Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

   Les  Gouvernements  des Etats membres et la  Commission  des  Communautés
   européennes étaient représentés comme suit :

   Pour la Belgique :
   M. Michel LEBRUN            Ministre  de  l'Education  de  la  Communauté
                               française
   Pour le Danemark :
   M. Ole VIG JENSEN           Ministre de l'Education

   Pour l'Allemagne :
   M. F. SCHAUMANN             Secrétaire   d'Etat  à  l'Education  et   aux
                               Sciences
   M. Dieter BREITENBACH       Ministre  des  Sciences et de la  Culture  du
                               Saarland
   Pour la Grèce :
   M. Dimitrios FATOUROS       Ministre  de  l'Education  nationale  et  des
                               Cultes
   Mme E. STEFANOU             Secrétaire d'Etat à l'Education nationale  et
                               aux Cultes

   Pour l'Espagne :
   M. Gustavo SUÁREZ           Ministre de l'Education et des Sciences

   Pour la France :
   M. François BAYROU          Ministre de l'Education nationale

   Pour l'Irlande :
   M. John F. COGAN            Représentant permanent adjoint

   Pour l'Italie :
   M. Stefano PODESTA          Ministre de l'Université
   M. Francesco D'ONOFRIO      Ministre de l'Enseignement

   Pour le Luxembourg :
   M. Marc FISCHBACH           Ministre de l'Education nationale

   Pour les Pays-Bas
   M. A. OOSTRA                Représentant permanent adjoint

   Pour le Portugal :
   Mme Manuela FERREIRA LEITE  Ministre de l'Education

   Pour le Royaume-Uni :
   M. Eric FORTH               Secrétaire d'Etat à l'Education

                                     - - -

   Pour la Commission :
   M. Antonio RUBERTI          Membre

   SOCRATES

   Le  Conseil  a  dégagé un accord sur la position  commune  concernant  le
   programme SOCRATES. Cette position commune sera adoptée formellement lors
   d'une de ses prochaines sessions, après mise au point linguistique.  Elle
   sera ensuite transmise au Parlement dans le cadre de la procédure de  co-
   décision (article 189B du traité).

   Le  programme  SOCRATES, d'une durée de 5 ans (1.01.1995  -  31.12.1999),
   vise  principalement  à contribuer au développement  d'une  éducation  de
   qualité et d'un espace européen ouvert de coopération en éducation.  Dans
   cet esprit le programme appuiera et complétera l'action des Etats membres
   tout en respectant leur responsabilité pour le contenu de  l'enseignement
   et   l'organisation  du  système  éducatif,  ainsi  que  leur   diversité
   culturelle et linguistique.

   Sur  la  base  de la position commune, le  programme  comprendrait  trois
   domaines d'action communautaire:

   Chapitre   I       -Enseignement supérieur (ERASMUS)
   Chapitre  II       -Enseignement scolaire (COMENIUS)
   Chapitre III       -Activités transversales dans les domaines de:
                      -        Compétences linguistiques dans la Communauté
                               (LINGUA)
                      -        L'éducation ouverte et à distance;
                      -        Echanges d'information et d'expériences (y
                               compris EURYDICE et ARION).

   Les objectifs spécifiques seraient les suivants:

   -  développer la dimension européenne dans les études afin de
      consolider l'esprit de citoyenneté européenne;

   -  promouvoir une amélioration quantitative et qualitative de
      la connaissance des langues de l'Union;

   -  promouvoir la coopération des établissements d'enseignement
      dans les Etats membres;

   -  encourager la mobilité des enseignants et des étudiants;

   -  encourager des rapports entre les élèves au niveau de
      l'Union;

   -  encourager la reconnaissance académique des diplômes et
      d'autres qualifications;

   -  encourager l'éducation ouverte et à distance;

   -  promouvoir les échanges d'informations et d'expériences.

   Le  Conseil  est  convenu  de prévoir  760  mécus  comme  montant  estimé
   nécessaire pour la mise en oeuvre de ce programme. Au plus tard trois ans
   après le démarrage du programme, le Conseil procéderait à une  évaluation
   des  résultats atteints par le programme. A cet effet, la Commission  lui
   soumettrait  un  rapport,  accompagné  des  propositions  qu'elle  jugera
   appropriées, y compris quant aux moyens financiers impartis au  programme
   et  à  leur  ventilation sur lesquelles le Conseil  statuerait  dans  les
   meilleurs délais.

