Navigation path

Left navigation

Additional tools

CONSEIL DE

L'UNION EUROPÉENNE

FR

Bruxelles, le 12 février 2013

(OR. en)

6326/1/13 REV 1

PRESSE 52

Déclaration de Mme Catherine Ashton, Haute Représentante, au nom de l'Union européenne, sur l'essai nucléaire réalisé par la République populaire démocratique de Corée

L'UE condamne avec la plus grande fermeté le dernier essai nucléaire réalisé aujourd'hui par la RPDC - qui marque une étape supplémentaire dans le programme mené de longue date par celle-ci pour se doter d'une capacité d'armement nucléaire - et exhorte cet État à s'abstenir de tout autre geste provocateur.

Cet essai nucléaire constitue une nouvelle atteinte flagrante au régime international de non­prolifération nucléaire et une violation manifeste des obligations internationales incombant à la RPDC en vertu notamment des résolutions 1718, 1874 et 2087 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui lui imposent de s'abstenir de produire ou tester des armes nucléaires.

En tant que tel, cet essai constitue une grave menace pour une paix durable dans la péninsule coréenne, ainsi que pour la sécurité et la stabilité régionales et internationales en Asie du Nord-Est. Dans la résolution 2087 qu'il a adoptée à l'unanimité le mois dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a affirmé une nouvelle fois que la communauté internationale était résolue à prendre des mesures importantes en cas de nouvel essai nucléaire, ce qui isolerait encore davantage la RPDC. L'UE reste saisie de la question et s'emploiera avec ses principaux partenaires et l'ensemble de la communauté internationale à mettre au point une réaction ferme et unifiée afin de montrer à la RPDC que ses violations répétées des résolutions du Conseil de sécurité ne sont pas sans conséquence. Nous pressons à nouveau la RPDC de renoncer à son programme d'armement nucléaire, y compris son programme d'enrichissement d'uranium, de façon intégrale, vérifiable et irréversible.

L'UE engage vivement la RPDC à nouer avec la communauté internationale, y compris dans le cadre des pourparlers à six, un dialogue qui soit susceptible de favoriser la stabilité régionale.

La Croatie*, pays en voie d'adhésion, la Turquie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, l'Islande+ et la Serbie*, pays candidats, l'Albanie, pays du processus de stabilisation et d'association et candidat potentiel, et le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine, la République de Moldavie, l'Arménie et la Géorgie, se rallient à la présente déclaration.

* La Croatie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Serbie continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.

+ L'Islande continue à être membre de l'AELE et de l'Espace économique européen.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website