eastern Europe recovered their freedom. Yesterday was the tenth anniversary of the massacres of Srebrenica. . So when I say the path of regional integration has brought us peace, stability and prosperity, I am not talking about ancient history.

Your Excellencies,

Ladies and gentlemen,

Regional integration has transformed - is transforming - the face of both Africa and Europe. But it has also altered our relationship. Today, we can, we must, do more to put in place a new and solid political partnership between an enlarged Europe and a re-emerging Africa. Today, in this city which has come to symbolize the ideal of African unity, I call on you to elaborate with your European partners on the other side of the Mediterranean an ambitious Euro-Africa Pact.

A Pact that should reassess the principles and values that govern our relationship. Equality, true ownership and dialogue should replace guilt or charity as the determining features of our partnership.

It is not by chance that I mention equality first. The emergence of the African Union and the consolidation of European integration represent a unique opportunity to break with neo-colonial and paternalist reflexes and look forward with a relationship which reflects the true spirit and potential of Europeans or Africans.

Europe has much more to offer than development assistance. Europe has a unique track record of integration, of dialogue, and of building supra-national political institutions, even if progress is sometimes slow and never easy.

In addition to equality, this pact between Europe and Africa also needs to be informed by true ownership. We say the word ‘ownership’ so often that it has turned into a bureaucratic term emptied of its original meaning. So let me say what I mean by ownership; ownership means the acknowledgement that each person, society, country or group of countries has the right, and the duty, to take command of its own destiny.

This means for example that Africa has the duty to assume responsibility for tackling its own conflicts, as it is now doing. As I said earlier, the performance of the African Union in Sudan and Ivory Coast has impressed the world. The African Union Mission in Sudan has confronted this complex conflict with courage and perseverance. Europe has responded to your appeal with the same sense of responsibility, and with the €250 million Peace Facility for Africa, to give the necessary financial muscle to support your determination.

The third central pillar of this new pact is dialogue. I strongly believe in the need for permanent political dialogue with Africa. A frank, but always constructive dialogue, based on respect and mutual interest, characterised by openness and honesty.

Of course it is not for Europeans to lecture Africa. History creates sensitivities. But the principles of human rights and good governance are not European exports. They are universal, for Africans, Asians, Europeans. And what is universal must be defended universally, by all of us here.

Europe can, I hope, help Africans to help themselves. This is the key reason why the growth and early achievements of the African Union are so encouraging. But setting up institutions is the easy part. You are now at a critical juncture. The whole world, which has watched your achievements with wonder and admiration, is now holding its breath, willing you to succeed. The Strategic Framework, prioritised, budgeted and adopted last December, needs to be implemented. Promises on democracy, good governance and development need to be followed through.

Permettez-moi de vous donner trois exemples de domaines dans lesquels j’ai le sentiment que l’on pourrait faire plus si l’Europe et l’Afrique travaillaient ensemble.

Premièrement, la gouvernance. Ces dernières années, l’Afrique s’est résolument engagée dans la voie de la démocratie. Au cours des cinq dernières années, plus des deux tiers des pays de l’Afrique subsaharienne ont eu des élections multipartites qui, dans un certain nombre de cas, ont conduit à des changements de gouvernement démocratiques et pacifiques. Et il y a plus. Avec le mécanisme africain d'évaluation par les pairs, l’Afrique dispose maintenant d’un instrument unique et innovateur. Vingt-trois pays, représentant 75% de la population de l’Afrique subsaharienne, y ont maintenant adhéré. La Commission européenne offre son soutien inconditionnel à cet effort, et elle apportera les moyens financiers nécessaires pour vous aider à mettre en œuvre les recommandations dudit mécanisme.

Deuxièmement, l’interconnexion. Il ne peut y avoir d’intégration économique sans interconnexion physique. Il faut une approche plus ambitieuse et à plus long terme : il faut un solide partenariat euro-africain pour les infrastructures. Je puis donc vous annoncer aujourd’hui que la Commission européenne proposera la création d’un plan pluriannuel complet pour les infrastructures en Afrique. Nous en parlerons avec l’Union africaine et d’autres organisations subrégionales pour définir leurs préférences. Mais il sera fondé sur des réseaux trans-africains ambitieux. Il devrait couvrir les routes, les chemins de fer, les aéroports, l’énergie et l’eau ainsi que les technologies de l’information et des communications. Il s’agit là d’un partenariat qui peut donner un élan décisif à l’Afrique et à son intégration; qui peut aider ses économies à combler leur retard en ce début du 21e siècle.

Troisièmement, le commerce. La part de l’Afrique subsaharienne dans le commerce mondial a connu un déclin constant. De 6 pour cent en 1980, elle est tombée à 2 pour cent en 2002. Pour chaque dollar d’aide reçu, la moitié a été perdue en raison de la détérioration des termes de l’échange. Si l’Afrique subsaharienne pouvait regagner juste 1 pour cent de plus du commerce mondial, elle gagnerait 70 milliards d’euros de plus en exportations. Cela représente presque cinq fois ce que la région reçoit en aide étrangère et en allégement de sa dette.