   En  ce  qui  concerne la ventilation par chapitre,  la  position  commune
   prévoit que pour les actions du chapitre I soit prévu un minimum de  55 %
   du  montant global, pour celles du chapitre II un minimum  de  10 %,  et,
   enfin, pour celles du chapitre III un minimum de 25 % du montant global.

   Le comité qui assistera la Commission dans la mise en oeuvre du programme
   aurait un caractère mixte, à savoir "de gestion" pour les questions  plus
   importantes et "consultatif" pour les autres questions. Il y aurait  deux
   sous-comités,  un  pour  l'enseignement  supérieur,  et  un  autre   pour
   l'enseignement scolaire.

   ASPECTS CULTURELS ET ARTISTIQUES DE L'EDUCATION

   Le  Conseil  a  adopté  des conclusions  sur  les  aspects  culturels  et
   artistiques de l'éducation (voir annexe).

   SCOLARISATION DES ENFANTS DE MIGRANTS DANS L'UNION EUROPEENNE

   Le Conseil a pris acte d'une note de la Présidence qui :

   -  rappelle que la scolarisation des enfants de travailleurs
      migrants constitue un des grands défis pour l'Union européenne ;

   -  confirme sa conviction qu'une éducation de qualité pour tous
      les élèves constitue la clef de tout effort visant à
      promouvoir la tolérance, le respect et la compréhension mutuels ;

   -  souligne qu'il importe de poursuivre les efforts en faveur
      de l'intégration et de la réussite scolaires des enfants et
      jeunes issus de l'immigration ;

   -  souligne la nécessité de poursuivre l'éducation
      interculturelle, en vue de favoriser la compréhension
      mutuelle entre tous les élèves, quelles que soient leurs
      origines sociales, culturelles ou linguistiques.

   PROGRAMME-CADRE SUR LA RECHERCHE

   M. RUBERTI a fait une communication orale au sujet du programme-cadre sur
   la  recherche  et  ses  liens avec le domaine de  l'éducation  et  de  la
   formation.

   Le  Conseil  est  convenu  d'en discuter lors  de  sa  prochaine  session
   informelle prévue au mois de juillet.

   SIGNATURE DE LA CONVENTION PORTANT STATUT DES ECOLES EUROPEENNES

   En marge de la session du Conseil, la signature de la Convention  portant
   statut  des  écoles européennes a eu lieu. Cette  Convention  entrera  en
   vigueur après ratification par les Etats membres.

                                     - - -

                                                                  ANNEXE

   LES ASPECTS CULTURELS ET ARTISTIQUES DE L'EDUCATION -
   CONCLUSIONS DU CONSEIL

   Les  ministres  de  l'Education  se  félicitent  de  l'initiative  de  la
   présidence, qui a soumis à leur attention, et à celle des ministres de la
   Culture, la question des aspects culturels et artistiques de l'éducation.
   Ils  prennent  note  avec intérêt des  résultats  du  séminaire  organisé
   conjointement  sur  ce  thème  par la  présidence  et  la  Commission  en
   avril 1994.

   L'initiative de la présidence est opportune puisque le traité sur l'Union
   européenne qui a été ratifié récemment encourage la coopération entre les
   Etats membres dans les domaines de l'éducation et de la culture et, en ce
   qui  concerne le premier de ces domaines, met l'accent sur une  éducation
   de qualité.

   Une éducation de qualité requiert un apport culturel ; même à une  époque
   où  les  perspectives  d'emploi sont, à juste  titre,  une  préoccupation
   majeure  pour  les écoliers et les étudiants, le rôle de  l'éducation  en
   tant que préparation à la vie dans sa diversité et tremplin pour l'emploi
   va   de  soi.  L'initiation  à  la  culture  et  à  la  création   ou   à
   l'interprétation  d'oeuvres  artistiques peut  contribuer  grandement  au
   développement harmonieux de l'individu au sein de la société.

   A  cet égard, les ministres prennent note avec intérêt  des  "conceptions
   actuelles  en  matière  de  culture et  d'éducation"  présentées  par  la
   présidence, qui sont annexées aux présentes conclusions.

   Au  niveau communautaire, une attention particulière a été accordée à  la
   dimension  européenne dans l'éducation depuis l'adoption  d'un  programme
   d'action  dans le domaine de l'éducation en 1976, que viennent  désormais
   renforcer les dispositions du traité. Il s'agit de contribuer, à l'école
   comme  dans l'enseignement supérieur, à améliorer la connaissance  de  la
   culture  et  de l'histoire des peuples européens. En outre, le  rôle  qui
   revient  à  la  Communauté européenne dans l'éducation  des  enfants  des
   travailleurs migrants constitue un défi particulier en ce qui concerne
   l'étude  des autres cultures. Il est clair que l'ouverture à  la  culture
   des  autres peuples suppose une bonne connaissance de base de la  culture
   de  son  propre  pays  et de sa propre  région,  ainsi  qu'une  prise  de
   conscience des valeurs communes.

