Navigation path

Left navigation

Additional tools

Bruxelles, le 22 octobre 2012 Déclaration de M. Herman Van Rompuy, Président du Conseil européen, lors de la rencontre avec le Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, M. Augustin Matata Ponyo

European Council - PRES/12/442   22/10/2012

Other available languages: EN

CONSEIL EUROPÉEN
LE PRÉSIDENT

FR

Bruxelles, le 22 octobre 2012

EUCO 197/12

PRESSE 442

PR PCE 168

Déclaration de M. Herman Van Rompuy,
Président du Conseil européen,
lors de la rencontre avec le Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, M. Augustin Matata Ponyo

J'ai eu le plaisir de rencontrer aujourd'hui le Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, pour un échange de vues sur la situation économique, politique et sécuritaire en RDC et dans la région.

L’Union européenne a beaucoup investi dans un avenir démocratique, prospère et stable pour la RDC. L'UE est le premier partenaire du pays et elle pilote deux missions de gestion de crise en RDC, qui accompagnent les autorités dans la réforme de la police et de l’armée.

M. Matata Ponyo m’a informé du programme de réformes de son gouvernement, notamment des priorités en matière de consolidation macro-économique, de climat des affaires et de gouvernance, ainsi que de l’état des préparatifs pour la suite du processus électoral.

Tout en saluant son engagement, j’ai encouragé le Premier Ministre à procéder rapidement aux réformes nécessaires visant à ancrer fermement l’état de droit et la démocratie en RDC, tout particulièrement en matière de réforme du secteur de sécurité et concernant le processus électoral. Il est dans l’intérêt de l’Union européenne d'apporter son soutien à des Etats démocratiques bien gouvernés, qui respectent l'État de droit et les droits de l'homme et agissent pour le bien de la population.

Nous avons également discuté de la situation grave à l'est du pays, en proie aux activités militaires de bandes armées, avec des conséquences tragiques pour la population civile, en particulier les femmes et les enfants. J’ai exprimé ma préoccupation profonde quant au nombre croissant de déplacés et de réfugiés, et assuré que l’Union européenne restera à l'avant-garde des efforts humanitaires.

J'ai profité de cette rencontre pour réitérer la solidarité de l'Union envers la RDC en ce qui concerne le respect de son intégrité territoriale et souligné l’urgence que toute aide, notamment extérieure, au M23 et aux autres groupes armés actifs à l'est du pays, cesse sans délai. Tous les pays de la région doivent condamner les activités militaires des groupes armés. Il en va également de la responsabilité de la RDC de renforcer le consensus de base dans les Kivus et d'affirmer l'état de droit dans ces Provinces.

Enfin, j’ai encouragé au cours de notre discussion le dialogue et la recherche de solutions politiques entre la RDC et ses voisins. Aucune solution politique durable n'est envisageable sans le retour d'une dynamique régionale positive dans les Grands Lacs. Dans ce contexte, j’ai salué les mesures concrètes de confiance tel le Mécanisme de Vérification Conjointe à la frontière entre la RDC et le Rwanda.

C'est par la voie de la détermination nationale et de la coopération régionale et internationale que nous devons retrouver le chemin de la paix durable. L'Union européenne est prête à continuer, en tant que partenaire fiable et en tant qu’amie, à contribuer à ce but commun avec tous les acteurs concernés.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website