Il y a quelques années seulement, certains pays en développement – en Asie, par exemple – éprouvaient autant de difficultés que certains des pays les plus pauvres d’Afrique n’en éprouvent aujourd’hui. Ils ont cependant trouvé le chemin de la croissance et sont aujourd’hui des concurrents efficaces sur le marché mondial. Leurs populations connaissent un accroissement sans précédent de leur niveau de vie.

L’Afrique, avec la richesse de ses ressources naturelles et humaines, est prête à décoller pour peu qu’elle bénéficie d’une aide extérieure suffisante. L’Europe est à vos côtés, par le biais d’accès à nos marchés sans tarifs ni quota, par une notre aide au commerce et par les accords de partenariat économique, qui constituent le processus commercial le plus ambitieux, le plus vaste et le plus orienté vers le développement jamais négocié entre le Nord et le Sud. A ce propos, vous pouvez compter sur la disponibilité et l’engagement de la Commission europeénne pour mettre en œuvre avec les pays concernés un programme ambitieux permettant de créer les conditions de réussite de ce processus. Les Commissaires responsables pour le Développement et pour le Commerce travaillent déjà ensemble pour en optimiser les effets.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, 40 pour cent de tous les Africains vivent avec moins d’un dollar par jour. Trois malades qui meurent du sida sur quatre sont des Africains, souvent des adultes économiquement actifs qu’aucun pays ne peut se permettre de perdre.

Il ne peut donc y avoir de pacte euro-africain crédible et durable sans accroissement de la solidarité financière entre nos deux continents.

Aujourd’hui, l’Europe est le plus grand donneur d’aide au monde ; elle fournit 55% de l’ensemble de l’aide au développement outre-mer.

Mais il en faut encore davantage.

Et il y a plus. Les dirigeants européens ont accepté il y a quinze jours une proposition de la Commission européenne visant à permettre à l’Europe de doubler son aide. Ils sont convenus d’un nouvel objectif collectif de l’UE permettant une majoration annuelle de l’aide de 20 milliards d’euros d’ici 2010 et de 45 milliards d’euros d’ici 2015. En tant qu’Européen, je suis fier de ce résultat et j’y vois un exemple donné au monde. J’irai au G8 à Gleneagles dans 2 jours et au Sommet des Nations Unies à New York en septembre, afin d’encourager les autres pays riches du monde à égaler notre initiative.

L’augmentation de l’aide au développement doit aller de pair avec le placement de l’Afrique au premier rang des priorités. La Commission européenne a fait valoir avec force que l’Afrique mérite une attention toute particulière. Les dirigeants européens ont décidé d’investir au moins 50 pour cent de cette aide accrue au continent africain. Pour faire en sorte que les populations de l’Afrique retirent un bénéfice maximum de ce financement supplémentaire, toutes les mesures prises pour améliorer la cohérence des politiques et la qualité de l’aide s’appliqueront en priorité à l’Afrique sub-saharienne.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

J’ai dit dès le début de mon mandat que l’Afrique devait être au premier rang des préoccupations de l’actuelle Commission européenne. Le Commissaire Louis Michel élabore actuellement un ensemble de propositions qui devront être adoptées en automne. Cette Stratégie de l’Union européenne pour l’Afrique sera globale et à long terme et devrait aider l’Afrique à atteindre les objectifs de développement du millénaire en 2015 et au-delà. Nous vous soumettrons ces propositions, en votre qualité de dirigeants de l’Afrique, en tant que cadre de réflexion et de débat. En fait, l’Union africaine, le NEPAD et les organisations sub-régionales devraient être associés à ce processus et seront dûment consultés.

À la suite de cette proposition, nos deux continents devraient se rencontrer pour élaborer un nouveau pacte euro-africain. Un pacte capable de canaliser l’énergie positive qui s’exprime actuellement dans toute l’Afrique par des réalisations politiques concrètes. Un pacte qui puisse mettre à profit notre expérience, un pacte qui fera en sorte que le partenariat entre l’Afrique et l’Europe, entre le Sud et le Nord, devienne une coalition solide pour un monde multilatéral plus fort et plus stable.

Cinq ans après le Sommet du Caire, le moment est venu de transformer notre dialogue en action. Nous devons oeuvrer ensemble pour sortir de l’impasse actuelle et permettre la tenue du Sommet de Lisbonne. Les enjeux sont élevés et un Sommet de Lisbonne couronné de succès sera un moment de grande valeur symbolique. Un moment où nous confirmerons le partenariat toujours plus étroit entre nos deux continents – en fait, entre nos deux Unions. Un moment où nous conclurons un nouvel et ambitieux pacte euro-africain.

L’Afrique et l’Europe sont des continents voisins, qui ne sont éloignés que de quelques kilomètres. Grâce à l’Union africaine, nous partageons désormais la même certitude d’un devoir commun d’assurer la paix, la sécurité et la prospérité pour nous-mêmes et pour autrui.

La longue route vers le développement social, politique et économique durable de l’Afrique est une route que l’Afrique et l’Union européenne doivent parcourir ensemble. Je me réjouis de penser qu’un jour viendra où tous les Africains commémoreront la Déclaration de Sirte de 1999 de la même façon que les Européens commémorent la Déclaration Schuman de 1950 – comme le début d’une transformation qui a converti pauvreté et souffrance en prospérité et fierté, l'espoir en réalité.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website