Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Bruxelles, le 25 novembre 2012 Déclaration de la haute représentante, Mme Catherine Ashton, au nom de l'Union européenne, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2012

Conseil de l'Europe - PESC/12/491   25/11/2012

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO GA

UNION EUROPÉENNE

FR

Bruxelles, le 25 novembre 2012

16771/1/12 REV 1

PRESSE 491

Déclaration de la haute représentante, Mme Catherine Ashton, au nom de l'Union européenne, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2012

Chaque jour, des femmes de tous horizons sont victimes d'actes de violence et de pratiques abusives. Dans le monde, sept femmes sur dix auraient subi des violences physiques au moins une fois dans leur vie. La violence ne connaît aucune barrière géographique, culturelle, sociale, économique ni éducative. C'est un phénomène qui touche toutes les sociétés et revêt les formes les plus horribles, allant du harcèlement sexuel aux mutilations génitales féminines, en passant par le mariage forcé et les crimes d'honneur. La violence faite aux femmes est sans doute la violation des droits de l'homme la plus répandue à l'heure actuelle. Une violation qui fait des millions de victimes chaque année et est à l'origine d'une terrible douleur physique et émotionnelle.

Nous ne devons pas nous contenter d'aider à prévenir la violence, nous devons aussi faire en sorte que les femmes puissent avoir des perspectives économiques et participer à la vie publique à égalité avec les hommes, nous devons abroger les lois et mettre fin aux pratiques qui continuent d'exercer une discrimination à leur encontre et veiller à ce que femmes et jeunes filles soient en sécurité chez elles, au travail, dans la rue et à l'école.

L'UE est résolue à prendre la direction de ces travaux. Nous avons fait de la protection contre la violence sexiste un pilier majeur de la stratégie de l'Union en matière de droits de l'homme. Nous avons également ouvert la voie à une plus grande coopération en la matière entre l'UE et les Nations unies. Femmes et jeunes filles sont particulièrement exposées et vulnérables en situation de conflit. C'est pourquoi nous avons fait de la prévention de la violence sexiste et de la lutte contre celle-ci une priorité des missions militaires et de police de l'UE. Ainsi, la mission de l'UE au Kosovo participe déjà aux enquêtes et aux poursuites relatives aux viols de guerre et contribue à renforcer la lutte contre la traite des êtres humains. L'UE consacre 4 millions d'euros à la réduction de la violence faite aux femmes en Égypte.

L'élimination et la prévention de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des jeunes filles sera le thème prioritaire de la 57e session de la Commission de la condition de la femme des Nations unies, qui se tiendra en mars 2013. L'UE contribuera par son action à la réussite des travaux de cette commission.

La Croatie1, pays en voie d'adhésion, la Turquie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, l'Islande+ et la Serbie*, pays candidats, l'Albanie et la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, et le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine, la République de Moldavie, l'Arménie et la Géorgie se rallient à la présente déclaration.

1 :

La Croatie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Serbie continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.

+ L'Islande continue à être membre de l'AELE et de l'Espace économique européen.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site