Navigation path

Left navigation

Additional tools

UNION EUROPÉENNE

FR

Bruxelles, le 19 April 2012

(OR. en)

8955/1/12 REV 1

PRESSE 162

Déclaration de la Haute Représentante au nom de l'Union
européenne: l'UE soutient le centre des opérations conjointes
pour la lutte contre l'armée de résistance du Seigneur,
dont le chef est Joseph Kony

L'Union européenne (UE) soutient pleinement les efforts de la communauté internationale visant à mettre un terme à la campagne de terreur menée de longue date par Joseph Kony et l'armée de résistance du Seigneur (LRA), ainsi qu'à aider les populations victimes de la présence de la LRA. L'UE appuie l'initiative de l'Union africaine en matière de coopération régionale destinée à renforcer les efforts régionaux de lutte contre la LRA. Elle apporte une assistance financière au bureau de l'envoyé spécial de l'Union africaine pour la question de la LRA et à la mise en place d'un centre des opérations conjointes, visant à permettre la force d'intervention régionale de 5000 hommes mis à disposition par l'Ouganda, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Soudan du Sud d'agir avec rapidité et efficacité contre la LRA.

L'UE a fourni une aide humanitaire aux populations victimes des activités de la LRA, ainsi qu'une assistance bilatérale aux quatre pays touchés, en vue d'encourager les défections au sein de la LRA, de protéger les villages, de renforcer l'État de droit et d'améliorer la gouvernance, ainsi que d'aider les personnes déplacées du fait des activités de la LRA à rentrer chez elles et de leur apporter un soutien. En tant que coprésidente du groupe de travail international sur la LRA, l'UE est aux avant-postes des efforts diplomatiques visant à ce que la question de la LRA continue de figurer à l'ordre du jour de la communauté internationale. L'UE condamne avec la plus grande fermeté les atrocités commises par l'armée de résistance du Seigneur et demande l'arrestation de Joseph Kony et des autres responsables de la LRA mis en accusation par la Cour pénale internationale. L'UE s'engage à poursuivre son action jusqu'à l'éradication complète de ce fléau.

La Croatie1, pays en voie d'adhésion, la Turquie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, l'Islande+ et la Serbie*, pays candidats, l'Albanie et la Bosnie‑Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE, membres de l'Espace économique européen, ainsi que la République de Moldavie, l'Arménie et la Géorgie se rallient à la présente déclaration.

Note aux rédacteurs

L'UE a fourni l'assistance bilatérale décrite ci-après aux quatre pays touchés par les activités de la LRA:

les États membres de l'UE ont contribué de manière significative à des programmes visant à encourager les défections au sein de la LRA et à mettre en œuvre des systèmes d'alerte rapide par radio pour protéger les villages;

l'UE et ses États membres mettent en œuvre un certain nombre de programmes d'aide au développement dans les pays touchés par les activités de la LRA, qui visent au renforcement de l'État de droit et des capacités de gouvernance locale et à la réintégration des anciens membres de la LRA dans leurs communautés d'origine;

dans le nord de l'Ouganda, l'UE a soutenu un programme de développement post-conflit de 87,6 millions d'euros sur cinq ans, qui a contribué à faciliter le retour de la plupart des personnes déplacées du fait des activités de la LRA.

Dans le cadre de son programme d'aide humanitaire dans la région, l'UE répond aux besoins fondamentaux des populations victimes de la LRA. Elle a mobilisé à cette fin 9 millions d'euros en 2011.

L'UE soutient une approche pluridimensionnelle et a encouragé les Nations unies et l'Union africaine à élaborer une stratégie globale en matière de lutte contre les activités de la LRA.

__________________

1 :

La Croatie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Serbie continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.

+ :

L'Islande continue à être membre de l'AELE et de l'Espace économique européen.


Side Bar