   Dans  le  nouveau  programme communautaire  "SOCRATES"  proposé  dans  le
   domaine  de l'éducation, une importance particulière peut  être  accordée
   aux  aspects  culturels  et artistiques de  l'éducation.  Il  importe  de
   coopérer  avec le Conseil de l'Europe et d'autres organes  européens  qui
   s'intéressent aux aspects culturels de l'éducation.

   Le  Conseil prend note avec intérêt d'une initiative pilote  actuellement
   menée  par  la Commission en vue d'introduire  une  dimension  européenne
   spécifique dans les écoles de niveau post-secondaire dédiées aux arts,  à
   la danse, au théâtre, à l'audiovisuel, au design et à la musique qui,  en
   raison  de  leur  statut, risquent de ne pas être  couvertes  de  manière
   appropriée  par  les programmes existants en matière  d'éducation  et  de
   formation.

   Le Conseil invite la Commission à accorder toute l'importance voulue  aux
   aspects  culturels et artistiques de l'éducation et à encourager la  mise
   en  place  de  projets pilotes novateurs et  les  échanges  d'expériences
   concernant les questions culturelles dans le cadre du programme SOCRATES.
   Il convient de revenir sur le sujet sur la base d'un réexamen qui aura
   lieu dans trois ans.

                                     - - -

   Annexe aux CONCLUSIONS

   Conceptions actuelles en matière d'éducation et de culture
   présentées par la présidence

   Les  notions d'éducation et de culture sont étroitement liées. La  notion
   de culture dans le système d'éducation implique le plaisir dans  l'étude,
   une  approche  pédagogique reposant sur l'exploitation  de  la  curiosité
   naturelle   des  enfants  et  aussi  un  effort  d'amélioration   de   la
   communication à tous les niveaux.

   Les  disciplines  artistiques  ne  sont pas  réservées  à  des  personnes
   particulièrement  douées ; elles peuvent être considérées comme un  moyen
   d'exprimer le besoin profond de relations et d'échanges d'idées.

   Puisqu'il   existe   des  techniques  modernes   permettant   d'assimiler
   rapidement  de grandes quantités d'informations, l'éducation ne doit  pas
   mettre   l'accent   sur  la  quantité  mais  sur  la  qualité,   ni   sur
   l'accumulation de connaissances mais sur l'acquisition de méthodes. A cet
   égard,  l'apport culturel dans l'éducation devrait éveiller l'intérêt  de
   tous les enfants.

   La nécessité d'un tel apport culturel devient impérieuse à une époque  où
   la  télévision règne en maître sur l'information et les loisirs. Il  doit
   être étayé par des méthodes permettant de résister à l'emprise des médias
   et  d'adopter une attitude plus critique à l'égard de leurs messages.  En
   étant sensibilisés aux formes artistiques traditionnelles et familiarisés
   avec  les techniques plus récentes (photographie, enregistrement  sonore,
   cinéma,  radio,  télévision, vidéo, etc.), les jeunes  devraient  pouvoir
   acquérir  une  culture  générale qui les rendra plus  exigeants  et  plus
   critiques.

   Par  ailleurs, la cruauté humaine dans le monde d'aujourd'hui, y  compris
   celle  qui  peut  se  manifester dans  des  sociétés  modernes  hautement
   développées  d'un point de vue technique, a un effet sur les  enfants  et
   exige   que  l'accent  soit  mis  sur  des  types  d'éducation  qui   les
   sensibilisent   aux  problèmes  humanitaires  et   sociaux.   L'éducation
   culturelle  contribue  de  façon essentielle  au  respect  des  minorités
   culturelles et à la reconnaissance de l'existence de différences au  sein
   de la société.

   Un  système  d'éducation qui met l'accent de manière appropriée  sur  les
   aspects  culturels  peut exercer une influence profonde sur  la  société.
   L'éducation culturelle doit s'adresser à tous les enfants, y compris  les
   moins  doués,  les personnes défavorisées ou celles qui ont  des  besoins
   particuliers,  parce  que  l'art  donne  aux  individus  et  aux  peuples
   l'occasion de sonder leur personnalité, de s'exprimer, de communiquer  et
   de créer.

                                     * * *

Side Bar