Navigation path

Left navigation

Additional tools

Bruxelles, le 4 janvier 2010 Déclaration de la présidence au nom de l'Union européenne sur les assassinats commis récemment au Honduras

European Council - PESC/09/143   04/01/2010

Other available languages: EN ES SV



CONSEIL DE
L'UNION EUROPÉENNE

FR

Bruxelles, le 4 janvier 2010

17762/1/09 REV 1 (Presse 391)

P 143 (OR. en)

Déclaration de la présidence au nom de l'Union européenne sur les assassinats commis récemment au Honduras

L'Union européenne condamne les assassinats dont ont été victimes récemment au Honduras des représentants de la société civile et des médias ou des proches de ces personnes et exprime sa solidarité avec leurs familles. Il importe que ces assassinats fassent l'objet sans tarder d'une enquête transparente et approfondie. Leurs auteurs doivent être traduits en justice.

L'Union européenne appelle particulièrement l'attention sur l'assassinat de Walter Trochez, défenseur des droits de l'homme œuvrant en faveur du respect des droits des homosexuels des deux sexes, des bisexuels et des transsexuels et membre du Front national de résistance du Honduras, ainsi que sur l'assassinat de la fille de la journaliste Karol Cabrera, Katherine Nicolle Rodríguez Cabrera, âgée de seize ans; ces assassinats ont été commis respectivement les 13 et 17 décembre.

L'Union européenne rappelle aux autorités honduriennes qu'elles ont l'obligation de protéger les droits de l'homme, y compris la liberté d'expression, et d'assurer la sécurité de toutes les personnes au Honduras; elle appelle par ailleurs tous les groupes politiques du Honduras à s'abstenir de commettre des actes de violence. À cet égard, l'UE engage les autorités honduriennes à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la protection des défenseurs des droits de l'homme, conformément à la " déclaration des Nations unies sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et de protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales universellement reconnus".

L'Union européenne insiste également sur le principe de non-discrimination, qui exige que les droits de l'homme s'appliquent de la même manière à chaque être humain, indépendamment, entre autres, de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre, conformément à la "déclaration des Nations unies sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre".

"La Croatie* et l'ancienne République yougoslave de Macédoine *, pays candidats, l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine, la République de Moldavie et l'Arménie se rallient à la présente déclaration.

* La Croatie et l'ancienne République yougoslave de Macédoine continuent à participer au processus de stabilisation et d'association."


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website